Ouvrir le menu principal

Babel 17

livre de Samuel R. Delany
Page d'aide sur l'homonymie Pour le groupe du même nom, voir Babel 17 (groupe).
Babel 17
Titre original
(en) Babel-17Voir et modifier les données sur Wikidata
Langue
Auteur
Genre
Roman de science-fiction (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Date de parution
Pays
Éditeur
Distinctions

Babel 17 (titre original : Babel-17) est un roman de Samuel R. Delany publié en 1966.

RésuméModifier

Depuis des mois, une guerre impitoyable règne entre la Terre, ses colonies unies au sein de l'Alliance, et une race extra-terrestre. La nouvelle arme des envahisseurs est un langage, le Babel 17, qui programme dans l'esprit de celui qui l'apprend une personnalité schizoïde qui le pousse à considérer comme juste tout ce qui, dans cette langue, est qualifié de juste. Ainsi, chaque humain qui a appris le Babel 17, devient-il, en puissance, un traître et un agent de l'ennemi.
Rydra Wong, une poétesse qui a la rare faculté de pouvoir apprendre et comprendre rapidement n'importe quelle langue, semble être la seule à pouvoir le décrypter. À cette fin, elle part dans un aventureux voyage dans la Galaxie, à bord de l'astronef Rimbaud.

Présentation de l'œuvreModifier

On sait peu de chose de Babel 17, hormis qu'il s'agit d'un langage qui transforme ceux qui ne connaissent que lui en combattants redoutables et ne s'embarrassant guère de loyauté ni de scrupules (voir novlangue).

L'enquête finira par donner le fin mot de l'histoire : Babel 17 est conçu pour éliminer totalement la notion de « moi » (voir Hypothèse de Sapir-Whorf). Contrairement à ce que laissent entendre les religions ou philosophies qui prônent l'abolition du « moi », Delany défend l'idée que sans notion de « moi », il ne peut exister d'amélioration personnelle, ni de remords, ni de scrupules, ni de remise en cause des idées. Ce point de vue, publié un an avant l'explosion hippie qui commençait à s'ébaucher, a été considéré comme novateur pour ce contre-pied aux idées du moment.

TraductionModifier

Le roman est paru en français chez Calmann-Lévy, dans une traduction de Mimi Perrin.

Voir égalementModifier