Boa Sr.

Grande Andamanaise indienne
Boa Sr.
Nom de naissance Boa
Naissance vers
Drapeau de l'Empire britanniques des Indes Îles Andaman-et-Nicobar
Décès
Drapeau de l'Inde Port Blair
Nationalité Drapeau de l'Inde Indienne
Activité principale
Dernière locutrice de l'aka-bo

Boa Sr., née vers sur les îles Andaman-et-Nicobar dans le Raj britannique en Empire britannique et morte le à Port Blair en Inde, est une indienne Grande Andamanaise (en), dernière locutrice de l'aka-bo. À son décès, la langue est déclarée morte.

BiographieModifier

La mère de Boa Sr., To, appartient au peuple Bo (en)[1],[2] et accouche de sa fille vers 1925[3]. Son époux, Renge, est lui originaire du peuple Jeru Aka-Jeru (en). La jeunesse de Boa se déroule à Mayabunder, sur Andaman du centre, et elle est mariée jeune à Nao, un Jeru[1],[2].

Elle survit premièrement à l'épidémie apportée par les colons britanniques, qui dévaste une grande partie de la population andamane, puis à l'occupation japonaise des îles en 1942, pendant la Seconde Guerre mondiale[1]. Elle subit également en 2004 le tsunami de l'océan Indien, auquel elle survit en s'accrochant à un arbre[4].

Dans les années 1970, elle fait partie des Andamanais déplacés de force par le gouvernement indien dans une réserve tribale sur l'île de Strait (en)[1].

En 2005, Anvita Abbi (en), professeure de linguistique à l'université Jawaharlal-Nehru de Delhi, étudie et enregistre l'aka-bo grâce aux chants et récits de Boa. Mais Boa comprend également le dialecte andamanais de l'hindi et l'aka-jeru (en), un mélange des différentes langues indigènes andamanaises[2].

Nao Sr., son époux, meurt dans les années 2010. Ils n'ont pas d'enfants. Boa Sr. souffre également à la fin de sa vie d'une perte de vision[4].

Boa meurt le 26 janvier 2010, à l'hôpital de Port Blair, capitale des îles Andaman-et-Nicobar, à environ 85 ans[4]. Elle est alors la doyenne des Grands Andamanais[5], un peuple réduit à cinquante-deux personnes, dont aucune ne parle l'aka-bo. Au recensement de 1858, à l'arrivée des Britanniques, ils étaient au nombre de cinq mille[4].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) « Bo Sr.'s obituary », sur VOGA, (consulté le ).
  2. a b et c (en) « Boa Sr. profile » (version du 8 février 2010 sur l'Internet Archive), sur VOGA, .
  3. (en) Alastair Lawson, « Last speaker of ancient language of Bo dies in India », sur BBC, (consulté le ).
  4. a b c et d « Boa Sr. », sur The Daily Telegraph, (consulté le )
  5. (en) « Language lost as last member of Andaman tribe dies », sur The Daily Telegraph, (consulté le ).