Élection présidentielle cap-verdienne de 2021

Élection présidentielle cap-verdienne de 2021
Type d’élection Élection présidentielle
Corps électoral et résultats
Inscrits 396 365
Votants 190 145
47,97 % en augmentation 12,5

Votes blancs et nuls 5 909
José Maria Neves 2013-03-28.jpg José Maria Neves – PAICV
Voix 95 221
51,68 %
Carlos Veiga VOA (cropped).jpg Carlos Veiga – MpD
Voix 78 142
42,41 %
Président de la République
Sortant Élu
Jorge Carlos Fonseca
MpD
José Maria Neves
PAICV

L’élection présidentielle cap-verdienne de 2021 (en portugais : Eleição presidencial em Cabo Verde em 2021) se tient le , afin d'élire le président de la République du Cap-Vert pour un mandat de cinq ans. Le président Jorge Carlos Fonseca, déjà élu deux fois, n'est pas rééligible.

Le scrutin voit principalement s'affronter deux anciens Premier ministres, le candidat du PAICV José Maria Neves et celui du MpD Carlos Veiga, ainsi que six candidats mineurs. José Maria Neves est élu dès le premier tour, une victoire qui instaure une cohabitation avec le Premier ministre Ulisses Correia e Silva, issu du MpD.

ContexteModifier

Le président sortant Jorge Carlos Fonseca est réélu en octobre 2016 pour un second mandat dès le premier tour de scrutin avec 74 % des voix[1],[2]. Ayant déjà accompli deux mandats consécutifs, il ne peut se représenter en 2021[3].

L'élection de 2021 intervient dans le contexte de la pandémie de Covid-19[4]. Un total de sept candidatures sont validées le 25 août par la Cour constitutionnelle. Seule la candidature de Pericles Tavares est rejetée, celui ci n'ayant pas réuni les mille signatures de parrainage requises[5]. Les deux principaux partis cap-verdiens, le Parti africain pour l'indépendance du Cap-Vert (PAICD) et le Mouvement pour la démocratie (MpD) désignent respectivement pour candidat José Maria Neves et Carlos Veiga, tous deux anciens premier ministres[3].

Système électoralModifier

Le président de la République du Cap-Vert est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de 5 ans. Depuis l'amendement constitutionnel du 3 mai 2010, le nombre de mandat n'est plus illimité, mais renouvelable une seule fois de manière consécutive. Un président ayant déjà accomplis deux mandats consécutifs doit ainsi attendre un minimum de cinq ans pour se représenter à une élection présidentielle. Cette durée est portée à dix ans en cas de démission, et à vie en cas de haute trahison[6].

Les candidats doivent être cap-verdiens de naissance, ne pas avoir d'autre nationalité, être âgés de plus de 35 ans et avoir résidé au Cap-Vert au cours des trois années précédant l'élection[7]. En accord avec la constitution, un candidat occupant le poste de président, de procureur général ou de chef d'état major des armées suspend l'exercice de ses fonctions à partir de l'annonce de sa candidature. Dans le cas d'un président sortant, l'intérim est exercé par le président de l'Assemblée nationale[7].

Le Cap-Vert a pour particularité d'autoriser le vote des citoyens vivant à l'étranger, mais de limiter le total de leur suffrages à un cinquième du total des suffrages des Cap-verdiens vivant sur le territoire national. Si le total dépasse ce seuil, il est converti en un nombre égal au seuil de telle sorte que les suffrages des candidats restent égaux en proportion, avant d'être additionné aux votes du territoire national[7].

RésultatsModifier

Résultats préliminaires de la présidentielle cap-verdienne de 2021 (dépouillés à 99 %)[8]
Candidats Partis Premier tour
Voix %
José Maria Neves PAICV 95 221 51,68
Carlos Veiga MpD 78 142 42,41
Casimiro de Pina Ind. 3 321 1,80
Fernando Rocha Delgado Ind. 2 514 1,36
Helio Sanches Ind. 2 112 1,15
Gilson Alves Ind. 1 552 0,84
Joaquim Monteiro Ind. 1 374 0,75
Votes valides 184 236 96,89
Votes blancs et nuls 5 909 3,11
Total 190 145 100
Abstention 206 220 52,03
Inscrits / participation 396 365 47,97

Analyse et conséquencesModifier

La victoire de José Maria Neves, obtenue dès le premier tour et aussitôt reconnue par Carlos Veiga, instaure une période de cohabitation, dans la mesure où le Mouvement pour la démocratie du Premier ministre Ulisses Correia e Silva a conservé sa majorité absolue à l'Assemblée nationale aux élections législatives du 18 avril précédent[9].

RéférencesModifier

  1. VOA, « Cap-Vert : Fonseca, candidat à sa propre succession pour la présidentielle d'octobre », sur voaafrique.com, (consulté le ).
  2. « Cap-Vert : le président sortant Jorge Carlos Fonseca réélu dès le premier tour – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le ).
  3. a et b « Cap-Vert : Élections présidentielles prévues en octobre », sur Global Voices en Français, https:facebook.comGlobalvoicesfr, (consulté le ).
  4. Agence France-Presse, « Cap-Vert: législatives fixées au 18 avril, présidentielle au 17 octobre », sur Mediapart, (consulté le ).
  5. (en) xinhua, « Cape Verde's Constitutional Court validates 7 candidates for presidential election », sur News Ghana, newsghana, (consulté le ).
  6. (pt) « Constitution de 2010 », sur extwprlegs1.fao.org (consulté le ).
  7. a b et c (en) « Constitution », sur constitutions.unwomen.org (consulté le ).
  8. (pt) Commission nationale des élections, « Eleições Cabo Verde - Resultados », sur eleicoes.cv (consulté le ).
  9. « Cap-Vert: le candidat de la gauche, José Maria Neves, élu président dès le premier tour », Radio France International,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussiModifier