Chokyi Dronma

Chokyi Dronma
Chokyi Dronma.jpg
Fonction
Samding Dorje Phagmo
Titre de noblesse
Princesse
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Manmogang Monastery (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
ཆོས་ཀྱི་སྒྲོན་མ།Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Ngari Gung Tang Chögyal Tri Lhawang Gyaltsen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Tri Namgyal Dé (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Maîtres
Bodong Chogle Namgyel (d), Thang Tong GyalpoVoir et modifier les données sur Wikidata

Chokyi Dronma (tibétain : ཆོས་ཀྱི་སྒྲོན་མེ་, Wylie : chos kyi sgron ma)(1422-1455), princesse de Gungthang[1] fut la première Samding Dorje Phagmo et inaugura une lignée de femmes tulkus, de lama réincarnées.

BiographieModifier

Chokyi Dronma, princesse du royaume indépendant de Gungthang dans le sud-ouest du Tibet, se maria dans la famille royale de la principauté du sud de Latö Lho (de) (Wylie:La stod lho), mais renonça, après la mort de sa fille unique, à sa famille et à son statut royal pour devenir nonne bouddhiste aux environs de l'an 1442[2].

En 1445, Chokyi Dronma se déplace en personne pour chercher une grande quantité de fer dans les exploitations minières du Kongpo [3].

Chokyi Dronma fut une figure principale de la tradition bodongpa du bouddhisme tibétain[4]. Elle est morte au monastère de Manmogang à Tsari au sud-est du Dakpo, à proximité de la frontière indienne, en 1455[5].

Notes et référencesModifier

  1. (en) When a woman becomes a dynasty: the Samding Dorje Phagmo of Tibet.
  2. (en) Hildegard Diemberger, When a woman becomes a religious dynasty: the Samding Dorje Phagmo of Tibet, Columbia University Press, New York, 2007, pp. 1-2, 6, 45, (ISBN 978-0-231-14320-2)
  3. Katia Buffetrille, L'âge d'or du Tibet: (XVIIe et XVIIIe siècles), Les Belles Lettres, 2019, pages 113 à 148
  4. [1]
  5. Hildegard Diemberger, op. cit., p. 46.