Belarmino

film sorti en 1964
Belarmino
Réalisation Fernando Lopes
Sociétés de production Produções Cunha Telles
Pays d’origine Drapeau du Portugal Portugal
Genre docufiction
Durée 80 minutes
Sortie 1964


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Belarmino est une docufiction portugaise réalisée par Fernando Lopes, sortie en 1964.

Belarmino Fragoso, boxeur sur le déclin passé selon lui à côté d'une grande carrière, a aujourd'hui 32 ans et vivote comme coloriste de photos, en attendant mieux. Il évoque sa vie en gros plan, parfois en regard caméra, et déambule en sifflant dans un Lisbonne triste, de la salle de sport au cabaret.

Belarmino est conscient de la caméra, exagère ou dissimule parfois, mais ne cesse pourtant de sonner juste, vrai. Portrait à la fois vivant et mélancolique d'un homme et d'une ville, aux rythmes du jazz et dans un beau noir et blanc, c'est une œuvre fondamentale du Novo Cinema[1], parfois reliée au cinéma direct[2].

Fiche techniqueModifier

IntervenantsModifier

  • Belarmino Fragoso
  • Maria Amélia Fragoso, sa femme
  • Ana Paula Fragoso, leur fille
  • Albano Martins, son ancien entraîneur
  • Tony Alonso, rival espagnol
  • Jean-Pierre Gebler, saxophoniste
  • Armando Baptista-Bastos, journaliste

Extraits de critiqueModifier

Selon Pedro Neves dans Correio da Manhã en 2002, « le film est plein d'une poésie de l'image très douloureuse, où règnent des thèmes amers comme la solitude, la peur et la défaite, exprimés avec l'aigreur de quelqu'un qui a atteint une renommée précoce mais a fini par avoir une vie triste[1] ».

Paulo Rocha jugeait en 1974 qu'« Après Aniki Bóbó, Belarmino est le plus beau de nos films, et aucun n'a été réalisé avec des moyens matériels si modestes. [...] Tant que Fernando Lopes vivra, personne ne pourra arrêter le cinéma portugais[3] ».

Jorge Silva Melo écrivait en 1995 qu'il ne connaît « qu'un film aussi inséparable de son personnage : le génial Close-up d'Abbas Kiarostami[4] ».

Notes et référencesModifier

  1. a et b (pt) Pedro Neves, « Uma justa homenagem », Correio da Manhã,‎
  2. https://www.cineclubdecaen.com/analyse/cinemaportugais.htm
  3. (pt) Paulo Rocha, « Lisboa: do cinema que falece... », O Tempo e o Modo, no 19,‎
  4. (pt) Jorge Silva Melo, « Campeões com jeito é nossa vocação, nosso trejeito », Público,‎

Liens externesModifier