Carlos Rojas (écrivain)

écrivain espagnol

Carlos Rojas Vila, né le à Barcelone (Espagne) et mort le à Greenville (Caroline du Sud), est un écrivain et professeur espagnol.

Carlos Rojas
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
GreenvilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Carlos Rojas VilaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Genres artistiques
Distinctions
Liste détaillée

Auteur prolifique, il a écrit de nombreux essais et biographies, particulièrement sur des personnalités liées à la guerre civile espagnole et sur celles qui se sont exilées.

BiographieModifier

Carlos Rojas Vila naît le à Barcelone ; il est le fils du médecin colombien Carlos Rojas Pinilla, qui est le neveu du président de la Colombie de 1953 à 1957, Gustavo Rojas Pinilla[1].

Dès 19 ans, il se présente au prix Nadal, sans l'obtenir. Il obtient une licence en Philosophie et Lettres à l'université de Barcelone avant d'obtenir un doctorat à l'université complutense de Madrid[1].

Rojas publie son premier roman en 1957, De barro y esperanza, avec lequel il s'inscrit en opposition aux auteurs du réalisme social (es) dominant à cette époque en Espagne, qu'il développe avec El asesino de César (1959) et Adolfo Hitler está en mi casa (1965)[1].

Carlos Rojas est aussi essayiste et publie de nombreuses biographies, particulièrement de personnalités liées à la guerre civile espagnole et d'exilés, tels que Miguel de Unamuno et José Ortega y Gasset (Intelectuales frente al drama, 1970) ou Antonio Machado et Pablo Picasso, avec Arte y muerte en el exilio (1977), Por qué perdimos la guerra (1969) et La Guerra Civil vista por los exiliados (1975)[1].

Carlos Rojas obtient le prix national de littérature narrative en 1968 pour Auto de fe.

Il obtient le prix Nadal en 1979 pour El ingenioso hidalgo Federico García Lorca (L’Ingénieux Hidalgo et poète Federico García Lorca monte aux enfers).

Très productif toute sa vie par son travail de professeur de littérature espagnole, notamment à l'université de Glasgow, puis en Floride et à Atlanta, il commence à marquer le pas dans les années 1990 avant de se faire rare dans les années 2000[1].

Carlos Rojas meurt le à Greenville (Caroline du Sud)[1].

ŒuvreModifier

RomansModifier

Essais et biographiesModifier

  • 1966 Diálogos para otra España
  • 1967-1969 Maestros Norteamericanos
  • 1969 El aprendizaje de los sueños en la pintura de Pepi Sánchez (es)
  • 1970 Aquelarre
  • 1970 ¿Por qué perdimos la guerra?
  • 1970 Luis III, el Minotauro
  • 1970 Unamuno y Ortega: Intelectuales frente al drama
  • 1973 Diez figuras ante la guerra civil
  • 1975 La guerra civil vista por los exiliados
  • 1977 Azaña / Companys: los dos presidentes
  • 1977 Machado y Picasso: arte y muerte en el exilio
  • 1977 Retratos antifranquistas
  • 1977 Prieto y José Antonio: socialismo y Falange ante la tragedia civil
  • 1981 La Barcelona de Picasso
  • 1984 El mundo mítico y mágico de Picasso
  • 1985 El mundo mágico y mítico de Salvador Dalí
  • 1990 Yo Goya
  • 1995 ¡Muera la inteligencia! ¡Viva la muerte! Salamanca, 1936
  • 1997 Los Borbones destronados : la biografía humana y política de Carlos IV, Fernando VII, Isabel II y Alfonso XIII, cuatro monarcas destronados en menos de siglo y medio, pero cuya dinastía recupera siempre la Corona
  • 2000 Puñeta, la Españeta
  • 2000 Momentos estelares de la guerra de España
  • 2003 Diez crisis del franquismo

AutresModifier

  • 1965 De Cela a Castillo-Navarro: veinte an̈os de prosa española contemporánea (anthologie)
  • 1968 « Problemas de la nueva novela española », dans le volume collectif La nueva novela europea

Œuvres traduites en françaisModifier

  • L’Ingénieux Hidalgo et poète Federico García Lorca monte aux enfers [« El ingenioso hidalgo Federico García Lorca »], trad. de Michel Mouret, Baixas, France, Les éditions Balzac, coll. « Autres rives », 2009, 222 p. (ISBN 978-2-913907-60-7)

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f (es) « Fallece Carlos Rojas, prolífico autor de novela histórica, a los 91 años », sur El País, (consulté le 10 février 2020).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (es) Cecilia Castro Lee, C. Christopher Soufas, En torno al hombre y a los mónstruos : ensayos críticos sobre la novelística de Carlos Rojas, Potomac (États-Unis) : Scripta Humanistica, 1987 (OCLC 297917309).
  • (es) Cecilia Castro Lee, Literatura, arte, historia y mito en la obra de Carlos Rojas, Santafé de Bogotá (Colombie) : Ediciones Fundación Universidad Central, 1998 (ISBN 9789582600273) (OCLC 40357680).
  • (en) Teresa Scott Soufas, The concepts of "intrahistoria" and the "otro yo" in selected works of Carlos Rojas, Columbia, S.C., 1974 (thèse de M.A. à l'université de Caroline du Sud, (OCLC 1292496)).
  • (es) Carlos Aristides Badessich, El mundo grotesco en la novelistica de Carlos Rojas, 1977 (thèse à l'université de l'Illinois à Urbana-Champaign, (OCLC 4385945)).
  • (en) Carolyn Jo Balkema, Theme, character, structure and style in the novels of Carlos Rojas y Vila, 1978 (thèse à l'université de l'Illinois à Urbana-Champaign, (OCLC 5466585)).
  • (es) José Pedro Soler, Los temas en la narrativa de Carlos Rojas, 1980 (thèse de Ph. D. à l'université d'État du Michigan, Dept. of Romance Languages, (OCLC 7604025)).

Liens externesModifier