Canal Lingqu

canal de Xian de Xing'an, Guangxi, République populaire de Chine

Canal Lingqu
Illustration.
Le Lingqu
Géographie
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
25° 35′ 56″ N, 110° 41′ 23″ E
Caractéristiques
Longueur 32 km
Histoire
Année d'ouverture 3e siècle avant J.C.

Le Lingqu (chinois simplifié :  ; chinois traditionnel : 靈渠 ; pinyin : líng qú ; litt. « canal Ling ») ou canal Lingqu ou canal magique est un canal long de 32 kilomètres, construit au 3e siècle avant J.C. sous les ordres de Qin Shi Huang, le fondateur de la dynastie Qin et premier empereur ayant réalisé l'unification de la Chine. La construction de cet ouvrage situé près de Guilin(province de Guangxi), avait pour objectif de faciliter le ravitaillement des armées chargées de conquérir les terres du peuple Yue. Le canal a été conservé jusqu'à nos jours.

ContexeModifier

En 221 avant J.C. Qin Shi Huang souverain de l'état de Qin est parvenu à conquérir les six états qui dominaient la Chine du nord et du centre. Quelques années plus tard, il lance ses troupes à la conquêtes des territoires situés plus au sud. Pour permettre le ravitaillement de ses troupes par la voie fluviale, il ordonne la construction d'un canal entre les rivières Xiang et Lijiang. Celui-ci doit ouvrir une voie navigable permettant de pénétrer dans le bassin versant de la rivière des Perles qui englobe toute la Chine du Sud. Il parvient ainsi à conquérir une grande partie de la région de Guangzhou, du Guangxi et sans doute aussi du Fujian, puis une poussée jusqu'à Hanoï[1],[2].

La canal Lingqu est un des trois projets de canal historique que possède la Chine, et le plus vieux canal du monde. Ces 3 canaux historiques sont outre le canal Lingqu, le système d'irrigation de Dujiangyan et le canal Zhengguo.

SituationModifier

Le canal Lingqu relie la rivière Xiang, un affluent du fleuve Yangzi Jiang avec la rivière Li qui fait partie du bassin versant de la rivière des Perles. La rivière Xiang qui prend sa source au mont Haiyan et coule vers le nord passe à quelques kilomètres de la rivière Li qui coule vers le sud. Le site est situé dans le district de Xing'an, près de Guilin(province de Guangxi). Le canal, en reliant les deux bassins les plus vastes de Chine avec celui du Fleuve Jaune, permet aux barges de transport de l'époque de franchir une distance à vol d'oiseau de 2000 kilomètres[3].

DescriptionModifier

Sur le site du canal Lingqu, les cours des deux rivières sont seulement distants de 5 kilomètres et ne sont séparés que par des collines calcaires. Un col naturel, qui s'ouvre entre les collines, a permis de creuser un canal à niveau épousant les courbes du terrain et dépourvu d'écluses. Pour rendre navigable les deux rivières au point de jonction, un bief de 2,5 kilomètres parallèle à la Xiang prolonge le canal tandis que le lit de Li est canalisé sur 22 kilomètres. Le canal est large de 4,5 mètres et profond de 1 mètre. Le canal, long de 8,5 kilomètres, est alimenté par les eaux de la Xiang : un tertre en forme de museau sépare le cours de cette rivière et détourne une fraction de ses eaux vers l'ouvrage. Au 9e siècle 18 écluses à déversoir furent installées pour régulariser l'écoulement et le niveau de l'eau et ainsi réduire le nombre de zones de halage. Des écluses à sas les remplacent vers le 10e siècle ou 11e siècle[3],[4].

Demande de classement au patrimoine de l'humanitéModifier

Le canal Lingqu a été inscrit par la Chine en 2013 sur « liste indicative » des sites proposés au classement dans le patrimoine de l'humanité par l’UNESCO dans la catégorie patrimoine culturel[5].

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Derk Bodde, « The State and Empire of Ch'in », dans Denis Crispin Twitchett, The Cambridge History of China, vol. I : the Ch'in and Han Empires, 221 B.C. – A.D. 220, Cambridge, Cambridge University Press, (réimpr. 1990, 1994, 1995), 1re éd. (ISBN 0-521-24327-0, OCLC 633104701), p. 64-66
  2. (en) W. Scott Morton, China : Its History and Culture, McGraw-Hill, , 3e éd., 324 p. (ISBN 0-07-043424-7, OCLC 31289379), p. 47
  3. a et b « Le génie scientifique de la Chine - Le premier canal à niveaux », Le Courrier de l'UNESCO, Unesco,‎ , p. 32 (lire en ligne)
  4. (en) Colin A. Ronan, The Shorter Science and Civilisation in China, vol. 5, Cambridge University Press, (lire en ligne), p. 213ff
  5. (en) UNESCO World Heritage Centre, « Lingqu Canal - UNESCO World Heritage Centre », sur whc.unesco.org (consulté le 1er mars 2018)

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier