Affaire Virginie Delmas

affaire criminelle en France

Affaire Delmas
Titre Affaire Virginie Delmas
Fait reproché Homicide
Chefs d'accusation Enlèvement et assassinat d'une mineure de moins de 15 ans
Pays Drapeau de la France France
Ville Neuilly-sur-Marne,
Mareuil-lès-Meaux
Date
Nombre de victimes 1 : Virginie Delmas
Jugement
Statut affaire non résolue

L'affaire Virginie Delmas est une affaire criminelle française dans laquelle Virginie Delmas, 10 ans, a été enlevée le à Neuilly-sur-Marne en Seine-Saint-Denis. Son corps nu est trouvé, le à Mareuil-lès-Meaux en Seine-et-Marne[1],[2],[3],[4]. À ce jour, l'auteur de ce crime n'a pas été identifié.

BiographieModifier

Virginie est l'enfant unique de Jacques Delmas, boulanger dans une usine de pain, et de son épouse Françoise[3],[5]. La famille habite dans un immeuble de la cité des Fauvettes à Neuilly-sur-Marne en Seine-Saint-Denis. Virginie a les yeux bleus, les cheveux châtains. Elle est une bonne éléve, sportive et passionnée par le judo[5].

Les faits et l'enquêteModifier

Le dans l'après-midi, Virginie voulait regarder à la télévision une émission sur le judo. L'émission est déprogrammée. À environ 15 h 30, elle sort de l'appartement pour aller sur l'esplanade au bas de l'immeuble, rejoindre ses copines pour jouer. C'est la première fois qu'elle a l'autorisation de sortir seule. Elle doit aller au catéchisme à 17 h. Elle est enlevée au bas de l'immeuble. Vers 16 h 30, sa mère, inquiète de ne pas la voir revenir, descend et les amies de Virginie lui apprennent que celle-ci ne les a pas rejointes. Françoise Delmas va porter plainte au commissariat.

Le , le cadavre de Virginie est retrouvé nu, au fond d'un verger à Mareuil-lès-Meaux, par un couple venu ramasser des pommes. Ses vêtements sont soigneusement pliés près d'elle. Elle sera identifiée grâce à ses empreintes dentaires. L'autopsie établit qu'elle a été tuée par étranglement, le jour de son enlèvement. Le corps est trop décomposé pour pouvoir établir si elle a subi des violences sexuelles.

Les enquêteurs rapprochent cette affaire avec trois autres dont le mode opératoire est similaire[4] :

Les enquêteurs envisagent l'existence d'un tueur en série pédophile sévissant en Île-de-France.

En , les enquêteurs examinent la culpabilité de Gérard Lebourg, qui sera condamné en pour l'enlèvement, le viol et l'assassinat de Delphine Boulay à Villerville en . Il est établi qu'il n'était pas présent en région parisienne en mai et .

En , les enquêteurs soupçonnent Robert Black qui possédait une propriété en Dordogne. Mais il n'était pas présent en région parisienne en mai et [6],[7].

En , le dossier d'instruction du meurtre de Virginie est classé par le parquet de Bobigny[3].

Lydia Gouardo qui a été séquestrée, violée et torturée pendant 28 ans par son père Raymond, mort en , a la conviction qu'il est l'assassin de Virginie Delmas[1]. Gouardo venait souvent dans le verger où a été retrouvé le corps de Virginie. Ce verger appartenait à Michel Guillot, un ami de Gouardo. C'est un des lieux où Gouardo emmenait Lydia pour la violer[2].

RéférencesModifier

  1. a et b « L'affaire Sabine Dumont » le 7 mars 2010 dans Non élucidé sur France 2
  2. a et b « Les meurtres du printemps 87 » le 31 juillet, 8 et 13 août 2014 dans Les faits Karl Zéro sur 13e rue, puis sur RMC Découverte, puis sur Crime District
  3. a b et c « Virginie, 10 ans, dossier classé... » Article de Valérie Brioux publié le 16 avril 2003 dans Le Parisien
  4. a et b « Vingt ans après, le mystère des fillettes tuées reste entier » Article de Timothée Boutry publié le 2 juillet 2007 dans Le Parisien
  5. a et b « Nouveau Paris Match », (consulté le )
  6. (en)« Robert Black may have killed 16 children in his evil spree, says ex-cop » Article publié dans The Daily Mirror
  7. (en)« Sun investigation: Did sick serial killer paedo Robert Black kill EIGHTEEN girls? » Article publié le 14 janvier 2016 dans The Sun

BibliographieModifier

Documentaires télévisésModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Article connexeModifier