Élection présidentielle vanuataise de 2022

élection du président de la République de Vanuatu
Élection présidentielle vanuataise de 2022
21 au
Corps électoral et résultats
Inscrits 58
Votants 55
94,83 %
Votes blancs et nuls 0
Résultats du 8e et dernier tour
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Nikenike Vurobaravu – VP
Voix 48
87,28 %
Président
Sortant Élu
Seoule Simeon (intérim)
Tallis Obed Moses
Indépendant
Nikenike Vurobaravu
VP

L'élection présidentielle vanuataise de 2022 a lieu au suffrage indirect du 21 au afin d'élire le président du Vanuatu.

Le président sortant Tallis Obed Moses, éligible pour un second mandat, est candidat à sa réélection. Nikenike Vurobaravu est élu pour lui succéder au huitième tour de scrutin.

ContexteModifier

L'élection présidentielle de juillet 2017 est organisée de manière anticipée à la suite du décès soudain du président Baldwin Lonsdale, emporté par une crise cardiaque[1].

Tallis Obed Moses est élu au quatrième tour de scrutin contre l'ancien Premier ministre Maxime Carlot Korman. Homme d'église comme son prédécesseur, ce pasteur presbytérien de 63 ans réputé pour ses qualités morales obtient les soutiens des parlementaires et présidents de la province de Malampa — dont fait partie l’île d’Ambrym dont il est originaire —, ainsi que des provinces de Sanma et de Santo[2],[3]. L'élection de Tallis Obed Moses intervient après trois tours de vote non concluants qui voient les membres du collège voter pour les candidats sur la base de leur appartenance au gouvernement mais également à celles de leurs provinces respectives. Un accord est alors conclu sous l'égide du gouvernement entre les provinces de Sanma et Malampa, les représentants de la première votant pour le candidat de la seconde, en échange du soutien des représentants de Malampa à un candidat issu de Sanma lors de la prochaine présidentielle prévue en 2022. L'instabilité politique du pays fait cependant rapidement apparaitre peu probable le maintien du gouvernement de coalition en exercice suffisamment longtemps pour assurer cette promesse[4].

Les élections législatives de mars 2020 voient de fait la victoire de l'opposition menée par Bob Loughman, chef du Vanua'aku Pati, qui devient Premier ministre à la tête d'un gouvernement de coalition[5].

Lors de la première session ordinaire de 2022 organisée le 22 mai, Tallis Obed Moses prononce le dernier discours d'ouverture de son mandat, au cours duquel il appelle le gouvernement à renoncer à son projet d'abolition du ministère de la justice, avertissant qu'une telle réforme conduirait à un « régime dictatorial »[6]. Le projet — qui prévoyait également de permettre aux maires d'être membres du collège électoral pour l'élection présidentielle — est finalement abandonné fin juin devant l'opposition d'une partie du parlement et du secteur judiciaire[7],[8]. Le mandat de Tallis Obed Moses s'achève le 6 juillet 2022, cinq ans jour pour jour après son élection. Le président du parlement, Seoule Simeon, assure l'intérim jusqu'à l'élection de son successeur.

L'un des chefs coutumiers de l'île d'Ambae, John Tarilama fait part de son intérêt pour la présidence fin mai 2022 en écrivant à plusieurs députés dont le Premier ministre Bob Loughman et le chef de l'opposition Ralph Regenvanu[9].

Mode de scrutinModifier

Le président du Vanuatu est élu pour cinq ans au suffrage indirect et secret par un collège électoral composé des membres du Parlement et des présidents des conseils provinciaux. Est élu le candidat qui recueille la majorité qualifiée des deux tiers de l'ensemble des membres du collège électoral. Le parlement est composé en 2022 de 52 députés tandis que le pays est divisé en 6 régions, soit un collège électoral d'un total de 58 membres et une majorité qualifié de 38 voix[10].

Le collège électoral ne peut procéder au scrutin dés sa première session que si au moins trois quarts des membres sont présents. À défaut, un délai de quarante-huit heures est accordé, après quoi le collège se réunit à nouveau, avec un abaissement du quorum aux deux tiers des membres[10].

La Constitution dispose que le président de la République doit posséder la citoyenneté vanuataise et être âgé d'au moins vingt-cinq ans[10]. La version en anglais de la Constitution précise dans son article 35 que seule une personne d'ascendance autochtone — « indigenous » — peut être candidate à la présidence de la République[11], mais le mot est absent de l'article dans la version en français[10].

RésultatsModifier

Votes du 21 JuilletModifier

Résultats de la présidentielle[12],[13],[14],[15]
Candidats Partis 1er tour 2e tour
Voix % Voix %
Nikenike Vurobaravu VP 26 47,28 34 59,65
Willie Jimmy Tapangararua PLDV 6 10,90 4 7,02
Jacob Bani Ind. 5 9,10 1 1,75
Sela Molisa VP 5 9,10 3 5,27
George Wells PPP 3 5,45 8 14,03
Serge Vohor UPM 2 3,64 4 7,02
Edwin Amblus PFM 2 3,64 0 0,00
Tallis Obed Moses Ind. 2 3,64 0 0,00
Jude Naru Ind. 2 3,64 2 3,51
Lois Fatu Ind. 1 1,82 0 0,00
John Path Ind. 1 1,82 0 0,00
Andrina Thomas PDLV 0 0,00 1 1,76
Malao John Vimoli Ind. 0 0,00 0 0,00
Majorité requise[a] 38 voix 38 voix
Votes valides 55 100 57 100
Votes blancs et nuls 0 0,00 0 0,00
Total 55 100 57 100
Abstention 3 5,17 1 1,73
Inscrits / participation 58 94,83 58 98,27

Votes du 22 JuilletModifier

Résultats de la présidentielle[12],[13],[14],[15]
Candidats Partis 3e tour 4e tour 5e tour 6e tour
Voix % Voix % Voix % Voix %
Nikenike Vurobaravu VP 35 62,50 35 61,40 35 61,40 36 64,29
Willie Jimmy Tapangararua PLDV 3 5,36 5 8,77 5 8,77 3 5,36
Jacob Bani Ind. 0 0,00 0 0,00 0 0,00 0 0,00
Sela Molisa VP 4 7,14 4 7,02 4 7,02 3 5,36
George Wells PPP 7 12,50 4 7,02 4 7,02 6 10,71
Serge Vohor UPM 5 8,93 3 5,26 3 5,26 1 1,78
Edwin Amblus PFM 0 0,00 3 5,26 3 5,26 5 8,93
Tallis Obed Moses Ind. 0 0,00 0 0,00 0 0,00 0 0,00
Jude Naru Ind. 2 3,57 3 5,26 3 5,26 2 3,57
Lois Fatu Ind. 0 0,00 0 0,00 0 0,00 0 0,00
John Path Ind. 0 0,00 0 0,00 0 0,00 0 0,00
Andrina Thomas PDLV 0 0,00 0 0,00 0 0,00 0 0,00
Malao John Vimoli Ind. 0 0,00 0 0,00 0 0,00 0 0,00
Majorité requise[b] 38 voix 38 voix 38 voix 38 voix
Votes valides 56 100 57 100 57 100 56 100
Votes blancs et nuls 0 0,00 0 0,00 0 0,00 0 0,00
Total 56 100 57 100 57 100 56 100
Abstention 2 3,45 1 1,73 1 1,73 2 3,45
Inscrits / participation 58 96,55 58 98,27 58 98,27 58 96,55

Votes du 23 JuilletModifier

Résultats de la présidentielle[12],[13],[14],[15]
Candidats Partis 7e tour 8e tour
Voix % Voix %
Nikenike Vurobaravu VP 37 64,91 48 87,28
Willie Jimmy Tapangararua PLDV 2 3,51 0 0,00
Jacob Bani Ind. 0 0,00 0 0,00
Sela Molisa VP 10 17,54 4 7,28
George Wells PPP 4 7,02 1 1,82
Serge Vohor UPM 1 1,75 0 0,00
Edwin Amblus PFM 2 3,51 0 0,00
Tallis Obed Moses Ind. 1 1,75 0 0,00
Jude Naru Ind. 0 0,00 2 3,64
Lois Fatu Ind. 0 0,00 0 0,00
John Path Ind. 0 0,00 0 0,00
Andrina Thomas PDLV 0 0,00 0 0,00
Malao John Vimoli Ind. 0 0,00 0 0,00
Majorité requise[c] 38 voix 38 voix
Votes valides 57 100 55 100
Votes blancs et nuls 0 0,00 0 0,00
Total 57 100 55 100
Abstention 1 1,73 3 5,17
Inscrits / participation 58 98,27 58 94,83

SuitesModifier

L'élection nécessite huit tours de scrutin étalés sur trois jours. Bien que le disposant théoriquement du soutien d'une quarantaine de députés, soit assez pour atteindre la majorité requise de 38 voix, le gouvernement ne parvient initialement pas à faire élire son candidat, le diplomate Nikenike Vurobaravu. Les neuf membres du Mouvement de réunification pour le changement de l'ancien Premier ministre Charlot Salwai font en effet défaut, le parti s'étant publiquement opposé à la tentative de révision de la constitution par le gouvernement. Un accord est finalement trouvé avec ce dernier en amont du huitième tour, permettant à Nikenike Vurobaravu d'être élu par 48 voix sur 55. Le président élu prête serment et entame son mandat le jour même[16],[17],[18].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. La majorité des deux tiers des inscrits est requise, et non pas une majorité des suffrages exprimés.
  2. La majorité des deux tiers des inscrits est requise, et non pas une majorité des suffrages exprimés.
  3. La majorité des deux tiers des inscrits est requise, et non pas une majorité des suffrages exprimés.

RéférencesModifier

  1. « Décès du président du Vanuatu, emporté par une crise cardiaque », sur Europe 1 (consulté le ).
  2. « Tallis Obed Moses élu président du Vanuatu », sur Nouvelle-Calédonie la 1ère (consulté le ).
  3. (en) « Tallis Obed Moses: Presbyterian pastor sworn in as Vanuatu's new President - ABC News », sur www.abc.net.au, (consulté le ).
  4. EIU Digital Solutions, « Presidential election concludes », sur country.eiu.com (consulté le ).
  5. « Bob Loughman nouveau Premier ministre du Vanuatu », sur Nouvelle-Calédonie la 1ère (consulté le ).
  6. (en) « Vanuatu president warns against 'dictatorship' if Justice Ministry is abolished », sur RNZ, (consulté le ).
  7. (en) « Constitutional overhaul planned in Vanuatu », sur RNZ, (consulté le ).
  8. (en) « Vanuatu PM constitutional changes shelved », sur RNZ, (consulté le ).
  9. (en) « Lobbying underway in Vanuatu for next President », sur RNZ, (consulté le ).
  10. a b c et d « Constitution de la République de Vanuatu », sur www.gov.vu (consulté le ).
  11. (en) Constitution of the Republic of Vanuatu
  12. a b et c 21 07
  13. a b et c 22 07
  14. a b et c 22 07
  15. a b et c 23 07
  16. (en) « Vanuatu MPs unable to choose new president after three votes », sur RNZ, (consulté le ).
  17. (en) « Still no result after six rounds of Vanuatu presidential voting », sur RNZ, (consulté le ).
  18. (en) APR editor, « Vanuatu elects new president after eight rounds of voting », sur asiapacificreport.nz, (consulté le ).