Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Damboa.
Bataille de Damboa

Informations générales
Date
Lieu Damboa, dans l'État de Borno
Issue Victoire nigériane
Belligérants
Drapeau du Nigeria NigeriaShababFlag.svg Boko Haram
Forces en présence
inconnues200 hommes[1]
Pertes
20 morts[1]53 morts[2]

Insurrection de Boko Haram

Coordonnées 11° 09′ 26″ nord, 12° 45′ 16″ est

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Bataille de Damboa

Géolocalisation sur la carte : Nigeria

(Voir situation sur carte : Nigeria)
Bataille de Damboa

La troisième bataille de Damboa a lieu le pendant l'insurrection de Boko Haram.

DéroulementModifier

Le , les islamistes de Boko Haram attaquent la caserne et le commissariat de police de la ville de Damboa. De nombreux rebelles prennent part à l'assaut, soutenus par au moins quatre blindés. L'attaque est repoussée par une contre-attaque des l'armée mais de nombreux habitants s'enfuient de la ville et selon des témoins, la moitié de la ville de Damboa est incendiée, ainsi que son commissariat[2].

Le 5 juillet, l'armée annonce avoir perdu 6 hommes dans les combats, dont un officier haut-gradé, contre 53 tués du côté des rebelles islamistes. Des témoins déclarent cependant à l'AFP que le bilan est sans doute plus lourd tant du côté des civils que des militaires. Selon le journal nigérian Vanguard au moins 70 personnes sont mortes pendant les affrontements[2],[3].

Selon le journal nigérian, The Daily Post, les pertes des forces gouvernementales sont plus nombreuses. D'après des témoignages recueillis sur place au moins 12 militaires, 4 policiers et 4 miliciens sont tués tandis que les pertes des rebelles sont estimées à plus de 50 morts sur les 200 hommes ayant pris part à l'attaque[1].

Parmi les islamistes qui prennent part à la bataille figurent les auteurs du raid de Kummabzan, où environ 60 femmes et 30 garçons avaient été enlevés à la fin du mois de juin[4]. Le 4 juillet, six femmes et trois jeunes hommes parviennent à s'enfuir et à regagner leur village[5].

RéférencesModifier