Adénome hypophysaire

Adénome hypophysaire
Description de l'image Adenome hypophyse.JPG.

Traitement
Spécialité Oncologie, endocrinologie, neurologie et neurochirurgieVoir et modifier les données sur Wikidata
Classification et ressources externes
CIM-10 D35.2Voir et modifier les données sur Wikidata
CIM-9 237.0Voir et modifier les données sur Wikidata
ICD-O 8272/0Voir et modifier les données sur Wikidata
OMIM MTHU016150
MedlinePlus 000704
eMedicine 1157189

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Un adénome hypophysaire est une tumeur de l'hypophyse.

CausesModifier

Les causes du développement d'un adénome hypophysaire restent inconnues[1].

ÉpidémiologieModifier

Un examen IRM cérébral systématique décèle une image évocatrice dans 10 % de la population[2], sans aucune conséquence. La prévalence des adénomes symptomatiques est comprise entre 1 sur 1 000 et 1 sur 3 000 adultes[3]. Les adénomes hypophysaires sont dans la plupart des cas bénins.

SymptômesModifier

Un adénome hypophysaire peut être asymptomatique, car de petite taille et non sécrétant[4].

Sinon, les symptômes sont de trois types :

DiagnosticModifier

ImagerieModifier

 
Classification de Knosp de l'envahissement des sinus caverneux

L'adénome hypophysaire peut être visualisé sur un scanner crânien ou une IRM. La radiographie du crâne peut montrer un émoussement de la selle turcique. La taille peut être inférieure à un centimètre (microadénome) ou dépasser 4 cm de diamètre (macroadénome)[3].

À l'IRM, imagerie de référence, l'adénome apparait en séquence T1 injectée au gadolinium hypointense par rapport au parenchyme hypophysaire sain. L'éventuel envahissement des sinus caverneux est évaluée par la classification de Knosp[5].

BiologieModifier

Suivant le type de l'adénome, le bilan hormonal peut être perturbé.

TraitementModifier

Un adénome hypophysaire symptomatique peut être retiré chirurgicalement (voie trans-sphénoïdale[6], parfois par endoscopie chirurgicale[7]). Cette chirurgie peut être suivie par une hyponatrémie retardée[8] par syndrome de sécrétion inappropriée d'hormone anti-diurétique, constituant la complication principale de ce type d'intervention[3].

En alternative, peut être proposée une radiothérapie, avec un risque d'hypopituitarisme retardé[9]. Elle peut être également proposée si la chirurgie a été incomplète[10]. Elle se fait de manière stéréotaxique.

Un adénome à prolactine peut répondre à un traitement médical[11]. Les agonistes de la dopamine comme la cabergoline sont utilisés.

Un adénome non symptomatique doit être surveillé régulièrement et une ablation est proposée en cas de croissance de la tumeur[4].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Shlomo Melmed, « Pathogenesis of pituitary tumors », Nat Rev Endocrinol, vol. 7, no 5,‎ , p. 257-66. (PMID 21423242, DOI 10.1038/nrendo.2011.40, lire en ligne [html])
  2. (en) Hall WA, Luciano MG, Doppman JL, Patronas NJ, Oldfield EH, « Pituitary magnetic resonance imaging in normal human volunteers », Ann Intern Med, vol. 120, no 10,‎ , p. 817-20. (PMID 8154641, DOI 10.7326/0003-4819-120-10-199405150-00001, lire en ligne [html])
  3. a b et c (en) Mark E Molitch, « Diagnosis and treatment of pituitary adenomas: A review », JAMA, vol. 317, no 5,‎ , p. 516-24. (PMID 28170483, DOI 10.1001/jama.2016.19699, lire en ligne [html])
  4. a et b (en) Mark E Molitch, « Nonfunctioning pituitary tumors », Handb Clin Neurol, no 124,‎ , p. 167-84. (PMID 25248587, DOI 10.1016/b978-0-444-59602-4.00012-5, lire en ligne [html])
  5. (en) E. Knosp, E. Steiner, K. Kitz et C. Matula, « Pituitary adenomas with invasion of the cavernous sinus space: a magnetic resonance imaging classification compared with surgical findings », Neurosurgery, vol. 33, no 4,‎ , p. 610–617; discussion 617–618 (ISSN 0148-396X, PMID 8232800, DOI 10.1227/00006123-199310000-00008, lire en ligne, consulté le )
  6. (en) Brooke Swearingen, « Update on pituitary surgery », J Clin Endocrinol Metab, vol. 97, no 4,‎ , p. 1073-81. (PMID 22337908, DOI 10.1210/jc.2011-3237, lire en ligne [html])
  7. (en) Mario Ammirati, Lai Wei et Ivan Ciric, « Short-term outcome of endoscopic vs microscopic pituitary adenoma surgery: a systematic review and meta-analysis », J Neurol Neurosurg Psychiatry, vol. 84, no 8,‎ , p. 843-9. (PMID 23243265, PMCID PMC3717601, DOI 10.1136/jnnp-2012-303194)
  8. (en) Cote DJ, Alzarea A, Acosta MA, Hulou MM, Smith TR et al., « Predictors and rates of delayed symptomatic hyponatremia after transsphenoidal surgery: a systematic review », World Neurosurg, no 88,‎ , p. 1-6. (PMID 26805685, DOI 10.1016/j.wneu.2016.01.022, lire en ligne [html])
  9. (en) Loeffler JS et Shih HA, « Radiation therapy in the management of pituitary adenomas », J Clin Endocrinol Metab, vol. 96, no 7,‎ , p. 1992-2003. (PMID 21525155, DOI 10.1210/jc.2011-0251, lire en ligne [html])
  10. (en) Ding D, Starke RM, Sheehan JP, « Treatment paradigms for pituitary adenomas », J Neurooncol, vol. 117, no 3,‎ , p. 445-57. (PMID 24122025, DOI 10.1007/s11060-013-1262-8, lire en ligne [html])
  11. (en) Casanueva FF, Molitch ME, Schlechte JA, Abs R, Guistina A et al., « Guidelines of the Pituitary Society for the diagnosis and management of prolactinomas », Clin Endocrinol (Oxf), vol. 65, no 2,‎ , p. 265-73. (PMID 16886971, DOI 10.1111/j.1365-2265.2006.02562.x, résumé)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier