Ouvrir le menu principal

Brée

commune française du département de la Mayenne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bree.

Brée
Brée
Mairie de Brée.
Blason de Brée
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Mayenne
Canton Évron
Intercommunalité Communauté de communes des Coëvrons
Maire
Mandat
Claude Garnier
2014-2020
Code postal 53150
Code commune 53043
Démographie
Population
municipale
535 hab. (2016 en diminution de 2,19 % par rapport à 2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 02″ nord, 0° 31′ 09″ ouest
Altitude Min. 72 m
Max. 125 m
Superficie 16,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de la Mayenne
City locator 14.svg
Brée

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 14.svg
Brée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brée

Brée est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 535 habitants[Note 1].

GéographieModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

AntiquitéModifier

Brée n'était encore qu'une villa, c'est-à-dire une sorte d'exploitation agricole à l'époque de saint Bertrand du Mans, évêque du Mans, qui l'acheta de Theuobalde et qui la légua par testament à son église. Dans l'intervalle compris entre le commencement du VIIe siècle et le XIIe siècle, à une époque inconnue, comme la plupart des domaines de ce genre reçus ou acquis et ensuite légués par saint Bertrand du Mans, Brée était devenu paroisse sous le vocable de saint Gervais et de saint Protais.

Moyen ÂgeModifier

L'église fut donnée avant le XIIe siècle à l'abbaye Notre-Dame d'Évron ; Hildebert, en 1125, ne fit que leur en confirmer la possession[1].

En souvenir ou en raison peut-être des anciens droits de l'église du Mans sur Brée, l'évêque était resté présentateur et collateur de la cure, contrairement à ce qui se faisait pour les autres prieurés ou paroisses dépendant de l'abbaye. Dans des circonstances et à une époque inconnues, les religieuses de l'abbaye du Pré avaient reçu sur Brée des droits qu'elles conservèrent jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Elles jouissaient d'une partie des dîmes. Il est possible que l'évêque du Mans, donateur du domaine que saint Bertrand du Mans avait acquis de Theuobalde, en ait fait le partage entre les bénédictins d'Évron et les religieuses du Pré.

En effet, l'abbaye d'Évron ne semble pas avoir eu sur la paroisse de Brée, au moins du XVIe siècle au XVIIIe siècle, des droits plus étendus que ceux de l'abbesse de Saint-Julien-du-Pré. Le prieur de Neau dont Brée était fillette ne se qualifiait pas du titre de curé primitif, ni ne semble s’être jamais attribué le privilège d'officier à certaines fêtes dans l'église qui était dite relever de son bénéfice. Il jouissait seulement d'une partie des dîmes dans une proportion sensiblement semblable à la part prélevée par les religieuses du Pré. Ces droits simultanés des bénédictins d'Évron et des religieuses de Saint-Julien-du-Pré sur la paroisse de Brée amenèrent entre les deux maisons de longues difficultés qui finirent par un arrangement à l'amiable.

Depuis très longtemps, est-il dit dans un mémoire du XVIIIe siècle, le curé de Brée prenait à ferme la part des dîmes de la paroisse qui ne lui appartenaient pas en propre ; il payait à ce titre 200 liv. au prieur de Neau, et 170 liv. à l'abbesse de Saint-Julien. Le seigneur de Brée prélevait sur l'ensemble de la grande dîme 36 boiss. d'avoine, mesure de Brée, 12 boiss. sur chacun des trois copartageants ; plus trois airées de paille sur la granche du presbytère. L'abbaye d'Evron, outre les droits du prieur de Neau, jouissait d'un trait de dîmes affermé au curé huit ou dix livres.

Le curé, dans un procès qui eut lieu au XVIIIe siècle et dont l'abbé Angot ne connait pas l'issue, prétendait justement, il semble, que le prieur de Neau et Madame l'abbesse ne devaient dîmer que dans la seigneurie de Brée, telle qu'elle était composée anciennement, avant qu'aient été réunis sur la même tête les différents fiefs de la Bequinière (?), les Bordeaux, la Courbe, et même Veloché qui appartenait aux seigneurs de Laval. L'arrangement en vertu duquel les dîmes du fief de Veloché furent concédées à la dame de Laval est une pièce intéressante qui ne se trouve pas au cartulaire d'Évron et qu'on lira aux pièces justificatives.

Histoire féodaleModifier

 
Armes des Brée : d'argent à deux fasces de sable au sautoir de gueulles brochant sur le tout.

La châtellenie de Brée, annexée à celle de la Courbe, relevait en partie du comté de Laval[2], par la châtellenie de Montsûrs, et en partie de la châtellenie d'Assé-le-Bérenger. Elle comprenait dans sa mouvance les fiefs de la Bourrelière (Brée), de la Gasnerie (Deux-Evailles), de Gerennes (Deux-Evailles), de Montchauveau (Neau), de Montoron (Saint-Jean-sur-Erve), de Trancalou (Deux-Evailles) et de Régales (Saint-Christophe-du-Luat)[3]. Elle avait droit de justice contentieuse, haute, moyenne et basse. « La terre de Brée, située à l'Est et à un kilomètre du bourg, était composée du château et de ses dépendances et domaine, cinq métairies, deux moulins à blé et un à foulon, les landes de Brée, la prairie de Mauconseil, que les sujets du seigneur étaient obligés de faucher, fanner, etc. moyennant un denier par jour, le bois de Brée ou le petit Hermetz, le château de Trancalou, en Deux-Evailles[4]. Actuellement le château de Brée, l'un des plus anciens du doyenné, n'a pour croisées que de simples ouvertures pratiquées dans des murailles de deux mètres d'épaisseur. Ces croisées hautes d'un mètre, larges de quarante-huit centimètres, sont évasées les unes à l'intérieur et les autres à l'extérieur. Les portes étaient en plein-cintre et les appartements petits et voûtés en moellons. On montait dans ses étages par des escaliers étroits qui subsistent en partie. Une maison de fermier a été construite contre les débris du château autour duquel régnaient des fosses immenses convertis en prairies. À quelques mètres de distance on a bâti un modeste manoir au bout duquel se trouve un vieil appartement nommé le Trésor[5]. »

Article détaillé : Liste des seigneurs de Brée.
Article détaillé : Château de la Courbe de Brée.

Les BordeauxModifier

Article détaillé : Château de Bordeaux.

Politique et administrationModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
  1995 - de Hercé    
1995[6] 2004 Alice Cavan    
janvier 2004[7] En cours Claude Garnier[8] DVG[9] puis FG[10] Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2016, la commune comptait 535 habitants[Note 2], en diminution de 2,19 % par rapport à 2011 (Mayenne : +0,21 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8788099677121 0051 0229611 002988
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
945925870775727714706731672
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
669644606589610526493536520
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
498504515540482459465536535
2016 - - - - - - - -
535--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Relevé des années 1779 à 1789
Année Baptêmes Garçons Baptêmes Filles Sépultures Hommes Sépultures Femmes Mariages
1779 21 23 17 26 8
1780 20 18 44 35[15] 8
1781 23 14 21 20 7
1782 23 17 38 33 8
1783 15 15 20 19 6
1784 14 16 36 31 8
1785 24 28 24 18 6
1786 20 17 20 15 6
1787 17 15 18 15 7
1788 21 18 18 26 10
Total 200 181 248 228 74

On voit assez par la simple inspection de ce tableau que le nombre proportionnel des décès pour cette période n'est pas dans les conditions normales, sur ces dix années il s'en trouve trois au moins où la mortalité fut exceptionnelle et épidémique. Ce qu'il y a de plus significatif dans ce rapprochement de chiffres, c'est le nombre des naissances comparé à celui des mariages qui donne une moyenne de plus de cinq enfants par famille. Les épidémies les plus sérieuses qu'on puisse constater d'après les registres sont celles de 1584 et de 1593 ; en cette dernière année il y eut quatre prêtres à mourir.


ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

Brée est une cité du Pays d'art et d'histoire Coëvrons-Mayenne.

ChâteauModifier

 
Château de la Courbe.
Article détaillé : Château de la Courbe de Brée.

ÉgliseModifier

CimetièresModifier

Le cimetière était considéré comme une dépendance et une annexe de l'église. Bénit par les prières liturgiques il participe à la consécration du lieu saint qui autrefois le couvrait de son ombre. La procession qui chaque dimanche précède la messe se faisait alors extérieurement ; les fidèles suivaient le clergé et priaient sur la tombe de leurs parents. On signale à Brée, à la fin du XVIe siècle, deux cimetières où se faisaient indistinctement les sépultures : le petit qui entourait l'église, et le grand où se trouvait la chapelle de la Sainte Croix. Bien que cette chapelle soit de date très ancienne, il y a lieu de croire que le petit cimetière attenant à l'église paroissiale était le cimetière primitif. À partir de l'an 1600 le grand cimetière est entièrement délaissé. Mais en 1660, au mois de juin, le petit cimetière avait été pollué. Était-ce par un acte de violence, par une sépulture d'hérétique ou d'infidèle ou par toute autre cause, on ne l'indique pas. Il ne fut réconcilié que le , par M. Amb. Foucher, curé, en vertu d'une commission de l'évêque du Mans. Dans l'intervalle on enterra soit dans le grand cimetière, soit dans l'église. En 1780, Monseigneur de Gonssans interdit comme insalubre et contraire aux ordonnances de 1776 le cimetière qui entourait l'église et on reprit le grand cimetière. Défense fut faite en même temps de relever les tombes qui dans ce dernier « empêchaient de faire les processions et d'ailleurs étaient ridicules ».

Cure et presbytèreModifier

Le presbytère actuel est celui que fit construire, comme le relate son épitaphe, M. René Le Cornu. M. Chedhomme (1740-1763) y fit aménager un appartement pour un second vicaire. M. Coulleray de la Motte (1764-1770) se fit autoriser à abattre des arbres sur le domaine de la cure pour des réparations ou augmentations qu'il avait entreprises. L'aveu suivant rendu à la seigneurie de Brée en 1540, par Denys Cahouet, fera connaître quelle était l'étendue des biens affectés au curé dès cette époque. Il avoue tenir de monseigneur noble et puissant Gilles Sanglier, sieur du Bois-Rogues, de la châtellenie, terre et seigneurie de Brée, de Douesmon, des Haies Gasselin et de Chanseaulx.

FabriqueModifier

Comme partout ailleurs, la fabrique était administrée par un procureur nommé pour deux ou trois ans par le général des habitants à l'issue de la grand'messe. À l'expiration du temps de sa gestion, il rendait ses comptes par recettes et par mises devant l'assemblée qui nommait son successeur. Il pouvait y avoir plusieurs procureurs fabriciens. À Brée il n'y en avait qu'un seul, le plus souvent laïque. Voici un projet d'aveu rédigé en 1705 par Me Patrice Guédon, prêtre, procureur, qui montre quelles étaient les ressources et les revenus en biens-fonds ou en rentes de la fabrique.

L'abbé Angot n'a pas vu qu'il soit question du loyer des bancs de l'église, il a seulement trouvé une liste donnant le nom de ceux qui occupaient chaque banc et chaque place, et en regard de quelques noms la mention : Concédé. Le nombre des places de l'église s'élève à 210 environ, au XVIIIe siècle. Le procureur avait la garde des archives paroissiales. En 1500 les « Carteniers et enseignements de l'Église » étaient renfermés en un coffre propre à cet usage. En 1745, les titres de la fabrique étaient au presbytère en une chambre haute dans un contouer fermant à clef. Les extraits des actes de baptêmes, mariages, sépultures étaient délivrés par le procureur fabricien. Jusqu'en 1673 les actes se rédigeaient sur papier libre ; en 1674 sur feuille de 8 den. ; de 18 den. en 1675 ; de 12 den. en 1676. En 1737 le timbre disparait jusqu'en 1755. Au commencement du XVIIIe siècle, les publications de bans durent être contrôlées dans une cour royale. On trouve mention d'un quatrième ban qui se publiait, selon l'abbé Angot, le jour même du mariage.

ChapellesModifier

Il y avait dans la paroisse de Brée plusieurs chapelles ou chapellenies sur lesquelles l'abbé Angot a trouvé les quelques détails qui suivent.

Chapelle Saint-Yves de la CourbeModifier

Cette chapelle ne fut jamais desservie.

Les SaulneriesModifier

La chapelle des Saulneries fut fondée en 1549 par Me Jean Dierre, qui était vicaire de Brée en 1523. Il donna pour la doter la terre des Basses-Landes. En 1723, le temporel de la chapelle consistait dans le lieu des Saulneries, affermé 78 liv., et la closerie des Basses-Landes, d'ailleurs mauvaise et inexploitable faute de chemin ; un long procès fut soutenu en vain pour obtenir un passage sur le propriétaire riverain. Le revenu des Basses-Landes est estimé 40 liv. Le chapelain percevait encore 21 livr. en deux rentes qui ne sont pas spécifiées. Une déclaration du titulaire, faite en vertu de l'ordonnance du roi de 1750, porte les charges à 75 liv. pour le prêtre qui acquitte les messes, 30 liv. pour les réparations, 25 liv. 6 s. de taxe, ce qui laisse 4 sous pour le titulaire, les dépenses prélevées. En 1723, l'évêque du Mans réduisit les obligations à un ordinaire et demi par semaine, c'est-à-dire trois messes pour deux semaines, cela pour douze ans ; il y eut ensuite prolongation dans le même sens. La taxe fut également réduite en 1771 à 12 liv. La chapelle de la Saulnerie était desservie dans l'église de Brée à l'autel Saint-Pierre ; elle était à la présentation et en premier lieu au bénéfice des héritiers du fondateur.

La Noe-DoyenModifier

Le , Mre Robert le Doynne, prêtre, donnait à rente à ses neveux germains, Jean et Denys Pailleux, le lieu et domaine de la Noë-Doyen, à la charge de faire dire deux messes par semaine, un Subvenite ou un autre Respons et une chanterie de ce qu'il y aura de prêtres à Brée, avec offrande d'un pain bénit de la fleur d'un boisseau de froment pour être mis en charité, avec une offrande en présentant ledit pain bénit pour faire prier Dieu pour ledit R. le Doynne. Ceci jusqu'à ce qu'il y ait dans la famille maternelle du donateur un prêtre pouvant dire lesdites messes. En cas de non exécution la confrérie des SS. Gervais et Protais en faisant acquitter ces charges entrait en jouissance desdits biens. Il n'y eut à cette époque qu'un premier essai de fondation, et c'est sans doute comme bâtonnier de la confrérie qu'en 1554, L. Lepeltier, clerc, faisait aveu à la seigneurie de Brée pour les biens compris dans la donation. Le , Me Louis Brossier, prêtre, demeurant au bourg de Brée, en son nom et au nom de feu messire Jean Brossier son frère, dont il a hérité, et qui avait acquis plusieurs biens « par le moyen des pratiques par lui faites en l'église de Brée » fonde deux messes par semaine, l'une le mardi en l'honneur du Saint-Esprit, l'autre à la discrétion du chapelain qui sera nommé. Pour ce il baille la part qui lui revient des biens de son frère dans son partage avec Laurent Brossier. La Noë-Doyen y était comprise. Le titulaire devait d'une part deux boisseaux et demi, d'autre part un tiers de boisseau d'avoine pour avoir droit aux landes et communes, faire paître les bestiaux, y prendre jonc et litière.

Chapelle Sainte-CroixModifier

Article détaillé : Chapelle Sainte-Croix de Brée.

ÉcolesModifier

Ce n'est pas sortir du chapitre qui concerne l'église et le clergé que de parler des écoles, car on peut voir dans toutes les paroisses que les fondations qui se firent du XVIe siècle au XVIIIe siècle en faveur de l'instruction des enfants pauvres eurent des prêtres comme fondateurs, et qu'ensuite ce furent presque toujours des prêtres qui y firent fonctions d'instituteurs pour les garçons, tandis que des religieuses ou de pieuses personnes se chargeaient des jeunes filles sous la direction du clergé[16].

À Brée, l'école des garçons se tenait dans une maison dite le Pressouer ou Pressoir, léguée en 1592 à cet effet à la fabrique par Me Thomas Gaultier, prêtre et chapelain, à la charge d'une messe par semaine. Un pré, nommé le pré des Rochers, avait également été donné au collège « des garçons et filles de Brée pour montrer l'école aux pauvres de ladite paroisse gratuitement ». Par acte du , devant F. Bruant, notaire à Brée, Marie Potier, femme de Joachin Girard, léguait par testament un lieu et closerie appelé Vaublin, paroisse de Bais, dont le revenu serait affecté par tiers à une école de garçons à Brée pour l'instruction des pauvres, à l'établissement d'une école de filles dans la même paroisse, et en divins services. Cette closerie fut vendue pour acheter le pré du Rocher dont le revenu, estimé 37 livres en 1745, fut affecté à la même destination.

Le 22 mai 1723, M. R. Le Cornu, curé de Brée, fondait par devant Me P. Bruant, notaire royal, l'établissement des sœurs de la charité. Il avait été secondé dans ses desseins charitables par une nièce, Mlle Thérèse Le Cornu qui elle-même entra comme religieuse dans la communauté naissante des sœurs de la Chapelle-au-Riboul[17]. Le testament de la sœur Le Cornu mentionnait également un legs de 17 liv. pour le maître d'école des garçons.

Depuis cette époque, on voit figurer les sœurs dans les divers comptes de fabrique comme chargées de l'entretien du linge de la sacristie ; l'abbé Angot y relève les noms des sœurs Rocher, 1753, Mezière, 1756, Mailan, 1756. Le , dans une réunion du général des habitants, M. Chedhomme remontra son louable dessein pour le bien et utilité des petites écoles des garçons de lad. paroisse… où il n'y a même pas de logement commode pour cet effet[18].

Activité culturelle et manifestationsModifier

Il y avait deux foires à Brée, celle de la Saint-Louis, 25 août, et celle de la saint Gervais d'hiver le 10 décembre. L'abus s'était introduit de tenir ces foires le jour même de la fête ; M. René Le Cornu demanda à M. le sénéchal du Maine, qu'en vertu de l'ordonnance du , elles soient remises au lendemain. Il fut fait droit à sa réclamation et défense fut portée en ce sens sous peine de confiscation de leurs marchandises contre les délinquants.

ConfrériesModifier

Confrérie de Saint-Gervais et Saint-ProtaisModifier

Il y avait à Brée une confrérie[19] fort importante[20]. Elle était établie sous le vocable des saints Gervais et Protais, patrons de la paroisse ; son but principal était le soulagement des âmes du purgatoire.

Son érection doit datée au moins au milieu du XVe siècle[21].

Les curés de Brée ont eu souvent la charge de procureur, d'autres prêtres de la paroisse également, plus rarement des laïques. La fête principale avait lieu le 10 décembre, jour de la Saint-Gervais d'hiver. Outre les recommandations, messes, anniversaires ou autres prières fondées par les associés, il y avait une messe par semaine le lundi à l'intention de tous les membres de la confrérie. Un aveu de 1705 parle aussi de deux messes pour les confrères, qui se disaient dans la chapelle du grand cimetière, l'une le jeudi, la seconde le vendredi. L'honoraire de ces deux messes se prenait sur la Beguinière et la Bonière[22].

Confrérie du Saint-RosaireModifier

En 1651, Madeleine Brossier, veuve de Jacques Chartier, sieur de la Fontaine, effectue un legs de 10 livres de rente en faveur de la Confrérie du Rosaire « qui sera érigée en l'église de Brée », et 12 livres pour acheter une rente destinée à l'entretien d'une lampe devant l'autel de la Vierge.

Comme il est fait mention à plusieurs reprises[23] de missions données à Brée par les Dominicains de Laval, il n'est pas surprenant d'y voir l'érection de cette confrérie. Toutefois, aucun document postérieur à cette date n'a permis de savoir à l'abbé Angot s'il avait été donné suite à ce projet.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason D’or, à trois fasces d’azur, et un soleil de l’un dans l’autre ; au chef cousu d’argent, chargé de trois quintefeuilles d’azur.
Détails
- Créé par Jean-Claude MOLINIER, héraldiste amateur, et adopté par la municipalité le 4 octobre 1999:

L’or et les trois fasces d’azur proviennent des armes de la famille de Vassé, seigneur du village. La reprise intégrale du blason de famille étant interdite pour la commune, il suffit d’en emprunter un ou plusieurs éléments.

Le soleil symbolise Gervais et Protais les saints patrons de la paroisse. Ils font partie des saints de glace d’où la disposition de l’un dans l’autre qui donne un soleil partagé entre l’or de la chaleur et l’azur du froid.

L’argent avec les trois quintefeuilles d’azur reprennent les armes de la famille de Montesson également seigneur de Brée. La remarque concernant le blason de famille est valable ici aussi.

Les ornements sont deux deux gerbes de blé d’or, mises en sautoir par la pointe et liées de sable afin d’honorer l’activité agricole.

Le listel d'argent porte le nom de la commune en lettres majuscules de sable.

La couronne de tours dit que l’écu est celui d’une commune ; elle n’a rien à voir avec des fortifications.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2016, légale en 2019.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  3. L'essai de monographie paroissiale de Brée de l'abbé Angot se compose du dépouillement minutieux des registres paroissiaux et autres titres de la fabrique, et de plusieurs généalogies des familles nobles qui ont eu le plus de rapport avec cette localité. L'abbé Angot ne s'attribue d'autre part dans le travail que la première partie ; les quelques notes ajoutées aux diverses généalogies n'empêchent pas qu'elles n'appartiennent à M. de la Beauluère, pour la famille de Brée, et à M. Pointeau, curé d'Astillé, pour les seigneurs de Brée et pour la généalogie des Le Cornu.
  4. L'abbé Angot indique que personnellement, il doit à Jean-Baptiste de Goué d'avoir commis des erreurs dans la Monographie de Brée, qu'il juge a posteriori mauvais travail, qu'il ne recommande pas et qui vaut autant que deux ou trois autres brochures analogues écrites par lui dans le même temps avec aussi peu d'expérience.

RéférencesModifier

  1. L'abbé Angot indique dans sa monographie sur Brée qu'elle n'est pas mentionnée dans l'acte de restauration du comte Robert de Blois en 988, et que ce doit être entre ces deux dates qu'en fut fait le don, peut-être par l'Église du Mans, si elle en avait gardé la jouissance, ou par les héritiers de l'un des seigneurs qui s'emparèrent des terres de l'église, à la suite des guerres de cette époque et surtout dans le désordre des invasions normandes. L'abbé Angot reviendra ensuite sur la falsification historique liée au restaurateur de l'abbaye Notre-Dame d'Évron.
  2. L'abbé Gérault dit qu'elle relevait de l'évêque du Mans par sa baronnie de Touvoie. Notice sur Evron, p. 256.
  3. Léon Maître, Dictionnaire topographique de la Mayenne.
  4. Gérault, Notice sur Evron, p. 256.
  5. Gérault, Notice sur Evron. p. 258.
  6. « Claude Garnier se dit prêt pour un 3e mandat de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 3 juillet 2014)
  7. « Le maire Jean-Claude Garnier présente sa liste », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 23 novembre 2014)
  8. Réélection 2014 : « Brée (53150) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 3 juillet 2014)
  9. « Ouest-france.fr - Jacques Poirier (PCF), candidat aux sénatoriales » (consulté le 19 juillet 2011)
  10. http://www.lecourrierdelamayenne.fr/actualite-7109-departementales-m-f-fremeaux-et-c-garnier-candidats-a-evron.html
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. Année de mortalité exceptionnelle qui semble avoir sévi particulièrement en novembre et décembre.
  16. Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique de Maine-et-Loire, passim.
  17. Elle habitait ordinairement la maison-mère, est-il dit dans son testament. Toutefois, c'est chez les sœurs de Brée qu'elle mourut, laissant 400 liv. pour l'école des garçons. Elle obligeait celui et celle qui faisaient l'école à réciter un De profundis à chaque classe. Son acte d'inhumation laisse voir en quelle estime était tenue cette généreuse bienfaitrice qui dépensa en bonnes œuvres sa vie et sa fortune. « Le 14 mai 1737 a été inhumé au bas de la grand'route de cette Église à côté de M. R. le Cornu, son oncle, ancien curé de cette paroisse, le corps de vertueuse demoiselle Marie Thérèze le Cornu, décédée d'hier chez les sœurs de cette paroisse, âgée de 48 ans, par nous prêtre, curé de Saint-Ouën-des-Toits, en présence du clergé soussigné avec nous. À Monsallier, prêtre, R. Monsallier, curé de Montsûrs, Mauduit, vicaire de Neau, J. Gaultier, A. Leroyer ».
  18. Il propose de faire réparer la maison du Pressoir pour le logement d'un prêtre pour y montrer l'école aux garçons. Il abandonne en outre un petit jardin joignant le jardin des sœurs de charité, consent à payer à la seigneurie la rente qui lui est due sur ladite maison d'un boisseau d'avoine, et une autre rente de 6 livres qu'il fonde en faveur de l'école ; cette proposition fut acceptée. Le prêtre sacriste ou un autre prêtre chapelain faisait la classe et logeait dans la maison du Pressoir.
  19. Chaque paroisse avait ainsi en l'honneur d'un mystère de la religion ou d'un saint patron, une confrérie qui enrôlait non seulement les fidèles d'une église, mais qui étendait son action dans les paroisses voisines et créait ainsi entre elles un lien étroit de fraternité chrétienne. Le jour de la fête patronale de la confrérie d'une église, on s'y rendait en pèlerinage de tous les alentours. À la fin du XVe siècle on donnait ordinairement 2 soues 6 deniers de rente pour être « fondeur ou fonderesse» de la confrérie, et pour avoir droit aux suffrages pour soi et pour ses parents défunts ou comme on dit ailleurs, « pour être associé aux prières, suffrages, oraisons, messes et vigiles dites pour les frères et sœurs de la confrérie ». Ces dons étaient trop multipliés pour qu'il soit possible d'en faire un relevé et d'en donner même un résumé. La confrérie avait comme président honoraire un bâtonnier ; l'abbé Angot indique qu'il ne sait s'il était choisi à l'élection ou s'il acquérait le bâton, insigne de sa dignité, par adjudication à la suite d'une mise aux enchères comme cela se pratiquait ordinairement, soit à vie, soit pour un an. Le bâton donnait droit à des honneurs et préséances. Il y avait de plus un procureur qui veillait aux intérêts temporels de la confrérie.
  20. On peut en juger par l'influence qu'elle semble avoir exercée, par le nombre des offrandes et des legs qui seront effectués pour sa fondation et son augmentation, et enfin par la popularité dont elle jouit pendant de longs siècles.
  21. La fabrique possède un registre des dons reçus par la Confrérie, rédigé en partie dans les premières années du XVIe siècle, d'une reliure soignée, presque artistique.
  22. Ce sont les fondations des divers curés de la paroisse.
  23. Le R.P. D. Hayneufve, Jacobin de Laval, fait une sépulture le . — Le P. d'Argelos, du même couvent, donne deux missions en 1745 et 1749.