Écroulement

descente soudaine, avec fragmentation, d'une masse de matériaux le long d'un versant à forte pente

En géologie, un écroulement ou effondrement est une désolidarisation soudaine d'une structure géologique sur une vaste surface et qui s'accompagne d'une chute massive de matériaux. Un effondrement souterrain massif est l'une des causes possibles de grands tsunamis (exemple : glissements de terrain de Storegga).

Les effondrements sont notamment étudiés par l'analyse de la stabilité des pentes (en).

Effondrement sur falaise de craie (Mupe Bay, Royaume-Uni)

Typologies, classificationsModifier

La géomorphologie distingue trois catégories de déstabilisation de pentes, parois ou surplombs[1] :

  • lorsque cette désolidarisation concerne quelques pierres jusqu'à 10 m3, on parle de chute de pierres ou d'éboulis ;
  • lorsque cette désolidarisation va de 10 à 100 m3, on parle d’éboulement ;
  • au-delà, il s'agit d'un écroulement.

Ces trois catégories correspondent à trois processus différents, caractérisés par des rythmes et des intensités différentes.

Rôle géomorphologiqueModifier

Les plus gros éléments s'écroulent plus loin que les petits (granoclassement inverse). Une grande partie des blocs et fragments déposés au pied des écroulements est reprise par les cours d'eau, les glaciers ou les mers, formant ainsi la principale source des galets charriés par les torrents et des moraines transportées par les glaciers[2].

Événements majeursModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) S.G.Evans, J.J Clague, « Recent climatic change and catastrophic geomorphic processes in mountain environments », Geomorphology, vol. 10,‎ , p. 107-128
  2. Maurice Renard, Yves Lagabrielle, Erwan Martin, Marc de Rafelis, Éléments de géologie, Dunod, (lire en ligne), p. 789

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Ludovic Ravanel, « Les montagnes fondent... et s'effondrent », Pour la science, no 526,‎ , p. 58-64

Articles connexesModifier

Liens externesModifier