Ouvrir le menu principal

Cathédrale Saints-Cyrille-et-Méthode

église tchèque
(Redirigé depuis Église Saint-Cyrille-et-Méthode)

Cathédrale Saints-Cyrille-et-Méthode
Image illustrative de l’article Cathédrale Saints-Cyrille-et-Méthode
Présentation
Culte Orthodoxe
Fin des travaux Fin du XVIIIe siècle
Style dominant Architecture classique
Géographie
Pays Drapeau de la République tchèque Tchéquie
Ville Prague
Coordonnées 50° 04′ 33″ nord, 14° 25′ 01″ est

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

(Voir situation sur carte : République tchèque)
Cathédrale Saints-Cyrille-et-Méthode

Géolocalisation sur la carte : Prague

(Voir situation sur carte : Prague)
Cathédrale Saints-Cyrille-et-Méthode

La cathédrale Saints-Cyrille-et-Méthode (en tchèque : Katedrální chrám sv. Cyrila a Metoděje) est une cathédrale orthodoxe du centre de Prague, située rue Resslova, datant du XVIIIe siècle. Elle est appelée ainsi en l'honneur de saint Cyrille et de saint Méthode, deux frères nés en Grèce, considérés comme les évangélisateurs de l'Europe centrale.

Sommaire

ConstructionModifier

L’église a été construite entre 1730 et 1736 par Kilian Ignace Dientzenhofer.

Opération AnthropoidModifier

Article détaillé : Opération Anthropoid.

Durant la Seconde Guerre mondiale en , les trois parachutistes résistants envoyés par le SOE britannique qui ont commis un attentat contre le vice-protecteur Reinhard Heydrich[a],[b], se réfugient dans la crypte de cette église, en compagnie d’autres résistants. Après avoir été découverts environ trois semaines après l’attentat, l’église est assiégée par environ huit cents militaires et policiers allemands ; une longue fusillade s'engage, les Allemands tentent même d’inonder la crypte : trois des résistants sont tués et les quatre autres se suicident pour ne pas se rendre.

Un musée leur est désormais consacré dans la crypte qu'ils ont occupée. Des impacts de balle sont encore visibles en certains endroits sur le mur de l’église.

Suite à Opération AnthropoidModifier

L'église étant la cathédrale de l'Evêque Gorazd de Prague. Les mesures de représailles à l'encontre de l'Église orthodoxe de Tchéquie et de Slovaquie ne se font pas attendre : les deux prêtres et les sacristains de la Cathédrale sont arrêtés. Pour tenter d'arrêter les représailles, l'Evêque Gorazd prend alors l'entière responsabilité de ce qui est arrivé et en informe les autorités nazies, espérant ainsi par son sacrifice protéger le clergé et les fidèles[1]. Il est alors arrêté par la gestapo le 27 juin. L'église orthodoxe tchèque sera en outre complètement interdite par les autorités nazies, ses églises seront fermées, ses biens confisqués et elle ne recommencera à exister qu'après la fin de la guerre. Beaucoup de membres de son clergé seront envoyés en travail forcé en Allemagne ou tués[1]. Ce dernier est exécuté le 4 septembre 1942 par les nazis, et son corps est brûlé[2].

Deux films relatent leur histoire : Anthropoid de Sean Ellis, sorti en 2016, et HHhH de Cédric Gimenez, sorti en 2017.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Heydrich est alors le dirigeant de fait du protectorat de Bohême-Moravie, intégré au Troisième Reich en à la suite des accords de Munich. Il a le rang de SS-Obergruppenführer et exerce en outre la fonction de chef du RSHA ; il est ainsi un nazi de haut rang et l'un des principaux chefs de la police du Reich, placé directement sous les ordres du Reichsführer-SS Heinrich Himmler.
  2. Heydrich meurt environ une semaine après l'attentat, des suites d’une infection généralisée qui se déclenche tardivement et brutalement.

RéférencesModifier