Ouvrir le menu principal
Ana Paula dos Santos
Ana Paula dos Santos.jpg
Ana Paula dos Santos, 2009
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (56 ans)
LuandaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
Parti politique

Ana Paula dos Santos Cristóvão Lemos, née le à Luanda, est l'épouse de l'ex-président de l'Angola, José Eduardo dos Santos et la Première dame de cet État du Sud-Ouest africain.

BiographieModifier

Ancien mannequin et hôtesse de l'air de l'avion présidentiel angolais, elle connaît son mari pendant le temps où elle travaillait sur les vols présidentiels. Ils se sont mariés le 17 mai 1991 et sont parents de trois enfants, Eduane Danilo dos Santos Lemos (né le ), Joseana dos Santos Lemos (né le ) et Eduardo Breno dos Santos Lemos (né le )[1]. Entre 1990 et 1994, elle a suivi une formation de professeur d'État à l'Institut National de l’Éducation, Luanda. Plus tard, elle a complété un cours de droit à la Faculté de droit de l'Université Agostinho Neto à Luanda.

Un diplomate a décrit le Président et la Première dame comme : « Un beau couple, élégamment habillé et coûteux, à la recherche de tout le monde comme s'ils vivent en Californie du Sud »[2]. En 1997, Ana Paula dos Santos, peu diplomatique a annoncé que son fils âgé de cinq ans s'inscrirait à l'école portugaise à Luanda en raison de la "mauvaise qualité" de l'éducation nationale (ce dont de nombreux personnes tiennent son mari pour responsable). Elle a également essayé de faire sentir sa présence dans les domaines administratifs, une décision qui a irrité le courant politique dominant. Également sous le feu sont ses intérêts commerciaux, en particulier des diamants.

Elle est la marraine du Comité de soutien aux femmes rurales (COMUR), soutenant avec les fonds de micro-crédit. Elle a représenté son pays au Sommet du Micro-crédit pour les chefs d’États et de gouvernements à Washington, D.C., États-Unis, en 1997.

Ana Paula dos Santos est également très active dans son soutien aux victimes des mines terrestres. C'est pourquoi elle a fondé le Fonds de solidarité sociale Lwini Fonds qui est destiné au soutien des civils, en particulier des femmes et des enfants[3].

RéférencesModifier

Liens externesModifier