Alona Kimhi

Alona Kimhi (en hébreu : אלונה קמחי) est une actrice et écrivain israélienne née à Lviv en Ukraine en 1966[1].

Alona Kimhi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (56 ans)
LvivVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Izhar Ashdot (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Distinctions
Prix ACUM (d)
Prix Bernstein ()Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Sa famille déménage en Israël en 1972 alors qu'elle a 6 ans[1] et elle grandit à Kyriat Bialik[2]. Après son service militaire, elle s'installe à Tel-Aviv[2].

Après une carrière de comédienne, elle connait un succès immédiat avec son premier recueil de nouvelles, Moi, Anastasia publié en 1996 en Israël[3]. Ce recueil reçoit le ACUM Book of the Year Prize[4]. Son premier roman, Suzanne la Pleureuse reçoit le Prix Bernstein en 2001[4].

Elle est surnommée « l'enfant terrible des lettres israéliennes »[3]. Ses ouvrages sont traduits en 15 langues[4].

Œuvres (partiel)Modifier

  • Suzanne la Pleureuse [« Susannah Ha-Bokhiya »] (trad. Rosie Pinhas-Delpuech), Paris, Gallimard, , 396 p. p. (ISBN 978-2-0707-5809-8)
  • Moi, Anastasia [« Ani Anastasia »] (trad. de l'hébreu par Rosie Pinhas-Delpuech), Paris, Gallimard, , 256 p. p. (ISBN 978-2-0707-7583-5)
  • Lily la Tigresse (trad. Laurence Sendrowicz), Paris, Gallimard, , 432 p. p. (ISBN 978-2-0707-7285-8)
  • Journal de Berlin (trad. Rosie Pinhas-Delpuech), Paris, Gallimard, coll. « Folio 2€ », , 128 p. p. (ISBN 978-2-0704-4096-2)
  • Victor et Macha [« Victor Vemacha »] (trad. Laurence Sendrowicz), Paris, Gallimard, , 512 p. p. (ISBN 978-2-0701-4143-2)

FilmographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « “Israël est un pays de plus en plus sombre”, Alona Kimhi, romancière », Télérama.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2018)
  2. a et b « "Moi, Anastasia", d'Alona Kimhi », sur Le Monde.fr (consulté le 23 mai 2018)
  3. a et b « Les enfants terribles d’Alona Kimhi », sur Le Monde.fr (consulté le 23 mai 2018)
  4. a b et c « Alona Kimhi », sur The Institut for the translation of Hebrew litterature

Liens externesModifier