Ouvrir le menu principal

Les pratiques et expressions culturelles liées au balafon des communautés Sénoufo du Mali, du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire *
Un balafon.
Un balafon.
Pays * Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Drapeau du Mali Mali
Liste Liste représentative
Année d’inscription 2012
* Descriptif officiel UNESCO

Le balafon des communautés Sénoufo du Mali, du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire est un instrument de musique de type xylophone. Les pratiques et expressions culturelles liées à son usages sont reconnues comme une richesse faisant partie du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

Sommaire

DescriptionModifier

Le balafon, également appelé ncegele, est constitué d'une structure en bois ou en bambou sur laquelle sont fixées des lames de bois de longueur différente, et de calebasses de différentes tailles faisant office de caisses de résonance pour chacune des lames. Des membranes d'oothèques produites par des araignées, tapissent l'intérieur des calebasses, percée, permettant d'obtenir différentes vibration pour les sons créés. Les accords du balafon sont basés sur la division d'un octave en 5. La musique du balafon est obtenu en utilisant des baguettes de bois[1].

Pratiques culturellesModifier

Dans les communautés sénoufo, le balafon est présent à différents moments de la vie collective, qu'il s'agisse de fêtes, de prières, de rituels ésotériques, d'enterrements. Sa musique est utilisé pour accompagner la transmission des traditions, croyances et valeurs de la communauté[2].

Les Kafibélé, un sous groupe sénoufo, dénombrent 7 types d'orchestres qui combinent les balafons avec d'autres instruments selon les circonstances. L'ethnomusicologie s'est intéressée à cette pratique, et l'analyse en termes de sémantique. Jouer du balafon est alors considéré comme un acte dialectique : tenir un discours. Le message se construit sur une base syllabique, bien que ses interprétations restent soumises au contexte[3].

Les airs traditionnels, portant des messages liées au passage de la vie à la mort, par exemple, sont considérés comme très anciens, et il en existe de nombreuses variantes. Ceux dédiés aux divertissements sont plus éphémères, et peuvent être créés et réinventés au fil du temps[3]. Les jeux de balafons sont également l'occasion de jouer des rivalités entre villages Sénoufos et d'exprimer leurs singularités culturelles[4].

Le festival du triangle du balafon est organisé à Sikasso pour valoriser et transmettre ses pratiques et renforcer les liens entre les pays et communautés de la région[5].

Inscription au patrimoine de l'humanitéModifier

Les pratiques et expressions culturelles liées au balafon des communautés sénoufo du Mali, du Burkina Faso et de la Côte d'Ivoire est inscrit en 2012 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'Unesco[6].

RéférencesModifier

  1. « UNESCO - Les pratiques et expressions culturelles liées au balafon des communautés [[Sénoufos|sénoufo]] du Mali, du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire », sur ich.unesco.org (consulté le 15 mai 2019)
  2. unescoFrench, « Pratiques et expressions culturelles liées au balafon des communautés Sénoufo », (consulté le 15 mai 2019)
  3. a et b Hugo Zemp et Sikaman Soro, « Paroles de balafon », L Homme, nos 171-172,‎ , p. 313–331 (ISSN 0439-4216 et 1953-8103, DOI 10.4000/lhomme.24930, lire en ligne, consulté le 15 mai 2019)
  4. Marianne Lemaire, « Chants de l'agôn, chants du labeur : travail, musique et rivalité en pays sénoufo (Côte d'Ivoire) », Journal des Africanistes, vol. 69, no 2,‎ , p. 35–66 (DOI 10.3406/jafr.1999.1208, lire en ligne, consulté le 19 mai 2019)
  5. « festival international du balafon », sur http://www.tourisme.gouv.ci/, ministère du tourisme et des loisirs de Côte d'Ivoire, (consulté le 15 mai 2019)
  6. « La législation sur le patrimoine culturel immatériel en Côte d'Ivoire - Ministère de la Culture », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 15 mai 2019)