Ouvrir le menu principal
Bataille de Wilton

Informations générales
Date
Lieu Wilton (Wiltshire)
Issue victoire des partisans de Mathilde
Belligérants
Partisans d'Étienne de BloisPartisans de Mathilde l'Emperesse
Commandants
Étienne de Blois
Guillaume Martel
Robert de Gloucester

Anarchie

Batailles

Coordonnées 51° 04′ 48″ nord, 1° 51′ 50″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Wiltshire

(Voir situation sur carte : Wiltshire)
Bataille de Wilton

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Bataille de Wilton

La bataille de Wilton se déroule le à Wilton, dans le cadre de l'Anarchie, une guerre civile qui oppose les partisans du roi d'Angleterre Étienne de Blois à ceux de la prétendante Mathilde l'Emperesse. Les troupes du roi sont battues, mais il échappe de justesse à la capture.

ContexteModifier

La guerre civile éclate en 1138. Au bout de quelques années de conflit, les deux camps en viennent à éviter les batailles rangées et concentrent leurs forces sur la prise des forteresses ennemies[1],[2].

En 1143, le roi Étienne entreprend une campagne pour renforcer ses positions dans le sud-ouest de l'Angleterre. Son objectif est le port de Wareham, dans le Dorset, par lequel passent les communications des partisans de Mathilde avec le duché de Normandie. La ville étant trop bien défendue pour qu'il puisse s'en emparer, il se dirige vers Salisbury. Il prend au passage le contrôle de l'abbaye de Wilton, où il s'installe pour attendre des renforts de Winchester[3],[4].

La batailleModifier

D'après Gervais de Canterbury, qui écrit dans les années 1180, la bataille se déroule le . La Gesta Stephani, une chronique contemporaine des faits, se contenter de la situer après le siège d'Oxford, qui prend fin en décembre 1142[3],[5].

Robert de Gloucester, le chef des armées de Mathilde en Angleterre, lance une attaque surprise sur l'abbaye de Wilton au coucher du soleil[5]. Étienne tente de briser l'encerclement de ses troupes, mais il est repoussé par une charge de cavalerie adverse[6]. Dans l'obscurité de la nuit, il parvient à s'échapper de l'abbaye en flammes, tandis que son intendant Guillaume Martel mène une lutte d'arrière-garde pour retarder ses poursuivants[7],[5].

SuitesModifier

Après la bataille, les troupes de Robert se livrent au pillage dans la ville de Wilton[8].

En guise de rançon pour la libération de Guillaume Martel, Étienne cède à ses adversaires le château de Sherborne, l'une des principales forteresses qu'il contrôle encore dans la région[7],[5]. La position des partisans de Mathilde en sort renforcée, mais la guerre entre alors dans une impasse : ils sont incapables de progresser plus loin, mais Étienne est incapable de les mater[9].

RéférencesModifier

  1. Bradbury 1996, p. 113.
  2. Davis 2000, p. 70.
  3. a et b Davis 1990, p. 72.
  4. Crouch 2000, p. 206-207.
  5. a b c et d Crouch 2000, p. 207.
  6. Bradbury 1996, p. 125.
  7. a et b Davis 1990, p. 73.
  8. Bradbury 1996, p. 127.
  9. Davis 1990, p. 95.

BibliographieModifier

  • (en) Jim Bradbury, Stephen and Matilda: The Civil War of 1139–53, Alan Sutton, (ISBN 0-7509-0612-X).
  • (en) David Crouch, The Reign of King Stephen 1135-1154, Longman, (ISBN 0-582-22657-0).
  • (en) R. H. C. Davies, King Stephen, Longman, (ISBN 0-582-04000-0).