Carl Perkins (pianiste)

pianiste de jazz américain

Carl Perkins est un pianiste de jazz américain, né le à Indianapolis et mort le . Il fut un accompagnateur durant la période be bop et hard bop du jazz des années 1950 et 1960. Présent au côté des plus grandes pointures de son époque, il ne fut que très modestement représenté par l'enregistrement, voire pas du tout[1].

Carl Perkins
Defaut.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 29 ans)
Los AngelesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Jazz pianistVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Genre artistique

Le sideman méconnuModifier

C'est en 1948 que Carl Perkins débute avec Tiny Bradshaw. Le jeune pianiste rencontrera durant toute sa courte carrière les musiciens les plus importants du jazz moderne : Miles Davis, Jim Hall, Art Pepper, Leroy Vinnegar… Accompagnateur assez particulier, il est pleinement dans la lignée du jazz bop.

Avec un style précis et rythmique, épuré par instant et assez blues à d'autres moments, il est un partenaire tout particulier de l'improvisation.

La techniqueModifier

Ses rebondissements toujours très rythmés viennent peut-être de sa technique particulière. Autodidacte, il joue le bras gauche totalement parallèle au clavier. Ceci ne donne pas vraiment de qualité supplémentaire à son jeu mais fait de lui un étonnant pianiste.

Ses collaborations sont toutes impressionnantes mais ses enregistrements sont trop rare, et il est passé quelque peu dans l'oubli.

En 1955, avec Introducing Carl Perkins, il signe son unique disque en trio et leader. Ce disque a été réédité mais figure aussi sous forme de compilation.

Il participe aussi au grand quintette du Hard Bop des années 1950 : Clifford Brown-Max Roach.

Aussi présent avec Franck Morgan ou Dexter Gordon, aux côtés duquel il enregistre un disque unique[2].

Reconnu grandement par ses pairs, il voit la postérité lui échapper en disparaissant à seulement 29 ans d'une overdose d'héroïne alors qu'il se trouvait à Los Angeles[3].

DiscographieModifier

En tant que leaderModifier

  • Summertime & Lullaby in Rhythm (Savoy, 1949) Single, avec Edwin Perkins (b), Herb Williams (d)
  • The Rosary & Ave Maria (Savoy, 1949) Single, avec inconnus à la basse et batteries
  • Smoke Gets in Your Eyes & I'll Never Smile Again (Savoy, 1949) Single, avec inconnus à la basse et batterie
  • Introducing Carl Perkins (Dootoo, 1955–56) Le seul album de Perkins en tant que leader. Avec Leroy Vinnegar (b), Lawrence Marable (d)

Leadership partagéModifier

  • Jazz Pianists Galore (Pacific, 1957) Perkins joue sur une seule piste
  • Piano Playhouse (Mode, 1957) Perkins joue quatre solos; les autres sont de Jimmy Rowles, Lou Levy, Paul Smith, Gerald Wiggins

En tant que sidemanModifier

Avec Pepper Adams

  • The Pepper Adams Quintet (VSOP, 1957)

Avec Chet Baker et Art Pepper

  • Playboys (Pacific Jazz, 1956)

Avec Clifford Brown et Max Roach

  • The Best Of Max Roach And Clifford Brown In Concert! (GNP, 1954)

Avec Curtis Counce

  • The Curtis Counce Group (Contemporary, 1956)
  • You Get More Bounce with Curtis Counce! (Contemporary, 1957)
  • Carl's Blues (Contemporary, 1957)

Avec Buddy DeFranco

  • Plays Benny Goodman (Verve, 1957)
  • Wholly Cats (Verve, 1957)
  • Closed Session (Verve, 1957)
  • I Hear Benny Goodman And Artie Shaw (Verve, 1957)

Avec Victor Feldman

  • With Mallets a Fore Thought (Interlude, 1957)

Avec Dizzy Gillespie

  • Jazz Recital (Norgran, 1955)

Avec Dexter Gordon

  • Dexter Blows Hot and Cool (Boplicity, 1955)

Avec Jim Hall

Avec Illinois Jacquet

  • Collates (Clef, 1951)

Avec Richie Kamuca

  • Richie Kamuca Quartet (Mode, 1957)

Avec Harold Land

  • Harold In The Land Of Jazz (Contemporary, 1958)

Avec Oscar Moore

  • Oscar Moore (Skylark, 1954)

Avec Frank Morgan

  • Gene Norman Presents Frank Morgan (GNP, 1955)

Avec Art Pepper

  • The Complete Art Pepper Aladdin Recordings (Blue Note, 1957) Les enregistrements avec Perkins ont été édités longtemps après l'enregistrement.

Avec Stuff Smith

  • Have Violin, Will Swing (Verve, 1957)

Avec Leroy Vinnegar

  • Leroy Walks! (Contemporary, 1958)

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Il n'enregistra qu'un seul disque sous son propre nom, en 1955 avec Franck Morgan
  2. "Dexter blows Hot and Cool" où Dexter Gordon joue avec Carl Perkins, Leroy Vinnegar, Chuck Thompson et Jimmy Robinson en 1955
  3. (en) Frederick J. Spencer, Jazz and Death : Medical Profiles of Jazz Greats, , 311 p. (ISBN 978-1-57806-453-3, lire en ligne), p. 135.

Liens externesModifier