Ouvrir le menu principal

Jusqu'à ce que mort s'ensuive

film sorti en 1948
(Redirigé depuis Blanche Fury)
Jusqu'à ce que mort s'ensuive
Titre original Blanche Fury
Réalisation Marc Allégret
Scénario Audrey Erskine-Lindop
Cecil McGivern
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Drame
Durée 90 min
Sortie 1948

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Jusqu'à ce que mort s'ensuive (Blanche Fury) est un film britannique réalisé par Marc Allégret en 1947, sorti en 1948.

Sommaire

SynopsisModifier

Blanche Fury, sur le point d'accoucher, se souvient… Jeune femme sans ressources, elle était devenue, sur le domaine de sa famille, la gouvernante de Lavinia, petite-fille de son oncle Simon Fury. Elle avait alors rencontré l'intendant du Domaine, Philip Thorn, qui se revendiquait le fils naturel d'un Fury, ancien propriétaire décédé. Une liaison avait uni Blanche et Philip, assombrie par le caractère imprévisible de ce dernier…

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Voix françaisesModifier

AppréciationModifier

Lors d'une diffusion télévisée en 1994, Patrick Brion (alias André Moreau) écrivait dans Télérama :

« Premier film en couleurs de Marc Allégret, Blanche Fury (qui avait été distribué à l'époque sous le titre de Jusqu'à ce que mort s'ensuive), surprend dans l'œuvre du cinéaste. Il est étonnant que la profession cinématographique britannique, d'habitude si exigeante sur les questions syndicales et nationales, ait accepté que ce film de prestige soit réalisé par un étranger, même si la renommée d'Allégret pouvait être reconnue en Angleterre. Bénéficiant des tons superbes du Technicolor, Blanche Fury est un troublant mélodrame qui évoque à la fois Rebecca[1] et L'Amant de lady Chatterley[2]. Face à Valerie Hobson, réservée et surprise par l'univers qui l'entoure, Stewart Granger personnifie avec un charme inquiétant ce fils naturel souffrant de voir les autres s'attribuer des biens qu'il juge être les siens. La diffusion de ce film rarissime est une occasion à ne pas manquer. »

RécompenseModifier

Notes et référencesModifier

  1. précédemment adapté par Alfred Hitchcock en 1940 sous le même titre, Rebecca.
  2. En 1955, Marc Allégret réalisera une adaptation de ce dernier sous le même titre, L'Amant de Lady Chatterley.

Lien externeModifier