Alfred Roberts

personnalité britannique
Alfred Roberts
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Ringstead (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
GranthamVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfants
Margaret Thatcher
Muriel Roberts (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Église méthodiste wesleyenne (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alfred Roberts ( - ) était un épicier anglais, prédicateur bénévole et laïc de l'Église méthodiste, juge de paix et maire de Grantham. Il était le père de Margaret Thatcher, l'ancien Premier ministre du Royaume-Uni.

Maison natale de Margaret Thatcher à Grantham dans la petite épicerie de quartier de son père.

BiographieModifier

Alfred Roberts est né et a grandi à Ringstead (en) dans le Northamptonshire. Il est le cinquième des sept enfants de Benjamin Ebenezer Roberts (1857-1925) et d'Ellen Smith (1857-1935), dont la propre mère est née à Kenmare, en Irlande. Sa mauvaise vue l'empêche de devenir cordonnier comme ses parents et grands-parents paternels[1].

Il quitte l'école à treize ans pour aider sa famille et travaille comme commis d'un épicier. Il déménage ensuite à Grantham dans le Lincolnshire, où il devient apprenti d'un marchand de légumes alors qu'il avait d'abord voulu devenir professeur.

Quatre ans après avoir déménagé à Grantham, Roberts rencontre Beatrice Ethel Stephenson (1888 - 1960) à l'église méthodiste locale. Ils se marient à Grantham le et ont deux filles : Muriel (1921 - ) et Margaret (1925-2013). En 1919, ils achètent une épicerie de quartier et en 1923 ouvrent un deuxième magasin.

En 1927, il devient conseiller municipal de Grantham puis maire de la ville en 1945. Il y est parallèlement juge de paix, président de la Chambre de commerce et du Rotary Club[2].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Edward J. Davies, « The Ancestry of Baroness Thatcher », Lincolnshire History and Archaeology, vol. 42,‎ , p. 40-42
  2. Catherine Cullen, op. cité, p.12-13

Voir aussiModifier

SourcesModifier

BibliographieModifier

  • Catherine Cullen, Margaret Thatcher : Une dame de fer, Odile Jacob, , 195 p. (lire en ligne)

Article connexeModifier