100 Boots

série photographique d'Eleanor Antin

100 Boots (littéralement « 100 Bottes ») est une série photographique effectuée par l'artiste américaine Eleanor Antin entre 1971 et 1973[2],[3],[4].

100 Boots
Artiste
Date
1971-1973
Type
Épreuves argentiques sur gélatine
Technique
Format
51 photographies de 11,4 × 17,8 cm
Collection
N° d’inventaire
388.2012.1-51
Localisation

DescriptionModifier

100 Boots consiste en 51 photographies de 50 paires de bottes en caoutchouc (qui donnent son nom à l'œuvre), mises en scène dans des situations diverses : alignées devant l'océan, en rond autour d'un feu de camp, semblant marcher vers une église, etc. L'ensemble des photographies décrit le trajet fictif des 100 bottes, débutant devant l'océan Pacifique en Californie et se terminant à New York.

Chaque photographie est un tirage argentique sur gélatine (en) mesurant 4 ½ × 7 pouces (11,4 × 17,8 cm), en noir et blanc. Il s'agit également d'une carte postale : le verso de chaque photographie indique le nom de l'auteur, le titre, le lieu, la date et l'heure de la prise de vue. Chaque image est créditée à Philip Steinmetz. L'adresse de l'artiste est donnée à Solana Beach ou New York.

Les titres des photographies débutent systématiquement par « 100 Boots » et décrivent ce que les bottes sont censées effectuer : 100 Boots on their Way to Church, 100 Boots on the Job, 100 Boots Doing their Best, etc.

HistoriqueModifier

Eleanor Antin réalise la série photographique des 100 Boots entre le et le . Les bottes proviennent d'un magasin de surplus militaire[4]. Pendant deux ans, Antin voyage de site en site, installant les bottes dans diverses configurations avant de les prendre en photo.

Pour distribuer ses photographies, Antin fait le choix légèrement inhabituel de l'art postal : elle évite ainsi le système traditionnel des galeries d'art et utilise le United States Postal Service. Chaque photographie est imprimée comme carte postale, et les différentes cartes sont expédiées à un millier de destinataires : artistes, critiques, bibliothèques, institutions, etc. Les expéditions s'étalent entre le et le (pas forcément dans l'ordre de prise de vue), à intervalles irréguliers, entre 3 jours et 5 semaines, déterminés par ce qu'Antin considère être « la nécessité interne de la narration » : pendant deux ans et demi, les bottes deviennent ainsi les protagonistes d'une histoire, qui culmine par leur arrivée à New York.

Entre le et le , en conjonction avec l'arrivée fictive des bottes à New York, le projet donne lieu à une exposition individuelle au Museum of Modern Art[5]. Les 100 bottes sont exposées, visibles uniquement à travers un œilleton et une porte entrebaillée. La série des 51 cartes postales, ainsi que 21 nouvelles photographies des bottes dans New York, sont affichées dans les galeries aux alentours[2].

AnnexesModifier

Liens internesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) « Eleanor Antin - 100 Boots », Museum of Modern Art
  2. a et b (en) Eleanor Antin, Henry Sayre (introduction), 100 Boots, Running Press, (ISBN 978-0762404575)
  3. (en) « Eleanor Antin - 100 Boots », Kadist Art Foundation
  4. a et b (en) « Antin's Odyssey », The Ovarian Fist,
  5. (en) « Department of Painting and Sculpture Projects Index », Museum of Modern Art