Archibald Cochrane (9e comte de Dundonald)

chimiste et inventeur écossais

Archibald Cochrane (né le et décédé à Paris le ), 9e comte de Dundonald, est un chimiste et inventeur écossais qui ne profita jamais financièrement de ses inventions.

Archibald Cochrane
Image dans Infobox.
Titre de noblesse
Comte de Dundonald
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Père
Mère
Jane Stuart (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Alexander Cochrane
John Cochrane (en)
Basil Cochrane (en)
Andrew Cochrane-Johnstone
Charles Cochrane (d)
George CochraneVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Anna Maria Plowden (d)
Isabella Raymond (d)
Anne Gilchrist (d) (depuis )
Isabella Raymond (d) (depuis )
Anna Maria Plowden (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Thomas Cochrane
William Erskine Cochrane (d)
Lady Charlotte Georgina Dorothea Cochrane (d)
Archibald CochraneVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Earl of Dundonald Coat of Arms.svg
blason
Père-Lachaise - Division 53 - Cochrane 02.jpg
Vue de la sépulture.

BiographieModifier

Archibald Cochrane était le fils aîné de Thomas Cochrane (8e comte de Dundonald), et de son épouse Jean Stewart (1722/3-1808), et par conséquent le frère de l'amiral Alexander Forrester Inglis Cochrane mais aussi d'Andrew Cochrane-Johnstone[1].

Après avoir brièvement servi dans l'armée britannique et dans la Royal Navy, il se tourna vers la chimie. À sa mort, son père ne laissa que des dettes, même si les propriétés familiales regorgeaient de matières premières utiles pour la révolution industrielle. À son tour, Archibald Cochrane dilapida la fortune dans ses recherches et ses entreprises chimiques[1].

Il inventa un procédé pour résoudre la pénurie d'Alcali dont souffrait l'Europe à la fin du XVIIIe siècle. Il réussit à en fabriquer à partir de sel. Ses associés, les frères John et William Losh avaient une mine de sel. Ils évitaient ainsi de payer l'impôt sur le sel. Si Cochrane était dans la première entreprise, il en fut évincé quand les frères Losh se mirent à utiliser le procédé Leblanc, équivalent au procédé Cochrane, mais moins cher, et firent fortune. Archibald Cochrane inventa une catalyse facilitant la distillation de goudron de houille. Il en déposa le brevet en 1781 et en envisagea l'utilisation pour protéger les coques des navires. Il envisagea même une utilisation pour l'éclairage urbain. Cependant, pour rembourser ses créditeurs, il dut créer avec eux une entreprise, la British Tar Company. Celle-ci fit d'énormes bénéfices, après la mort d'Archibald Cochrane. Il fit diverses autres découvertes chimiques utiles pour l'industrie textile, mais n'eut jamais les capitaux pour mettre en application ses inventions. Il mourut dans le dénuement à Paris en 1831[1] et fut enterré au cimetière du Père-Lachaise (53e division).

Il se maria trois fois : avec Anne Gilchrist en 1774, ils eurent trois fils dont l'aîné était l'amiral Thomas Cochrane, ainsi que William Erskine Cochrane qui servit dans l'armée britannique et Archibald Cochrane qui servit dans la Navy ; avec Isabella Mayne en 1788, sans enfant ; avec Anna Maria Plowden en 1819, sans enfant[1].

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Campbell 2009

Liens externesModifier