Artère iliaque externe

Artère iliaque externe
Artères de la cuisse.jpg
L'artère iliaque externe et ses principales collatérales, sur une vue antérieure de la cuisse.
Détails
Origine
Branches
Terminaison
Veine associée
Identifiants
Nom latin
arteria iliaca externa
TA98
A12.2.16.002Voir et modifier les données sur Wikidata
TA2
4357Voir et modifier les données sur Wikidata
FMA
18805Voir et modifier les données sur Wikidata

L'artère iliaque externe est une artère systémique amenant du sang oxygéné vers le membre inférieur et le bassin. On dénombre une artère iliaque externe droite et gauche. L'artère iliaque externe est issue de l'artère iliaque commune homolatérale, au niveau du disque intervertébral L5-S1.

L'artère se dirige vers le bas, l’avant et le dehors puis donne naissance à sa terminale, l’artère fémorale, au passage en arrière du ligament inguinal.

Les collatérales de l’artère iliaque externe sont l’artère circonflexe iliaque profonde et l’artère épigastrique inférieure dont les naissances s’effectuent au-dessus du ligament inguinal.

L'endofibrose de l'artère iliaque externe est une pathologie vasculaire du sportif caractérisée par un épaississement de l'intima à l'origine d'une sténose progressive de cette artère. Cette sténose entraîne une réduction du flux sanguin dans le membre inférieur en aval et s'accompagne de phénomènes cliniques plus ou moins marqués incluant une baisse des performances sportives[1],[2].

RéférencesModifier

  1. (en) Ahmed S. Zugail, Hossam I. Shaabi, Slimane Idir et Jean-Pierre Becquemin, « Cyclist Endofibrosis (Exercise-Induced Arterial Endofibrosis) Treated by Drug-Coated Balloon Angioplasty », Case Reports in Vascular Medicine, vol. 2020,‎ , p. 1–5 (ISSN 2090-6986 et 2090-6994, PMID 32724699, PMCID PMC7366215, DOI 10.1155/2020/4290271, lire en ligne, consulté le )
  2. G.F. VERALDI, M. MACRÌ, P. CRISCENTI et L. SCORSONE, « Arterial endofibrosis in professional cyclists », Il Giornale di Chirurgia, vol. 36, no 6,‎ , p. 267–271 (ISSN 0391-9005, PMID 26888703, PMCID 4767374, DOI 10.11138/gchir/2015.36.6.267, lire en ligne, consulté le )