Ang Tong

Roi du Cambodge de 1747 à 1749 puis de 1756 à 1757
Ang Tong
Fonction
Roi du Cambodge
-
Biographie
Naissance
Décès
Père
Enfant
Ang Sor (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

Ang Tong (1692-1757) prince Ang Tong ou Ang Tan régent ou roi du Cambodge de 1748 à 1749 puis de 1756 à 1757 sous le nom de règne de « Ramathipadi III  ».

BiographieModifier

Fils de l’éphémère roi Outey Ier il est proclamé prince héritier dès mars 1738 par Thommo Reachea III comme représentant de la branche aînée de la famille royale en opposition aux descendants de Ang Nan.

Il prend le pouvoir comme régent avec le titre de « Maha Upayuvaraja » pendant l’interrègne de 1748 à 1749 qui suit le meurtre de Thommo Reachea IV mais il doit s’enfuir au Siam devant les Vietnamiens qui soutiennent l’ancien roi Satha II.

En 1755 après la mort du roi Chey Chettha V il reprend le pouvoir. Son petit-fils et héritier le futur roi Outey II s’empare alors du prince Ang Hing l’assassin de Thommo Reachea IV et de son frère Ang Duong et les fait exécuter.

Il fait également mettre à mort la veuve de Ang Hing et son fils aîné les autres petit-fils de Thommo Reachea III sont arrêtés ou mis à mort également.

Le roi Ang Tong doit céder aux Vietnamiens le territoire de « Phsar Dêk » qui devient Sa Dec ainsi que des districts de la province de « Long Hôr » (Vĩnh Long) et de la province de « Meât Chrouk » (Châu Dôc). Ang Tong meurt à Purchat en 1757.

PostéritéModifier

De son épouse il laisse un fils

BibliographieModifier

  • Achille Dauphin-Meunier, Histoire du Cambodge, Que sais-je ? N° 916, P.U.F 1968.
  • Anthony Stokvis, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les États du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, préf. H. F. Wijnman, éditions Brill, Leyde 1888, réédition 1966, Volume 1 Part1: Asie, chapitre XIV §.9 « Kambodge » Listes et tableau généalogique n°34 p. 337-338.
  • (en) & (de) Peter Truhart, Regents of Nations, K.G Saur Münich, 1984-1988 (ISBN 359810491X), Art. « Kampuchea », p. 1732.