Aly Ben Salem

peintre et plasticien tuniso-suédois

Aly Ben Salem ou Ali Ben Salem (arabe : علي بن سالم), né le à Tunis et mort le  à Stockholm[1], est un peintre et plasticien tuniso-suédois.

Aly Ben Salem
Image dans Infobox.
Portrait d'Aly Ben Salem.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
StockholmVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
علي بن سالمVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Aly Chadly Ben SalemVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Fratrie
Autres informations
Distinction

FormationModifier

Il étudie à l'Institut supérieur des beaux-arts de Tunis et, en 1936, obtient le premier prix de peinture du gouvernement tunisien et le premier prix de la miniature d'Afrique du Nord[1]. L'année suivante, il est désigné comme représentant de la Tunisie à l'Exposition universelle de Paris.

Il passe une grande partie de sa vie en Suède, où il épouse Kerstin Nilsson en secondes noces[1]. Il retourne en Tunisie en 1970 et s'installe dans la ville d'Hammamet.

Doctrine artistiqueModifier

Dans ses dessins, Aly Ben Salem suit le symbolisme métaphorique où les formes sont définies par des lignes courbées, souples et précises, et ces formes semblent être répétées à l'infini.

HommagesModifier

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

(ar) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en arabe intitulé « علي بن سالم (رسام) » (voir la liste des auteurs).
  1. a b et c « Aly Ben Salem, peintre de la beauté sensuelle », sur turess.com, (consulté le ).
  2. « Personnages célèbres tunisiens : Ali Ben Salem », sur tunisia-stamps.tn (consulté le ).
  3. « Commandeurs des Arts et des Lettres » [PDF], sur siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le ), p. 78.

BibliographieModifier

  • Mahmoud Messadi, Aly Ben Salem, le peintre de l'amour, Tunis, L'Or du Temps, , 142 p.
  • Collectif, Aly Ben Salem : émotion de l'œil, passion de vivre, Carthage, Beït El Hikma, , 152 p.

Liens externesModifier