Abdallah al-Salim al-Sabah

personnalité politique koweïtien
(Redirigé depuis Abdullah III du Koweït)
Abdullah III du Koweït
Shaikh Abdullah III Al-Salim Al-Sabah.jpg
Abdallah III (à gauche) et Nasser en 1962.
Fonction
Émir du Koweït
-
Ahmad Al-Jabir Al-Sabah (en)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
KoweïtVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
عبد الله السالم الصباحVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Père
Salim Al-Mubarak Al-Sabah (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Cheikha Mariam bint Jarrah Al-Sabah
Fratrie
Enfant

Abdallah al-Salim al-Sabah (arabe : عبد الله السالم الصباح) surnommé Le Père de la Constitution (en arabe : أبو الدستور), né en 1895 à Koweït (Koweït) et mort le dans cette même ville, est un homme d'État koweïtien, cheikh du Koweït de 1950 à 1961, puis émir de ce même pays de 1961 à 1965.

BiographieModifier

Fervent partisan de la guerre d'indépendance algérienne, il déclare : « Nous sommes avec l'Algérie avec notre cœur et notre argent et, plus nous avons d'argent, plus nous subventionnons l'Algérie »[1]. Sous son règne, le Koweït devient le troisième plus gros financeur étatique du FLN, derrière la République arabe unie et l'Irak[2].

Notes et référencesModifier

  1. (ar) Mohammed Tawfeq, « الكويت كانت ولاتزال بيت العرب والمدافعة عن قضاياهم » [« Le Koweït était et est toujours la maison des Arabes et le défenseur de leurs causes »] [archive du ], Al Qabas,‎
  2. Emmanuelle Colin-Jeanvoine et Stéphanie Dérozier, Le financement du FLN pendant la guerre d'Algérie : 1954-1962, Bouchène, , 168 p. (ISBN 978-2-35676-002-9 et 2-35676-002-4, OCLC 221531217, lire en ligne), chap. 2 (« Les ressources financières du FLN »), p. 82 :

    « Il s’avère que 95,90 % du total des revenus proviennent des pays arabes, apparaissant nettement comme les banquiers du FLN, et plus précisément l’Irak et l’Égypte qui participent respectivement pour 40, 9 % et 28, 8 % cette année-là. Viennent ensuite le Koweit (12,2 %), la Syrie (6,5 %), l’Arabie Saoudite (5,2 %), la Jordanie (3,6 %), les autres pays arabes constituant environ 3,5 % de leur contribution totale. »

Liens externesModifier