Ouvrir le menu principal

Le cheval en Israël fait l'objet d'un élevage concernant une unique race indigène, le cheval israélien. La pratique de l'équitation y est essentiellement tournée vers les loisirs, le tourisme et la thérapie. Le pays est en pointe en matière de recherches vétérinaires équines et de protection animale.

HistoireModifier

 
Cavalier à cru dans les rues de Jérusalem

La présence du cheval sur le territoire d'Israël est indéniablement très ancienne, mais la date exacte des débuts de son utilisation et/ou de son introduction est controversée. Selon les textes religieux, le roi Salomon aurait possédé des chars de type égyptien, et est souvent crédité pour avoir introduit le cheval et l'usage du char en Israël[1]. Le roi Achab (-874 / - 853) possédait au moins 2 000 chars[2].

De nos jours, de nombreuses recherches scientifiques sont menées sur le cheptel équin israélien, par exemple pour étudier la dermite estivale[3],[4], et la seroprévalence de Babesia equi (1998)[5].

Le cheptel équin local est régulièrement victime d'épidémies de fièvre du Nil occidental. Le virus a été isolé chez des chevaux entre 1998 et 2001[6]. L'épidémie de l'été 2000 a touché au moins 76 chevaux[7].

Israël est le premier pays à avoir totalement interdit la circulation des attelages hippomobiles sur ses routes, en 2014, officiellement pour lutter contre la maltraitance dont sont victimes les chevaux et les ânes[8]. En août 2016, un cheval Pur Sang blessé de la bande de Gaza a exceptionnellement été autorisé à passer en Israël pour y recevoir des soins vétérinaires[9].

ÉlevageModifier

il n'existe qu'une race de chevaux native du territoire d’Israël, le cheval israélien local, cité par l'étude de l'université d'Oklahoma (2007)[10] et par le dictionnaire de référence de CAB International (2016)[11]. La base de données DAD-IS, en revanche, ne mentionne aucune race équine en Israël[12].

Le pays dispose d'un cheptel de chevaux Arabes enregistrés dans un registre généalogique[13].

UtilisationsModifier

Le pays est tourné vers le sport et les loisirs équestres, avec de nombreuses offres de randonnées touristiques. Les randonnées équestres dans le désert du Néguev sont très prisées[14].

L'équithérapie se développe dans ce pays, entre autres à destination des enfants autistes[15]. L'équitation thérapeutique est subventionnée par le gouvernement israélien, mais pas l'équitation de sport et de loisir[16]. Aussi, la, pratique des sports équestres reste peu répandue.

RéférencesModifier

  1. (en) Heinrich Ewald, The History of Israel ...: The rise and splendour of the Hebrew monarchy, Longmans, Green, and Company, , p. 260
  2. (en) Roland De Vaux, Ancient Israel: Its Life and Instructions, Wm. B. Eerdmans Publishing, , 592 p. (ISBN 080284278X et 9780802842787), p. 222-224.
  3. (en) Y. Braverman, H. Ungar-Waron, K. Frith et H. Adler, « Epidemiological and immunological studies of sweet itch in horses in Israel », Veterinary Record, vol. 112, no 22,‎ , p. 521–524 (ISSN 0042-4900, DOI 10.1136/vr.112.22.521, lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017)
  4. (en) Y. Braverman, « Preferred landing sites of Culicoides species (Diptera: Ceratopogonidae) on a horse in Israel and its relevance to summer seasonal recurrent dermatitis (sweet itch) », Equine Veterinary Journal, vol. 20, no 6,‎ , p. 426–429 (ISSN 2042-3306, DOI 10.1111/j.2042-3306.1988.tb01566.x, lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017)
  5. (en) Varda Shkap, I Cohen, B Leibovitz et Savitsky, « Seroprevalence of Babesia equi among horses in Israel using competitive inhibition ELISA and IFA assays », Veterinary Parasitology, vol. 76, no 4,‎ , p. 251–259 (DOI 10.1016/S0304-4017(97)00228-8, lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017)
  6. (en) Caroline Banet-Noach, Mertyn Malkinson, Assaf Brill et Isak Samina, « Phylogenetic Relationships of West Nile Viruses Isolated from Birds and Horses in Israel from 1997 to 2001 », Virus Genes, vol. 26, no 2,‎ , p. 135–141 (ISSN 0920-8569 et 1572-994X, DOI 10.1023/A:1023431328933, lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017)
  7. (en) A. Steinman, C. Banet, G. A. Sutton et H. Yadin, « Clinical signs of West Nile virus encephalomyelitis in horses during the outbreak in Israel in 2000 », The Veterinary Record, vol. 151, no 2,‎ , p. 47–49 (ISSN 0042-4900, PMID 12148602, lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017)
  8. (en-US) « Israel Becomes First Country to Ban Horse-Drawn Carts », PETA,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017).
  9. « Israël permet l’entrée exceptionnelle d’un cheval de Gaza », The Times of Israël,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017)
  10. (en) Bonnie Lou Hendricks, International Encyclopedia of Horse Breeds, Norman, University of Oklahoma Press, , 2e éd., 486  p. (ISBN 0-8061-3884-X, OCLC 154690199), « Israeli », p. 237-238 
  11. (en) Valerie Porter, Lawrence Alderson, Stephen J.G. Hall et Dan Phillip Sponenberg, Mason's World Encyclopedia of Livestock Breeds and Breeding, CAB International, , 6e éd., 1 107  p. (ISBN 1-84593-466-0, OCLC 948839453, lire en ligne), p. 476 .
  12. (en) « Breeds from species:Horse », Domestic Animal Diversity Information System of the Food and Agriculture Organization of the United Nations (DAD-IS).
  13. (en) The Israel Arab Horse Stud Book Containing Pedigrees of Arabian Horses Bred in Or Imported Into Israel: 1968-1974, vol. 1, Israel Horse Society, , 58 p..
  14. « Le Néguev, nouvel eldorado touristique ? », The Times of Israël,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017)
  15. « Quand des femmes misent sur l’équithérapie pour venir en aide aux enfants en Israël », The Times of Israël,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017)
  16. « Avec des espoirs olympiques, la cavalière israélienne ne cavale pas », The Times of Israël,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :