Ouvrir le menu principal

Bernard III (en catalan Bernat) est le dernier comte de Besalú, suzerain de la vicomté de Fenouillèdes, du Vallespir, du Peyrapertusès, du Berguedà et du Ripollès de 1066 à 1111, ses possessions étant ensuite incorporées au comté de Barcelone.

Bernard III de Besalú
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Décès
Nom dans la langue maternelle
Bernat
Nom de naissance
Bernard
Père
Conjoint
Ximena de Barcelona i de Díaz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

A la mort de son père Guillem I en 1052, son frère aîné Guillem II hérite seul du comté. Il récupère une partie de son héritage avec l'aide du comte de Barcelone et d'une faction nobiliaire, puis règne enfin seul à la mort de Guillem II en 1066.

Il meurt sans descendance en 1111.

Sommaire

BiographieModifier

En s'appuyant sur Bernard, fils puiné et sans héritage de Guillem I, le comte de Barcelone constitue une faction favorable dans le comté de Besalú[1]. Il est considéré comme le seigneur supérieur (senior) des comtes de Besalú depuis le règne de Guillem II[2]. Aussi à partir de 1066, la politique du comté semble dépendante de celle de Raimond-Bérenger III de Barcelone.

En 1078 il place les abbayes de Sant Pere de Camprodon et Saint-Paul-de-Fenouillet sous la dépendance de l'abbaye de Moissac.

En conflit avec le vicomte de Fenouillet Arnaut-Guilhem, il inféode la vicomté en 1086 au seigneur Bernard Turronis, mais il ne semble pas que celui-ci en prenne réellement possession.

Bernard III épouse en 1107 Chimène de Barcelone[3], une fille du comte de Barcelone, qui lui apporte le comté d'Osona en dot. Les comtes de Besalú et de Barcelone se sont accordés pour établir la succession mutuelle de leurs comtés au cas où l'un d'eux mourrait sans descendance[1].

Intégration de l'héritage de Besalú à BarceloneModifier

En 1111, à la mort de Bernard III, sans enfant, tous les domaines passent comme prévu à son beau-frère, Raimond-Bérenger III. Le comte de Cerdagne, Bernard Guillaume, vassal du comte de Besalú, réclame cependant la reconnaissance de ses droits sur le comté. Finalement, il renonce à ses droits en échange d'une compensation financière.

En 1112, Raimond-Bérenger III, afin de s'attacher son demi-frère, le vicomte de Narbonne Aymeri II, dans son combat contre le vicomte de Carcassonne Bernard Aton, lui cède le Fenouillet et le Peyrepertusès, tout en y conservant sa suzeraineté. Le reste du comté de Besalú est alors définitivement uni au comté de Barcelone.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (ca) Josep Maria Salrach, « Els documents de Besalú a l’Arxiu Comtal de Barcelona i els misteris del darrer comte de Besalú (segles XI-XII) », Quaderns de les Assemblees d'Estudis,‎ , p. 7-28 (ISSN 2385-3336, lire en ligne)
  2. Aurell, Martin., Les noces du comte : mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), Publications de la Sorbonne, (ISBN 2859442510 et 9782859442514, OCLC 32346080, lire en ligne)
  3. Fluviá y Escorsa, Armando de., Els primitius comtats i vescomtats de Catalunya : cronologia de comtes i vescomtes, Enciclopèdia Catalana, (ISBN 8477390762 et 9788477390763, OCLC 21442793, lire en ligne)

Liens externesModifier