Ouvrir le menu principal

Annalee Newitz

journaliste américaine
Annalee Newitz
Description de cette image, également commentée ci-après
Annalee Newitz au Etech en 2005
Naissance (50 ans)
Santa Monica, Californie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Journaliste, romancière, nouvelliste, éditrice
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Œuvres principales

  • Autonome (2017)
  • Scatter, Adapt, and Remember: How Humans Will Survive a Mass Extinction (2013)

Annalee Newitz, née le à Santa Monica en Californie, est une journaliste, éditrice et écrivaine américaine à la fois de fiction et de non-fiction. Elle a écrit pour les périodiques Popular Science et Wired. Entre 1999 et 2009 elle a rédigé une chronique hebdomadaire Techsploitation et entre 2000 et 2004 elle a été l'éditrice culturelle du San Francisco Bay Guardian. En 2004 elle est devenue l'analyste des politiques à l'Electronic Frontier Foundation. Avec Charlie Jane Anders, elle a également cofondée le magazine Other, un périodique publié de 2002 à 2007. De 2008 à 2015 elle a été la rédactrice en chef de l'entreprise médiatique io9 détenue par Gawker et par la suite de son successeur direct Gizmodo, le blogue technologie et création de Gawker. Depuis 2016, elle est l'éditrice « Culture Technologique » du site technologique Ars Technica.

BiographieModifier

Entrée dans la vieModifier

Annalee Newitz est née le et a grandi à Irvine en Californie. Diplômée du lycée de la Irvine High School, elle déménage en 1987 à Berkeley en Californie[1]. En 1996, Newitz a commencé a écrire de manière indépendante. En 1998, elle termine son doctorat en études des littératures anglaise et américaine à l'UC Berkeley avec une thèse sur les représentations des monstres, psychopathes et du capitalisme dans la culture populaire américaine au vingtième siècle[2], qui a été publié plus tard en un livre à la Duke University Press[3],[4].

Autour de 1999, elle a cofondé la Post-World War II American Literature and Culture Database (banque de donnée de la littérature américaine et culturelle de l'après seconde guerre mondiale) dans une tentative de chroniquer la littérature moderne et la culture populaire[5].

CarrièreModifier

Newitz est devenue une écrivaine et journaliste à plein temps en 1999 après une invitation pour écrire une rubrique hebdomadaire pour la Metro Silicon Valley, une rubrique qui a été reproduite dans plusieurs médias pendant neuf années. Newitz a ensuite eu le rôle d'éditrice culturelle au San Francisco Bay Guardian de 2000 à 2004[6].

Newitz a reçu un Knight Science Journalism Fellowship de 2002 à 2003, l'aidant comme chercheur associée à la Massachusetts Institute of Technology[7]. En 2004-2005 elle a été une analyste des politiques pour l'Electronic Frontier Foundation, et en 2007-2009 elle a été membre du conseil d'administration du Computer Professionals for Social Responsibility. Newitz et Charlie Jane Anders, une écrivaine et commentatrice récompensée par un Prix Hugo, ont cofondé le magazine Other[8],[9].

En 2008, le média Gawker a demandé Newitz de débuter un blogue sur la science et la science-fiction, appelé io9, pour lequel elle a rempli le rôle comme éditrice en chef depuis sa création jusqu'en 2015 quand il a rejoint Gizmodo, un autre blog, propriété de Gawker, sur la technologie et la création ; Newitz a ensuite repris la tête de cette nouvelle entreprise dans le même rôle[10],[11]. En , Newitz a quitté Gawker pour rejoindre Ars Technica, où elle a été employé comme Tech Culture Editor (éditrice de la culture technologique) depuis [12].

Vie personnelleModifier

Newitz est la fille de deux professeurs d'anglais : sa mère Cynthia, travaillant dans un lycée, et son père Marty, dans une université communautaire (community college). Elle partage la vie de Charlie Jane Anders avec laquelle elle a lancé en un balado, Our Opinions Are Correct.

MédiasModifier

Travaux publiésModifier

Le travail de Newitz a été publié dans Popular Science, Wired, Salon.com, New Scientist, Metro Silicon Valley[19], le San Francisco Bay Guardian[14] et à AlterNet[6],[15]. En addition à ces périodiques imprimés et en ligne, elle a publié plusieurs nouvelles et un roman.

ŒuvresModifier

AutriceModifier

RomanModifier

NouvellesModifier

EssaisModifier

  • (en) Pretend We're Dead: Capitalist Monsters in American Pop Culture, Duke University Press, 2006
  • (en) Scatter, Adapt, and Remember: How Humans Will Survive a Mass Extinction, Doubleday, 2013

ArticlesModifier

  • (en) The Bad Subjects Anthology, New York University Press, 1998

ÉditriceModifier

  • (en) White Trash: Race and Class in America, Routledge Press, 1997
  • (en) She's Such a Geek, Seal Press, 2006
    Coédité avec Charlie Jane Anders

RéférencesModifier

  1. Newitz, Annalee, "About", techsploitation.com, 2018, consulté le 30 octobre 2018
  2. Newitz, Annalee, "Citation/Abstract: When we pretend that we're dead: Monsters, psychopaths and the economy in American popular culture, ProQuest, 2015, accédé le 30 octobre 2018.
  3. Newitz, Annalee, "Books, Cholarly Collection: Pretend We’re Dead, Capitalist Monsters in American Pop Culture", Duke University Press (en ligne), 2015, accédé le 30 octobre 2018.
  4. Pour une analyse du livre: Iloz Zoc, 2006, "Book Review/Interview: Pretend We’re Dead: Capitalist Monsters in American Pop Culture by Annalee Newitz", blogcritics (en ligne), 12 septembre 2006, accédé le 30 octobre 2018.
  5. Online Literature () Consulté le .
  6. a et b Newitz, Annalee, « "My Last Column" », AlterNet, (consulté le 30 octobre 2018)
  7. Knight Science Journalism, "Alumni Fellows, Class of 2003: Annalee Newitz, culture editor, San Francisco Bay Guardian", ksj.mit.edu, accédé le 30 octobre 2018.
  8. Rona Marech, 2004, "A pop culture magazine for freaks and 'new outcasts'", "Other journal is pro-rant, pro-loopy and pro-anarchy", SFGATE (en ligne), 31 août 2004, accédé le 30 octobre 2018.
  9. Camille Dodero, "The New Outcasts", in the Boston Phoenix, 14–20 novembre 2003, accédé le 30 octobre 2018].
  10. Mathew Ingramm, "Gawker Media merging Gizmodo and io9 teams into a tech super-hub", GIGAOM (en ligne), 15 janvier 2015, accédé le 30 octobre 2018.
  11. Richard Mankiewicz, "Science 2.0: Eureka’s Top 30 Science Blogs", TimesOnline, 21 février 2010, archivé le 14 juillet 2012, accédé le 30 octobre 2018.
  12. Ars Technica, Annalee Newitz's author page, Ars Technica, accédé le 30 octobre 2018.
  13. Emily, « "Interview: Annalee Newitz" », sfist.com,‎ (lire en ligne[archive du ])
  14. a et b AAN Staff, « "Bay Guardian Editor Named Knight Science Fellow" », altweeklies.com, (consulté le 30 octobre 2018)
  15. a b et c Locus Magazine Staff, « "Spotlight on: Annalee Newitz, Author and Editor" », Locus Magazine,‎ (lire en ligne)
  16. a et b Sterne, Pete, « "Gawker Media merges Gizmodo and io9, names Annalee Newitz editor" », Politico Media,‎ (lire en ligne)
  17. Seidman, Bianca, « "Report: Women's accounts on Ashley Madison were fake" », CBS News,‎ (lire en ligne)
  18. a et b O'Shea, Chris, « "Annalee Newitz joins Ars Technica" », Ad Week,‎ (lire en ligne)
  19. Newitz, Annalee, « "Burning the Man" », Metro Silicon Valley, (consulté le 30 octobre 2018)
  20. (en) « Nebula Awards 2018 » [archive du ], Science Fiction Awards Database, sur Locus (consulté le 30 octobre 2018)
  21. « sfadb - Annalee Newitz », Science Fiction Awards Database (consulté le 30 octobre 2018)
  22. Page du chapitre sur le site du Project Hieroglyph

Liens externesModifier