Bugs Moran

George Bugs Moran, né Adelard Leo Cunin, le à Saint Paul dans le Minnesota et mort le au pénitencier fédéral de Leavenworth dans le Kansas, alias : « le Branque », était un Gangster américain des bas-fonds de Chicago, adversaire d'Al Capone et membre du Gang de North Side (North Side Gang). Les épisodes sanglants qui jalonnèrent son parcours sont emblématiques d’une période de décomposition dans la société américaine, lorsque l'État de droit était en déclin et le crime florissant.

Bugs Moran
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
Pénitentier de Leavenworth (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Cambrioleur de banqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

Ses originesModifier

Né Adelard Leo Cunin, il était le fils de Jules Cunin (né le à Docelles, dans les Vosges) et Marie Diana Gobeil, immigrants français et catholiques. Son père, maçon, était natif de Lorraine, tandis que sa mère venait de Chicoutimi au Québec.

Les origines irlandaises et polonaises de Bugs Moran seraient donc une légende, selon la biographie de Rose Keefe sur le gangster. Elle viendrait du fait que, durant toute sa carrière criminelle, celui-ci prit plusieurs identités différentes (George « Bugs » Moran, George Gage, George Miller, George Morrissey ou John Phillips)[1],[2].

La vocation criminelleModifier

George Moran fait ses premières armes dans les quartiers nord de Chicago. Membre de diverses bandes, il connaît la prison à trois reprises avant d’atteindre sa majorité. Le passage à tabac d’un tailleur, abandonné bras et jambes brisés pour avoir simplement dénigré ses origines étrangères, lui vaudra le surnom non usurpé de « Bugs » (« le Branque »).

Il se taille une réputation dans la contrebande d'alcool et l’organisation de jeux de dés. Sa carrière s'étoffe aux côtés de Dean O'Banion, chef du Gang de North Side.

Johnny Torrio jette l'épongeModifier

En 1924, O'Banion est assassiné par des hommes de main de Johnny Torrio, un patron du milieu. Hymie Weiss lui succède avec le « Branque » pour bras droit. Ensemble, ils entreprennent d’exécuter Johnny Torrio. Mais alors que ce dernier, surpris sur le pas de sa porte, est à leur merci, le plan tourne court avec l'arrivée inopinée d'un fourgon de blanchisserie que les deux agresseurs, prenant la fuite sans achever leur victime, croient être celui de lieutenants de Torrio. Grièvement blessé, Johnny Torrio confie sa succession à Al Capone et se range définitivement des affaires en Italie, où il achève sa convalescence.

Al Capone relève le défiModifier

Ennemis jurés d’Al Capone, Weiss et Moran forment l’ultime rempart contre l'empire dont le Balafré est l’héritier. La lutte qui va les opposer sera jalonnée de cadavres. Moran proclame dans la presse son mépris pour Al Capone, qu’il tient pour un « individu de bas étage ». Le « Branque » est, du reste, un fervent catholique convaincu de sa supériorité morale : à l’inverse de son rival, il ne s’intéresse pas à la prostitution.

Le , il tente d’assassiner Al Capone dans son fief de Cicero, dans l’Illinois. L’entreprise est un fiasco, Al Capone s’en sort sans une égratignure.

Le , au cours du fameux massacre de la Saint-Valentin, les hommes d'Al Capone déguisés en policiers abattent dans le dos les lieutenants de Moran. Celui-ci, arrivé en retard au rendez-vous, échappe à la mort de justesse.

Une fin misérableModifier

Une loi de 1933 met fin à la Prohibition, entraînant le déclin des gangs de Chicago. En 1936, Moran le « Branque » accomplira l’un de ses derniers faits d'armes en prenant sa revanche sur Jack la Sulfateuse, l’instigateur du massacre de la Saint-Valentin, qu'il exécute sept ans jour pour jour après la tuerie qui marque son déclin. Son entreprise de jeux passera entre les mains de cartels mafieux dirigés par Meyer Lansky et Lucky Luciano, tandis qu'il poursuivra une carrière beaucoup plus discrète, ayant perdu la plupart de ses appuis.

En 1946, Moran est arrêté dans l’Ohio après avoir volé à un garçon de courses la somme de 10 000 dollars, maigre butin comparé au grand train de vie de ce même gangster sous la Prohibition. Condamné à dix ans de prison, il commet, à sa sortie, un nouveau braquage qui l’envoie pour dix autres années au pénitencier de Leavenworth. Le « Branque » y meurt seul et pauvre d’un cancer et son corps est jeté dans la fosse commune.

Notes et référencesModifier

  1. Rose Keefe, The Man Who Got Away : the Bugs Moran Story : A Biography, , 400 p. (ISBN 978-1-58182-443-8)
  2. Biographie de George Clarence Moran sur myalcaponemuseum.com

Voir aussiModifier

Liens externesModifier