Ouvrir le menu principal

Attentat de la NOS
Image illustrative de l’article Attentat de la NOS
Bureaux de la NOS.

Localisation Journaalplein 1 (Media Park)
1217 ZK Hilversum (Pays-Bas)
Cible Nederlandse Omroep Stichting
Date
19 h 46 (UTC+1)
Morts 0
Blessés 0
Auteurs Tarik Z. (nom donné par la police)

L'attentat de la NOS a lieu le 29 janvier 2015, au Media Park d'Hilversum, aux Pays-Bas. Il vise le centre de diffusion des médias publics néerlandais.

IncidentModifier

À 19 heures 46 (heure locale), un homme de 19 ans, originaire de Zoetermeer et étudiant la chimie à l'université de technologie de Delft mais résident à Pijnacker, se présente à la réception du siège de la Nederlandse Omroep Stichting (NOS)[1]. Tarik Z., habillé avec un costume et une cravate, demande de passer en direct au journal télévisé de 20 heures, le NOS Journaal[2], déclarant ne pas agir seul. Il affirme que huit bombes radioactives sont placées dans le pays, et que ce dernier serait prochainement la cible de cyber-attaques. Il lui a été possible de passer l'entrée du bâtiment après avoir menacé un garde avec un faux pistolet muni d'un silencieux. Alors qu'il le force à lui indiquer l'emplacement des bureaux éditoriaux, le complexe était en cours d'évacuation et la police établissait un périmètre de sécurité autour de ce dernier.

Le garde le conduit sur un plateau de tournage, mais pas celui du journal. Cependant, tous les canaux d'émission furent coupés, les journalistes ayant quitté leurs locaux et le journal n'ayant pris place. Le garde est alors retenu en otage par Tarik Z., affirmant que celui-ci pourrait partir quand il serait passé à la télévision. L'employé tente alors de le convaincre de le laisser partir, mais l'homme veut passer à l'antenne. Le preneur d'otage affirma, disant représenter un groupe de 98 hackers : « Nous avons été engagés par les services secrets et avons entendu des choses qui mettent la société actuelle en péril. Et nous allons les révéler maintenant. »[3].

Tarik Z. s'est rendu à la police à 8 heures 10. L'unité en intervention l'a appréhendé alors que les policiers la composant ont fait irruption dans le studio de tournage. L'otage en profita pour s'enfuir et Tarik Z. jeta son arme factice à terre. Les policiers n'ont pas tiré et ont évacué ce dernier vers un centre de rétention. Le bâtiment fut largement fouillé à la recherche d'explosifs, mais rien n'a été trouvé.

EnquêteModifier

Une « enquête à grande échelle » a alors commencé pour connaître les motifs de l'assaillant. Il est rapporté que Tarik Z. était intéressé par la politique, les thèses conspirationnistes et le pouvoir des compagnies privées. Il voulait agir de façon conséquente face au capitalisme.

Cet incident s'est produit 22 jours après l'attentat contre Charlie Hebdo, et, bien que n'ayant pas été commandité par l'État islamique, il remit en question la sécurité des médias néerlandais. Le bourgmestre d'Hilversum, Pieter Broertjes, déclara qu'une « équipe spéciale pour les médias » avait été formée après les événements de Paris dans sa ville qui abrite la plupart des sièges médiatiques. Le directeur de la NOS, Jan de Jong, assura pour sa part que la sécurité autour du bâtiment avait été renforcée. Le chef de la police municipale, André Wielandt, rapporta que les attentats de Paris avaient permis une réponse rapide à cet incident, qui se produisit près du site de l'assassinat de Pim Fortuyn, en 2002.

Le 30 janvier, la police affirme que Tarik Z. n'a aucun lien connu avec quelque organisation terroriste, et qu'il avait agi seul alors qu'il devra répondre des chefs d'accusation d'enlèvement, menaces et détention illégale d'armes. Il a comparu à cette même date devant un juge qui a prolongé de quatorze jours sa détention préventive. Le Premier ministre Mark Rutte a évoqué « un incident grave ». « Cela montre à nouveau que nous devons être et rester alertes et attentifs »[4]. L'homme est finalement condamné à 30 mois de prison.

RéférencesModifier

  1. VIDÉO - Pays-Bas : un homme armé fait irruption sur le plateau du 20h00, Le Figaro, consulté le 17 novembre 2015.
  2. Flash info concernant l'événement sur Le Huffington Post, consulté le 17 novembre 2015.
  3. Pays-Bas : un homme armé maîtrisé à la télévision publique, Le Parisien, consulté le 17 novembre 2015.
  4. Pays-Bas : l'homme qui a fait irruption sur le plateau TV a agi seul, Le Nouvelliste, consulté le 17 novembre 2015.