Aurélia Steiner

roman

Aurélia Steiner est un récit, un chant en trois parties, portant les sous-titres respectifs Melbourne, Vancouver et Paris, paru en 1979 et dont les deux premières parties ont fait l'objet d'un film par Duras.

Aurélia Steiner
Langue
Auteur
Genre
Date de parution
Pays

Aurélia est à la fois le nom d'une femme morte dans les chambres à gaz, celui de sa fille née au camp, d'une enfant de 7 ans qui vit avec une vieille dame là où sa mère a été arrêtée par la police, celui d'une jeune femme qui vit à Melbourne ou Vancouver ; c'est aussi Duras elle-même qui exprime l'émotion ressentie par les pertes d'un enfant, d'un frère, d'amis de la Résistance disparus dans les camps[1]

Duras en a réalisé une adaptation pour l'écran et deux films ont été tournés : Aurélia Melbourne et Aurélia Steiner Vancouver à Paris.

Le texte a été porté à la scène en 1982 par l'Ensemble Théâtral Mobile dans une version de Michèle Fabien. Il a été transposé pour le théâtre par Duras elle-même pour une lecture par Gérard Desarthe au Théâtre du Rond-Point en 1984[2].

Notes et référencesModifier

  1. Laure Adler, Marguerite Duras. A life, University of Chicago Press, 2000, 424 p., p. 320 et 321.
  2. Une note dans Christiane Achour, Frontières des genres. Féminin-masculin, Le Manuscrit, 2006, 136 p. (ISBN 9782748170627) p. 93 et 94, indique « Gérard Désarthe [sic] a confirmé à l’auteur de cet article, avoir réellement fait des lectures d’Aurélia Paris. Ce que Marguerite Duras écrit dans l’avant-propos correspond à la vérité : « J’avais toujours eu la tentation de transposer Aurélia Paris à la scène. Je l’ai fait pour Gérard Desarthe. Il l’a lu merveilleusement pendant deux semaines dans la petite salle du théâtre du Rond-Point en janvier 1984 ». »