Bernard-Prudent Bruley

juriste français
Bernard-Prudent Bruley
Fonction
Trésorier général de France
Généralité de Tours
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ToursVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Famille
Enfant

Bernard-Prudent Bruley (Paris, - Tours, ) est un magistrat et trésorier général français. Il est avocat du roi et conseiller au bailliage et siège présidial de Tours

BiographieModifier

Membre de la famille Bruley, famille établie en Champagne au XVIe siècle, il est l'aîné des quatre enfants laissés par Prudent Bruley et de Jeanne Estiennette Poinsignon . Entré au collège du Plessis, il y fait de brillantes études. Placé ensuite dans l'administration des Domaines, il vient à Tours en qualité de secrétaire de l'Intendance. Il était parvenu jeune à une Inspection et allait être nommé Directeur, quand de précoces infirmités le firent renoncer à la carrière.

Il avait épousé, en 1758, Catherine Veron de La Croix[1], dont la famille habitait le Mans et occupait une haute situation industrielle. Elle était à la tête de l'importante fabrication d'une étoffe dite Véronne, à laquelle elle avait donné son nom et qui était alors fort répandue en Italie.

Il succède en 1774 à Raphaël de Lavau, oncle de sa femme, de sa charge de président-trésorier général de France au bureau des finances de la généralité de Tours. Il occupe l'office jusqu'en 1787[2].

Il lègue à son fils Prudent-Jean Bruley, en 1787, sa charge de président-trésorier de France au bureau des finances de la généralité de Tours.

Il est l'ancêtre de Mgr Georges-Prudent-Marie Bruley des Varannes.

BibliographieModifier

Il a laissé d'assez nombreux écrits tant en vers qu'en prose et d'importantes œuvres musicales. Ces ouvrages sont restés inédits. Il a laissé, en outre, des opérettes, des vaudevilles, des ballets, des romances et chansons dont il a fait les paroles et la musique.

On conserve à la bibliothèque de Tours le manuscrit d'un divertissement en deux actes intitulé : Apollon et Cyrène, dont il avait composé les paroles. L'organiste de Saint-Martin, Jean-Baptiste Dupré, s'était chargé, en 1771, de la partie musicale[3].

Notes et référencesModifier

  1. Son oncle est François Véron Duverger de Forbonnais.
  2. François Caillou (dir.), Une administration royale d'Ancien Régime : le bureau des finances de Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2017
  3. Comme l'indique une note de Dupré même à la page 168.

BibliographieModifier