Élection présidentielle tadjike de 2020

Élection présidentielle tadjike de 2020
Corps électoral et résultats
Inscrits 4 961 188
Votants 4 238 839
85,44 % en diminution 1,2

Votes blancs et nuls 53 135
Emomali Rahmon in 2016 (cropped).jpg Emomali Rahmon – Parti démocratique populaire
Voix 3 853 987
90,92 %
Rustam Latfzod.jpg Rustam Latifzoda – Parti agraire
Voix 128 182
3,02 %
Président de la république
Sortant Élu
Emomali Rahmon
PDP
Emomali Rahmon
PDP

L'élection présidentielle tadjike de 2020 a lieu le afin d'élire le président du Tadjikistan

Le président sortant Emomali Rahmon, au pouvoir depuis 1992, est reconduit sans surprise à la présidence avec plus de 90 % des suffrages, au cours d'un scrutin jugé ni libre ni démocratique.

ContexteModifier

Le président sortant Emomali Rahmon, élu à quatre reprises, est au pouvoir depuis 1992. Aucune élection n'a été jugée libre et démocratique au Tadjikistan depuis son indépendance fin 1991[1].

Les mois qui précèdent le scrutin sont marquée par les spéculations des observateurs quant à une nouvelle candidature d'Emomalii Rahmon. Celui-ci est en effet jugé susceptible de préparer sa succession en faveur d'une candidature de son fils Rustam Emomali[2].

Le renouvellement de la chambre haute tadjike en mars 2020 est ainsi remarqué pour l'élection de Rustam Emomalii au poste de sénateur. Il était devenu membre du conseil municipal de la capitale Douchanbé en avril 2017, avant d'en devenir maire. Son élection à la présidence de la chambre haute a lieu lors de la session inaugurale le 17 avril 2020, et fait de lui le second personnage de l'État après son père[3],[4],[5]. Cette rapide ascension alimente les soupçons de succession dynastique à la tête de l'État[6].

Ces hypothèses sont finalement démenties par l'annonce le 3 septembre de la nomination du président sortant comme candidat du Parti démocratique populaire[7].

Système électoralModifier

Le président tadjik est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de sept ans renouvelable indéfiniment. Si aucun candidat ne remporte la majorité absolue de l'ensemble des votants — y compris ceux votant blancs ou nuls — au premier tour, un second est organisé entre les deux candidats arrivés en tête entre 15 et 31 jours après le premier tour, et le candidat réunissant le plus de suffrages est déclaré élu. Le scrutin est cependant soumis à un quorum de participation de 50 % des inscrits pour être reconnu valide. À défaut, il est procédé à un nouveau scrutin[8],[9].

La constitution de 1994 limitait initialement les présidents à un seul mandat de cinq ans. Elle est cependant amendée par référendum en 2003 afin de faire passer leur durée à sept ans et la limitation à deux, tout en remettant à zéro le compteur du nombre de mandats passés. Un second référendum en 2016 a par la suite aboli toute limitation[10],[9].

Les candidats doivent être âgés d'au moins trente cinq ans, parler la langue nationale, avoir résidé dans le pays depuis plus de dix ans, et recueillir les signatures d'au moins 5 % du total des électeurs inscrits sur les listes électorales. Seules les candidatures présentées par des partis politiques sont autorisées, rendant impossible la présence de candidats indépendants[9].

RésultatsModifier

Résultats de la présidentielle tadjike de 2020[11]
Candidats Partis Premier tour
Voix %
Emomali Rahmon PDP 3 853 987 90,92
Rustam Latifzoda PA 128 182 3,02
Rustam Rahmatzoda PRE 90 918 2,15
Abduhalim Ghafforov PS 63 082 1,49
Miroj Abdulloyev PC 49 535 1,17
Votes blancs et nuls 53 135 1,25
Votes valides 4 185 704 98,75
Votes blancs et nuls 53 135 1,25
Total 4 238 839 100
Abstention 722 349 14,56
Inscrits / participation 4 961 188 85,44

SuitesModifier

Emomalii Rahmon est reconduit sans surprise à la présidence avec plus de 90 % des suffrages, au cours d'un scrutin jugée ni libre ni démocratique[12],[13].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Security at the Core of Senior US Diplomat’s Visit to Tajikistan », sur thediplomat.com (consulté le ).
  2. (en) « Tajikistan 2020: What to Watch as Tajikistan Approaches an Election Year », sur thediplomat.com (consulté le ).
  3. (en) « Son of President of Tajikistan becomes Senator », sur akipress.com (consulté le ).
  4. « Tadjikistan : le fils du président, déjà maire de Douchanbé, devient sénateur », sur Novastan, (consulté le ).
  5. (en) « President Emomali Rahmon Attends First Session of Sixth Convocation of National Assembly – Ministry of Health and Social Protection of Population of the Republic of Tajikistan », sur moh.tj (consulté le ).
  6. (en) « Tajik President’s Son Officially Second-in-Line to Presidency », sur thediplomat.com (consulté le ).
  7. (en) RFE/RL's Tajik Service, « Tajikistan's Ruling Party Officially Nominates President Rahmon To Run For Sixth Term », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty, rferl (consulté le ).
  8. « Constitution », sur www.unesco.org (consulté le ).
  9. a b et c « Infos IFES », sur www.ifes.org (consulté le ).
  10. (en) Sergey Radchenko, Baurzhan Rakhmetov, « Putin Is Ruling Russia Like a Central Asian Dictator », sur Foreign Policy, (consulté le ).
  11. (ru) « Эмомали Рахмон набрал 90,9% и одержал победу на выборах президента Таджикистана (обновлено) », sur Avesta - информационное агентство,‎ (consulté le ).
  12. (en) RFE/RL's Tajik Service, « Amid Fraud Allegations, Tajikistan's Rahmon Secures Fifth Term In Tightly Controlled Vote », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty, rferl (consulté le ).
  13. (ru) « Эмомали Рахмон набрал 90,9% и одержал победу на выборах президента Таджикистана (обновлено) », sur Avesta - информационное агентство,‎ (consulté le ).


Voir aussiModifier