Ouvrir le menu principal

Charognard

organisme qui se nourrit d'animaux morts sans avoir participé à sa mise à mort
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir charognard (aéronautique).
Le vautour est un charognard, mais la hyène est - comme le lycaon - un prédateur (néanmoins opportunément nécrophage quand elle en a l'occasion)

Un charognard est un animal qui se nourrit de charogne, c’est-à-dire d’animaux morts qu'il n'a pas tués lui-même.

SémantiqueModifier

Dans le sens populaire du terme, et dans les régions où les autres charognards ont souvent disparu, le mot désigne plutôt des rapaces[1]. Les charognards sont donc des nécrophages (ils se nourrissent de cadavres) qu'on peut éventuellement aussi classer parmi les saprophages (ils se nourrissent de matière organique morte).

Les charognards peuvent être nécrophages stricts (on parle de charognard nécrophage, dans ce cas), mais ce n’est pas une généralité. Pourtant, charognard et nécrophage sont souvent confondus.

On ne parle généralement de charognards que pour les vertébrés mais nombre d'invertébrés et notamment d'insectes (mouches, fourmis) sont de grands débarrasseurs de charognes.

SymboliqueModifier

Le charognard semble peu revendiqué symboliquement. L'Armée de l'air utilise, familièrement, l'appellation de « charognard » pour certains insignes : de calot, de grade sur les épaules (fourreaux) ou sur les insignes individuels de certaines unités. Pour autant, l'animal ainsi symbolisé est l'épervier (quelquefois, l'aigle est utilisé symboliquement sur d'autres insignes de l'Armée de l'air).

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier