Zuzanna Ginczanka

écrivaine polonaise

Zuzanna Ginczanka, nom de plume de Sara Ginzburg ([1] 1917 – [2]) est une poétesse polonaise de l'entre-deux-guerres. Même si elle a publié qu'un seul recueil de poésie au cours de sa vie, son livre O centaurach (Sur les Centaures, 1936) crée la sensation dans les cercles littéraires de Pologne. Elle est arrêtée et exécutée dans Cracovie peu de temps avant la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Zuzanna Ginczanka
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 27 ans)
CracovieVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Сусана Полина ГинзбургVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Sana GinsburgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Michał Weinzieher (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Salomon Weinzieher (d) (beau-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web
UlicaMikołajska26-TablicaUpamiętniającaZuzannęGinczankę-POL, Kraków.jpg
plaque commémorative

BiographieModifier

Zuzanna Ginczanka est née Zuzanna Polina Ginzburg (« Gincburg » en polonais phonétique) à Kiev, alors partie de l'Empire russe. Ses parents juifs ont fui la Guerre Civile russe, en s'installant en 1922 dans la ville de Rivne, dans le Kresy dans la Pologne d'avant-guerre (aujourd'hui dans la partie ouest de l'Ukraine)[3]. Son père, Simon Ginzburg, est avocat de profession, tandis que sa mère Tsetsiliïa Ginzburg, née Sandberg, une femme au foyer[4],[5]. Ginczanka est titulaire d'un passeport Nansen et malgré les efforts déployés à cette fin, échoue à obtenir la citoyenneté polonaise avant le déclenchement de la guerre[6]. Abandonnée par son père qui après le divorce part pour Berlin, et plus tard par sa mère qui après son remariage s'envole en Espagne, elle vit dans la maison de sa grand-mère maternelle, Klara Sandberg, à Rivne, grand-mère qui s'occupe de son éducation[7]. La maison de Klara Sandberg se situe dans la rue principale de la ville, avec sa boutique au rez-de-chaussée, est décrite par l'écrivain Jerzy Andrzejewski, un contemporain de Ginczanka de sa connaissance, et de manière indépendante par le poète Jan Śpiewak, un résident de la ville[8]. Elle est appelée « Sana » par ses amis les plus proches. Entre 1927 et 1935, elle étudie à un lycée de Rivne, le Gymnasium Panstwowe. En 1935, elle s'installe à Varsovie pour entamer des études à l'Université de Varsovie[9]. Ses études se terminent plus vite que prévu, probablement en raison d'incidents antisémites à l'Université[10].

Ses débutsModifier

Ginczanka parle à la fois le russe, grâce à ses parents, et le polonais grâce à ses amis (elle ne sait pas un mot de yiddish). Son désir de devenir une poétesse polonaise l'amène à choisir la langue polonaise. Selon la mère de Ginczanka, elle commence à composer des vers à l'âge de 4 ans, et compose un ensemble de ballades à l'âge de 8 ans[11]. Elle publie ses premiers poèmes en 1931, à l'âge de 14 ans, avec « Uczta wakacyjna » (Une fête de vacances) publié dans le bimensuel du journal du lycée, Echa Szkolne édité par Czesław Janczarski. Au cours de cette période de sa vie, Ginczanka est également l'auteure de paroles de chansons[12]. Ses débuts devant le grand public à l'échelle nationale ont lieu en août 1933 dans les pages du Kuryer Literacko-Naukowy, un supplément dominical pour le bien connu Ilustrowany Kuryer Codzienny, avec la publication d'un poème de seize lignes intitulé « Żyzność sierpniowa » (Fertilité du mois d'août ; ou peut-être, avec plus de licence poétique : la plénitude du mois d'août)[6]. Dans « Żyzność sierpniowa » la poétesse de 16 ans parle avec la voix d'une femme mature, regardant avec nostalgie le monde des jeunes dans la fleur de l'âge, avec la maturité de l'amour (d'où le titre), de la connaissance et du point de vue de quelqu'un dont la vie a abouti depuis longtemps : le lecteur peut être pardonné de penser que l'auteur des versets est une personne d'un âge avancé. Les deux dernières lignes, en outre, donnent une voix aux sonorités catastrophiques qui restent pour toujours la signature de la poésie de Ginczanka, souvent formulée dans des images sanguinaires telles que celle-ci :

W gałęziach gruszy zawisł wam księżyc, jak choinkowe złociste czółno, un w wargach malin milczą legendy o sercach, które skrwawiła północ  —  — [13]

      

La Lune bloquée dans les branches d'arbres de poiriers comme la pirogue d'or sur un arbre de Noël, sur les lèvres des framboises les légendes d'automne le silence du cœur ensanglanté par un décret de minuit  —  —

Encouragée par Julian Tuwim à participer à la Compétition des Jeunes Poètes (Turniej Młodych Poetów) organisée le printemps suivant par le Wiadomości Literackie, le plus important périodique littéraire de Pologne de l'époque, elle remporte une mention honorable (troisième place) avec le poème « Gramatyka » (Grammaire), imprimé dans le numéro du de l'hebdomadaire qui est en partie consacré aux résultats de la compétition. Elle a 17 ans ; la plupart des 22 autres finalistes (dont Tadeusz Hollender né 1910 et Anna Świrszczyńska, née en 1909, qui remporte le premier prix, ou Witold Makowiecki né en 1903, qui remporte une mention honorable, de première classe, et Juliusz Żuławski né en 1910, mention honorable, troisième classe) sont ses aînés par l'âge[14]. Sept semaines plus tard, dans l'édition du , le Wiadomości Literackie revisite ses concours de poésie par la publication d'une liste de prix supplémentaires aux lauréats : pour sa contribution, Zuzanna Ginczanka reçoit une collection de traductions par Leopold Staff de poésie de Michel-Ange[15]. Le poème de Ginczanka, qui s'ouvre hardiment avec un signe de ponctuation (une parenthèse gauche), traitant toutes les parties du discours, décrivant chacune de manière poétique commençant avec l'adjectif, puis avec l'adverbe, et se terminant avec une analyse philosophico-littéraire du pronom personnel (« je sans vous, vous sans moi, les montants à rien ; ligne 30)  —

un pokochać słowa tak łatwo: trzeba tylko wziąć je ne ręki je obejrzeć jak burgund  — pod światło[16]

      

pour les paroles librement incite à faire l'amour : vous avez juste à prendre en main et le dosage comme les bourgeons  — contre la lumière

Période à VarsovieModifier

Lors de son arrivée à Varsovie en , Ginczanka, alors âgée de 18 ans, déjà un peu connue, devient rapidement une « figure légendaire » du monde des artistes d'avant-guerre en tant que protégée de Julian Tuwim, le doyen des poètes polonais de l'époque, une connexion qui lui ouvre les portes de tous les périodiques littéraires, salons et maisons d'éditions les plus importants du pays[9],[17]. (Ses détracteurs qui lui attribuent le surnom de « Tuwim en jupon » (Tuwim w spódnicy)[18] ; tandis que Gombrowicz, connu pour avoir inventé un surnom pour l'ensemble de ses connaissances, se moque avec le surnom « Gina »[19].) Les critiques, tels que Karol Wiktor Zawodziński, comparent le lyrisme de Ginczanka à la poésie de Tuwin, réputée pour être indéfinissable et inimitable[20]. Jarosław Iwaszkiewicz, pour sa part, rappelle que Ginczanka est « très bonne » en tant que poétesse dès les premiers textes, sans avoir eu besoin d'incuber son talent poétique et  — consciente de ses prouesses littéraires  — demeure en dehors de groupements littéraires, souhaitant s'éloigner publiquement du cercle de Skamander avec qui elle est normalement associée par les autres[21]. Ainsi, par exemple, sa fréquentation du café Mała Ziemiańska, le célèbre repaire des lettrés de Varsovie où avec simplicité, elle tient sa cour à la table de Witold Gombrowicz, est immortalisé dans son poème « Pochwała snobów » (Éloge des Snobs), publiée dans le magazine satirique Szpilki en 1937[22]. (Le cofondateur de la revue en question, l'artiste Eryk Lipiński, va jouer un rôle important dans le sauvetage de ses manuscrits après la guerre et donnera le nom de Zuzanna à sa fille en sa mémoire[23]. L'autre cofondateur, Zbigniew Mitzner, confirmera dans ses mémoires que Ginczanka est très attachée à ce magazine hebdomadaire, lien qu'elle entretiendra très longtemps[24].) En témoignage de sa gloire, elle est parfois elle-même l'objet de poèmes satiriques et de dessins publiés dans les périodiques littéraires, comme dans le numéro de Noël de 1937 du Wiadomości Literackie où elle est dépeinte dans la bande dessinée collective qui représente la crème de la crème de la littérature polonaise (aux côtés de Andrzej Nowicki et Janusz Minkiewicz, tenant chacun un arc de Cupidon, bien que leurs flèches pointent discrètement à côté d'elle plutôt que vers elle[25]).

ImpressionsModifier

Ginczanka est une femme possédant une frappante, saisissante beauté - « la beauté d'une icône byzantine », selon les mots de l'écrivain Ryszard Matuszewski qui se souvient de l'avoir rencontrée au café Zodiak à Varsovie[26]  — beaucoup de ses compatriotes écrivains remarquent en particulier ses yeux (chacun légèrement différents, avec un strabisme à la Vénus) et l'attractive harmonie entre son apparence physique agile et son esprit. Jan Kott voit une connexion entre sa poésie, « qui enthousiasme tout le monde », et sa beauté personnelle : « il y a quelque chose d'une qasida perse dans les deux », écrit-il[27]. (son traducteur italien, Alessandro Amenta, a récemment poussé ce raisonnement plus loin, disant que pour ses admirateurs, son corps a fusionné avec sa poésie[28].) Pour Kazimierz Brandys, de la même génération qu'elle, elle est une « apparition sacrée » aux « yeux de faon »[29]. L'auteur Adolf Rudnicki, cherchant une expression pour la décrire, s'inspire de la « Rose de Sharon » (Róża z Saronu), une strophe du Cantique des Cantiques, ajoutant que le peintre (identifié par lui par la lettre C) pour qui elle a posé nue (en la présence de son époux) lui a confessé que « il n'avait jamais vu quelque chose d'aussi beau de sa vie »[30]. Son portrait par le peintre polonais Aleksander Rafalowski (1894-1980) - une pose en grande tenue - est très connu, et est reproduit dans le Wiadomosci Literackie en 1937[25],[31]. Ginczanka est admirée pour plusieurs raisons. Czesław Miłosz écrit que l'écrivain Zbigniew Mitzner, cofondateur du magazine Szpilki, a une relation romantique avec elle[32]. Elle est connue pour repousser en masse ses prétendants, mais parfois - comme avec Leon Pasternak (en) - elle s'en fait des ennemis, ce qui aboutit à la publication de satires sur elle comme revanche[33]. Pour Stanisław Piętak, un des poètes les plus célèbres de la période Interbellum, la rencontrer dans la rue est une expérience semblable à une étoile se détachant du ciel et atterrissant à côté de vous[34]. (il y a des preuves que bien qu'elle ait reçu beaucoup d'adulation de certains, l'attention qu'elle reçoit lui pèse, selon ce qu'elle confie à une amie (Maria Zenowicz) « je me sens comme un négro », une curiosité en soi[28]). Seul le poète Andrzej Nowicki semble apprécier de recevoir ses faveurs[35] mais Tadeusz Wittlin le considère comme un compagnon de complaisance sans intrication relationnelle[36]. Ginczanka est vue comme abstinente, d'un comportement modeste et vertueux - elle ne fume pas, ni ne boit -« sauf pour quelques gorgées sous la pression de la bienséance sociale ») : Wittlin l'appelle la « vertueuse Zuzanna (Cnotliwa Zuzanna) dans le sens littéral [i.e. ecclésiastique] ». Cette vision est partagée par d'autres : la poétesse Alicja Iwańska, dont la carrière littéraire coïncide de beaucoup avec celle de Ginczanka, se souvient que malgré l'exquise poésie publiée dans les meilleurs périodiques littéraires du pays et une beauté personnelle ayant de l'effet sur les gens autour d'elle, Ginczanka est souvent méfiante, rougissante et bégaye lorsqu'elle est mise sous le feu des projecteurs[37].

 
L'immeuble à l'angle de la rue Szpitalna et la rue Przeskok à Varsovie où Ginczanka réside à la fin des années 1930

Józef Łobodowski, peut-être son plus sérieux prétendant entre 1933 et 1938, lui dédie plusieurs poèmes dans le Wiadomości Literackie et plus tard dans la presse polonaise émigrée, et lui consacre un de ses derniers recueils de poésie, Pamięci Sulamity (« En souvenir de la Sulamite »), avec une précieuse introduction autobiographique[38]. Bien que le poète Jan Śpiewak, de tous les intellectuels polonais, est le seul à pouvoir prétendre avoir eu une longue relation avec Ginczanka (il a résidé à Rivne en même temps qu'elle, a fréquenté le même milieu juif et a le statut de colon de Volhynie venant des anciennes terres de l'Empire russe). Ce sont les souvenirs de Lobodowski qui ont la note la plus intime parmi tous les souvenirs publiés après la guerre par ceux qui l'ont connue, trahissant d'un amour éternel et de l'affection que tous lui portaient[39].

Avec le genre de célébrité qu'elle aime, son appartement de la rue Szpitalna à Varsovie devient le premier salon littéraire de Pologne à l'occasion de ses anniversaires. Eryk Lipiński rapporte que c'est ici qu'il a rencontré le célèbre écrivain Witold Gombrowicz pour la première fois[40].

PublicationModifier

Même si elle ne publie qu'un seul recueil de poésie au cours de sa vie, O centaurach (À propos des Centaures), il fait sensation[41]. Elle explique que le titre en pointant la double nature du centaure, une créature mythologique mi-homme, mi cheval — ici adoptée comme une métaphore de son projet poétique, l'unification dans le verset des différentes qualités de la sagesse et de la sensualité, « étroitement liés comme un centaure »[42]. C'est particulièrement important pour les théories de littérature féministe, car il présente une vision fusionnée de ce qui est traditionnellement considéré comme masculin et du féminin dans l'art et la vie[43]. Pour ceux qui n'ont pas entendu parler de Ginczanka avant, la première exposition de ses versets est souvent une prise de conscience. Le témoignage du poète Tadeusz Bocheński est le plus précieux, car il s'exprime dans une lettre privée et non pour le grand public. Écrit en à l'éditeur-en-chef de la revue littéraire mensuelle Kamena, Kazimierz Andrzej Jaworski, Bocheński condamne les poètes connus comme Tuwim et Pawlikowska alors que dans le même temps, il écrit ce qui suit :

Jastrun inspire de l'intérêt, [comme] Ginczanka, alors une inconnue pour moi : je sens instinctivement que nous avons affaire ici à une nature plus profonde, avec la poésie d'ascendance supérieure (rasowsza poezja) ; qui est-elle ? où cette dame veut en venir[44] ?

L'un des plus illustres poètes ukrainiens modernes et l'un des plus détestés par les Soviétiques, Yevhen Malaniouk (1897–1968)[45], qui vit alors en exil à Varsovie, est présenté à la poésie de Ginczanka par Julian Tuwim qui court à en perdre haleine dans les bureaux de rédaction de Biuletyn Polsko-Ukraiński avec l'information d'une nouvelle « super poétesse »[33]. Ginczanka n'hésite pas à prêter son art à l'avancement d'une cause sociale, comme indiqué dans son poème « Słowa na wiatr » (Paroles aux quatre vents), publié dans le Wiadomości Literackie , en , dont le message met en doute l'honnêteté des autorités du pays et les promesses des groupes industriels à apporter de l'aide aux personnes dans le besoin pendant la difficile période d'hiver. Sa voix est ici sans pitié, mordant et se moquant (« ils comptent, et comptent, et se lèchent les doigts, et comptent un peu plus » — sc. le reste des pages de l'hiver du calendrier sur le mur, et de l'argent pour être sauvé), accusant les potentats de blocage dans l'espoir que la vague de froid passe et qu'ils n'aient pas à honorer leurs engagements[46].

Histoires pour la radioModifier

Ginczanka écrit plusieurs pièces de théâtre radiophoniques pour le diffuseur national polonais, la Polskie Radio. En , le programme Pod dachami Warszawy (Sous les toits de Varsovie), écrit conjointement avec Andrzej Nowicki est diffusé[47]. En , la presse polonaise annonce qu'une autre pièce de théâtre rédigée par Ginczanka conjointement avec Nowicki, Sensacje amerykańskie (Sensations américaines), sur le thème du voyage de Sherlock Holmes en Amérique, sera diffusée sur la Polskie Radio[48].

Aperçus de la guerreModifier

Tel qu'observé par les lecteurs attentifs comme Monika Warneńska, Ginczanka a prophétiquement prévu le début de la Seconde Guerre mondiale et l'extermination qu'elle apporterait avec elle, mais exprimé une touche tellement poétique que leur véritable interprétation peut avoir échappé aux lecteurs de l'époque[49]. Tel son poème intitulé « Maj 1939 » () publié sur la première page du Wiadomości Literackie, 61 jours avant le déclenchement de la guerre, en . Le poème est entouré de tous côtés par le massif article d'Edward Boyé analysant la nature du fascisme italien, le seul autre article imprimé sur la page. Le poème de Ginczanka, faussement insouciant — presque exubérant — dans le ton alors qu'il considère avec incertitude si le printemps passera sous l'ombre de la guerre, ou sous le charme de l'amour, emploie la métaphore du carrefour avec deux bras divergents, bien qu'en apparence très différents et étant en sens inverse avec les autres, conduit « à la dernière des choses » (do spraw ostatecznych; ligne 28)[50]. Ainsi, dans une déformation du célèbre poème de Robert Frost, il ne fait aucune différence , ici, de prendre « l'un des moins fréquentés » :

Na maju, rozstaju stoję u dróg rozdrożnych je sprzecznych, gdy obie te drogi twoje wiodą do spraw ostatecznych.[51]

      

Je me tiens à la bifurcation de mai où la route bifurque à l'encontre des ressorts alors que les deux routes en soi conduisent à la chose ultime.

Invasion de la PologneModifier

 
Le bâtiment du no 8 rue Jabłonowskich à Lviv où Ginczanka vit en 1939–1942 et où elle est livrée aux Nazis (photo de 2011 ; la rue aujourd'hui rebaptisée après Rustaveli)

Ginczanka quitte Varsovie en pour passer ses vacances d'été avec sa grand-mère à Rivne. Elle est là-bas lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale avec l'invasion de la Pologne par le Troisième Reich, le . Elle décide alors de rester à Rivne, une ville située à la frontière est de la Pologne, relativement loin des hostilités. Cette situation change à peine deux semaines plus tard, avec l'invasion soviétique de la Pologne, le , qui introduit le régime soviétique à Rivne (une ville qui ne sera plus jamais polonaise) et, avec elle, le communisme, l'attaque et le harcèlement des « éléments bourgeois ». L'entreprise au rez-de-chaussée de la maison de sa grand-mère dans la rue principale de la ville est immédiatement expropriée, alors que leur quartier est dans une large mesure réquisitionné pour les fonctionnaires soviétiques, en faisant vivre les propriétaires (y compris Ginczanka) dans une chambre de bonne. Ces changements forcent Ginczanka à quitter Rivne pour essayer de trouver un logement dans la grande ville polonaise de Lviv, située 213 kilomètres au sud-est et là aussi, occupée par l'Union soviétique. Avant son départ, sa grand-mère emballe tous les objets de famille et de valeur comme les couverts en argent dans ses bagages, à la fois comme un moyen de préserver ses biens et de fournir une dot à Ginczanka. À Lviv, elle loue un appartement dans l'immeuble au numéro 8 de la rue Jabłonowskich (en photo à droite), où ses corésidents incluent Karol Kuryluk, et les écrivains Władysław Bieńkowski (1906–1991), Marian Aeai (1910–1984), et Franciszek Gil (1917–1960)[52].

De 1939 à 1942, Ginczanka vit dans à Lviv en Pologne occupée, en tant que rédactrice. Elle écrit un certain nombre de poèmes de propagande soviétique. Elle parvient à éviter de justesse l'arrestation par les forces ukrainiennes ciblant la population juive de la ville, protégée par son passeport Nansen qui leur est inconnu et qui les impressionne suffisamment pour les faire renoncer[53].

Au début de 1940, à l'âge de 22 ans, elle épouse à Lviv, l'historien de l'art polonais Michel Weinzieher, son aîné de 14 ans (pour certains de 16 ans), un choix qu'elle décide de ne pas expliquer à ses amis. Alors officiellement marié à Weinzieher, elle a une relation avec l'artiste Janusz Woźniakowski, un jeune graphiste polonais extrêmement dévoué à sa poésie. Woźniakowski l'aide à se cacher après l'invasion de Lviv par les troupes allemandes en , et lui offre son soutien moral[54],[55]. Dans le rapport de l'écrivain Franciszek Gil (1917–1960) qui vit dans le même immeuble qu'elle, elle devient pour Woźniakowski la seule raison de son existence[53]. Au cours de cette période, Ginczanka est très active en littérature, composant de nombreux nouveaux poèmes qui, bien que non publiés, sont lus à de petits groupes d'amis. La plupart des manuscrits de ces œuvres ont disparu, très peu d'entre eux sont réécrits de mémoire par ceux qui en étaient venus à les connaître par cœur après la guerre[53].

Non omnis moriar. Mon grand mobilier —

Prairie de nappes, invincible armoire de châteaux,

Pièces de draps, finement tissés, linge de maison,

Et des robes, des robes colorées—vont me survivre.

Je ne laisse pas d'héritiers.

Alors laissez vos mains fouillent les objets Juifs

Vous, la femme Chomin de Lvov, mère d'un volksdeutscher.

Peut ces choses être utile pour vous et les vôtres,

Pour, mes amis chers, je ne laisse pas de nom, pas de chanson.

Je pense à vous, comme vous, lors de la Schupo est venu,

Pensez à moi, rappelez vous de moi.

Alors laissez mes amis casser la coupe des vacances,

Célébrer mon sillage et leur richesse :

Les Kilims et les tapisseries, les bols, les chandeliers.

Les laisser boire toute la nuit et au lever du jour

Commencer leur recherche de pierres précieuses et de l'or

Dans les canapés, les matelas, les couvertures et les tapis.

Oh comment le travail va brûler dans leurs mains!

Des touffes de crin de cheval, des paquets de foin,

Des nuages de frais à partir d'oreillers et de couettes,

Collé dessus par mon sang, va transformer ses bras en ailes,

Transfigurer les oiseaux de proie, en anges.

"Non omnis moriar"
traduit par Nancy Kassell et Anita Safran[56]

Avec l'invasion par l'Allemagne nazie de l'est de Pologne le , une zone précédemment occupée depuis le par l'Union soviétique, la situation de la population juive se corse, l'Holocauste étant déjà en plein essor. À Rivne, la grand-mère de Ginczanka est arrêtée par les nazis et meurt d'une crise cardiaque induite par l'horreur de sa mort imminente lors de son transport au lieu de son exécution à Zdolbouniv, à peine à 17 kilomètres de Rivne[57]. À Lviv, la femme du concierge de l'immeuble où Ginczanka réside, irritée d'avoir de l'espace alloué à une réfugiée comme Ginczanka, voit sa chance de se débarrasser de l'importune locataire et en même temps de s'enrichir. À l'été 1942, elle la dénonce aux autorités nazies nouvellement au pouvoir dans la ville, comme une juive cachée avec de faux papiers. La police nazie tente immédiatement de l'arrêter, mais d'autres résidents de l'immeuble l'aident à s'échapper en sortant par la porte arrière. En un seul jour, la Schupo fait trois raids sur le bâtiment pour arrêter Ginczanka. Finalement, ils réussissent à s'emparer d'elle[57]. Cette arrestation n'entraîne pas son exécution immédiate, ce qui lui permet de s'échapper. Les sources divergent sur les circonstances exactes de son évasion. Selon les documents de justice d’après-guerre lors du procès de Zofja Chomin, tel que rapportés dans la presse, elle réussit à échapper à ses ravisseurs après son arrivée au poste de police mais avant d'être enfermée ; selon d'autres sources, ses amis réussissent à corrompre les soldats[58]. Peu importe les détails, l'incident conduit à l'écriture de son poème le plus connu « Non omnis moriar » (voir encart).

Période à CracovieModifier

En , Michał Weinzieher, le mari de Ginczanka décide de quitter Lviv, afin d'échapper à l'enfermement dans le ghetto de Lwów. Ils déménagent à Cracovie, dans l'espoir que cette grande ville inconnue lui donne l'anonymat nécessaire pour survivre avec de faux papiers[59]. Son frère cadet a déjà été assassiné deux ans plus tôt par les soviétiques lors du massacre de Katyń, et Weinzieher fuit littéralement la mort. Lors de son séjour à Cracovie avec la famille Güntner, Weinzieher (imprudemment pour l'époque) poursuit son activisme politique de gauche et continue d'entretenir des contacts avec des partis politiques de gauche illégaux. C'est dans ces circonstances qu'il est rejoint quelques mois plus tard par sa femme, Zuzanna Ginczanka, dont les faux papiers indiquent qu'elle est de nationalité arménienne[60]. Les quelques mois qui séparent son arrivée de celle de son mari à Cracovie, elle les passe avec la tante de son époux à Felsztyn, 97 kilomètres au sud-ouest de Lviv, où elle est présentée comme la fiancée de Woźniakowski. Les faux papiers de Ginczanka et Weinzieher sont fournis dans les deux cas par Janusz Woźniakowski[60].

À Cracovie, Ginczanka occupe la pièce à côté de celle de Weinzieher, passant la plupart de son temps dans son lit[60]. Selon ses hôtes, Ginczanka à l'habitude de dire que « Ma créativité vient de ma paresse ». Son visiteur le plus régulier est Janusz Woźniakowski, mais elle maintient également des contacts étroits avec la peintre de renom, Helena Cygańska-Walicka (1913–1989), épouse de l'historien de l'art Michel Walicki, Anna Rawicz, et d'autres[60]. Parce que lors de ses rares sorties, Ginczanka attire une attention indésirable de par sa beauté exotique, elle décide de changer sa cachette en partant à Swoszowice dans la banlieue sud de Cracovie, où elle rejoint une amie d'enfance, Blumka Fradis, qui se cache elle aussi des autorités nazies[61].

Au début de 1944, de façon inattendue, Janusz Woźniakowski est arrêté dans une łapanka - une rafle de rue. Le ticket de blanchisserie trouvé sur lui, indique l'adresse de l'ancienne cachette de Ginczanka qu'elle a déjà quittée mais où Woźniakowski continue de résider avec Weinzieher. Lors d'une perquisition des locaux, où un Woźniakowski ensanglanté sert de témoin, le mari de Ginczanka, Michał Weinzieher, est arrêté. Le , est collée sur les murs de Cracovie une affiche émise par le « Tribunal de la Police de Sécurité » (Standgericht der Sicherheitspolizei) listant les 112 noms des personnes condamnées à mort : les 33 premiers noms sont ceux déjà exécutés, le reste sont ceux en attente d'exécution. Le nom de Janusz Woźniakowski est le cinquième sur la liste. Celui de Michał Weinzieher est plus bas[62].

ArrestationModifier

Zuzanna Ginczanka change souvent de cachette, la dernière étant dans l'appartement de la sauveuse de juifs, Elżbieta Mucharska ; situé au no 5 de la rue Mikołajska dans le cœur de la Vieille ville de Cracovie. Les circonstances de l'arrestation de Ginczanka sont très discutées après-guerre. Le premier compte-rendu est celui de Wincentyna Wodzinowska-Stopkowa (1915–1991), publié dans ses mémoires de 1989 Portret artysty z żoną w tle (Un portrait de l'artiste avec la femme en arrière-plan)[63]. Le repaire de Ginczanka et les mots de passe utilisés par ses sauveteurs sont interceptés par la Gestapo grâce à des messages clandestins destinés à la contrebande provenant de prison et adressés à eux[63]. Les Stopka, mis en cause par la grypses en question, réussissent à obtenir le départ de la Gestapo en les soudoyant avec des bouteilles d'alcool et des pièces d'or « qui disparurent dans leurs poches en un éclair »[63]. Dès que la Gestapo quitte l'immeuble, Wodzinowska-Stopkowa se précipite chez sa voisine où le repaire de Gincznka se trouve pour la prévenir d'un danger imminent, où elle est accueillie à la porte par une femme en sanglots qui leur dit « Ils l'ont déjà pris. Elle a crié, leur a craché dessus... ». Wodzinowska-Stopkowa court à en perdre haleine dans la résidence, voir toutes les autres personnes nommées dans les « cerfs-volants » écrit par Woźniakowski, mais il arrive trop tard, ils ont tous été arrêtés[64].

 
Maison du XVIe siècle de la rue Mikołajska à Cracovie, directement en face de № 5 où Ginczanka vit en 1944, d'où J. Tomczak assiste à l'arrestation de Ginczanka par la Gestapo.

Un autre compte-rendu de l'arrestation de Zuzanna Ginczanka est donné par voie orale à la professeure Izolda Kiec de l'Université de Poznań, 46 ans après le fait en , par Jerzy Tomczak, le petit-fils de Elżbieta Mucharska, la dernière hôtesse de Ginczanka à Cracovie ; il est repris dans un livre en 1994 Zuzanna Ginczanka: życie je twórczość (Zuzanna Ginczanka : Vie et travail). C'est à ce jour le livre le plus sérieux sur elle — une biographie académique. Au moment de l'arrestation de Ginczanka à l'automne 1944, Tomczak a dix ans et vit dans une chambre avec Ginczanka pendant environ un mois[64]. Il se rappelle que, lors de son séjour, Ginczanka ne quitte jamais les locaux pour des raisons de sécurité, et n'ouvre jamais la porte lorsqu'elle est seule. Le seul visiteur qu'elle reçoit est une amie d'école, « une blonde sans caractéristiques sémitiques », Blumka Fradis. Un jour, en rentrant de l'école, il est intercepté dans l'escalier par un voisin qui lui dit de faire marche arrière : « Ils sont chez toi... ». Il fait demi-tour et se cache dans le vestibule de l'immeuble en face. Environ une demi-heure plus tard, de sa cachette, il observe Zuzanna Ginczanka et Blumka Fradis être escortées par la Gestapo hors de son immeuble. Il commente : « Je n'ai aucune idée de comment ils ont réussi à les trouver. Je soupçonne une dénonciation par un voisin. Il n'y a pas d'autre possibilité »[64].

Notes de prisonModifier

Izolda Kiec (née en 1965), l'auteure du livre de 1994 sur Ginczanka, est en mesure de retrouver une personne qui fut en contact direct avec Ginczanka après sa dernière arrestation, à l'automne 1944. Cette personne est une femme du nom de Krystyna Garlicka, la sœur de l'écrivain polonais Tadeusz Breza (1905–1970), qui résidait en 1992 à Paris[65]. Krystyna Garlicka est apparemment incarcérée dans la même cellule que Ginczanke pendant un moment, développe une relation avec elle, et elle reçoit des confessions de Ginczanka. Selon ses dires en 1992, 47 ans après le fait, Ginczanka accepte son amitié en prison parce qu'elle connait son frère, Tadeusz Breza[66]. Elles dorment ensemble sur un seul matelas de paille qui est étalé sur le sol pour la nuit, un moment où Garlicka écoute les confessions de Ginczanka. Selon elle, Ginczanka lui a dit que sa dernière arrestation était due à une trahison de son hôtesse de Cracovie, Elżbieta Mucharska, vu que « personne n'avait connaissance du lieu où elle se trouvait »[67]. Ginczanka, qui est d'abord détenue dans le célèbre établissement de la rue Montelupich, a très peur de la torture (pour laquelle la prison est tristement célèbre), et de devoir repousser les attaques sur son corps, se préoccupant particulièrement pour ses cheveux, qu'elle touche à plusieurs reprises au cours des interrogatoires pour faire de petites corrections. C'est remarqué par les interrogateurs de la Gestapo, et quand ils en viennent à la torture, il utilise plus particulièrement ses cheveux : elle est traînée sur le sol par les cheveux. Bien qu'elle hurle de douleur, elle ne se brise pas et n’admet pas être juive. Cependant, ce n'est pas le cas avec son ami Blumka Fradis, qui craque sous la torture : « peut-être qu'elle n'avait pas le courage et la volonté de Ginczanka », selon Garlicka. Blumka Fradis se confesse, ce qui sonne le glas de l'enquête et « scelle leur sort ». Ginczanka espère être déportée à Płaszów, et de là, à Auschwitz, résolue à surmonter et à survivre à tout ça. Toutefois, elle est seulement transférée dans une autre prison de Cracovie[67].

Lieu et date de décèsModifier

 
Le centre de détention de Cracovie-Podgorze, en face de l'arrière-cour où Ginczanka est assassinée (notez le blocage des fenêtres). Le bâtiment, conçu comme un palais de justice par les l'architecte juif polonais Ferdynand Liebling (1877–1942), est construit en 1905

Il n'y a pas de consensus parmi les sources publiées sur l'endroit exact de la mort de Ginczanka. Il y a un large consensus sur la circonstance, exécutée par arme à feu, soit par une seule arme à feu ou par un peloton d'exécution, dans une prison située dans la banlieue sud de Cracovie[68]. De nombreuses sources plus anciennes identifient le quartier en question comme celui de Płaszów (partie de la municipalité de Cracovie depuis 1912, mais familièrement considéré comme distinct) — à ne pas confondre avec le camp de concentration nazi du même nom situé dans la même localité : aucun ordre n'est donné pour que Ginczanka soit déportée dans un camp de concentration[69]. D'autres sources identifient la banlieue en question comme la localité de Swoszowice (aujourd'hui dans les frontières du sud de Cracovie)[70]. Plus récemment, la cour de la prison de la rue Montelupich à Cracovie est considéré comme le lieu de sa mort[71]. Cette identification, peut-être envisageable, est en contradiction avec les sources anciennes, car la prison en question se trouve dans le centre de la ville et non sur les limites sud de la région métropolitaine. Enfin, Izolda Kiec en fondant ses conclusions sur des sources écrites non publiées ainsi que sur les nombreuses interviews téléphoniques de témoins et d'autres personnes directement liées à Ginczanka menées dans les années 1970 et 1980, indique pour la première fois la cour de l'établissement pénitentiaire situé au no 3 de la rue Stefana Czarnieckiego à Cracovie comme le lieu du martyre de Ginczanka. Cette dernière identification n'est pas en contradiction avec les sources anciennes citant Płaszów, car les deux se situent dans la même quartier sud de Podgórze. En outre, Kiec annonce — pouvant ainsi de concilier l'ensemble des sources anciennes — que Ginczanka est en effet emprisonnée d'abord dans la prison de Montelupich, où elle est torturée, et seulement après, elle est transférée à la (petite) prison de la rue Czarnieckiego, où elle est assassinée[66]. Ginczanka a 27 ans.

L'amie d'enfance de Ginczanka, Blumka Fradis, est abattue avec elle[67].

Józef Łobodowski rapporte les informations privilégiées qu'il reçoit dans les années 1980 d'une source qu'il ne révèle pas, que l'exécution de Ginczanka a lieu « juste avant » (tuż avant) la libération de Cracovie () — c'est-à-dire, dans la première partie du mois de [72]. Sans préciser la date, Izolda Kiec dit la même chose (« quelques jours (na kilka dni) avant la fin de la guerre »)[73]. Si les expressions « juste avant » et « quelques jours » doivent être interprétée au sens figuré pour signifier « un court laps de temps » mais pas nécessairement « un très court laps de temps », la date de la mort de Ginczanka peut être repoussée à , mais cette idée comprend l'étirement du sens littéral des mots de ces deux témoins clés. Wacław Iwaniuk, une connaissance personnelle de Ginczanka, corrobore fortement la date de sa mort : dans une interview donnée en 1991, Iwaniuk dit « Ginczanka est assassinée par la Gestapo à Cracovie, probablement le dernier jour de l'occupation de Cracovie » (chyba w ostatnim dniu okupacji Krakowa) — i.e., le [74].

« Non omnis moriar »Modifier

Son poème le plus connu, écrit en 1942 et sans titre, communément appelés « Non omnis moriar » à partir de ses premiers mots (latin « Tout en moi ne mourra pas », l'incipit d'une ode d'Horace), qui comprend le nom de sa prétendue traîtresse dans le texte, est une paraphrase du poème de Juliusz Słowacki « Testament mój »(Mon testament)[75]. Le « Non omnis moriar » est d'abord publié dans l'hebdomadaire périodique Odrodzenie de Cracovie en 1946, à l'initiative de Julien Przyboś, un poète qui était l'un des membres les plus éminents de la soi-disant avant-garde de Cracovie (Awangarda Krakowska). Przyboś ajoute un commentaire intitulé « Ostatni wiersz Ginczanki » (Ginczanka, dernier poème) en disant :

Elle est la voix la plus émouvante de la littérature lyrique polonaise, traitant de la plus grande tragédie de notre temps, le martyre Juif. Seuls les poèmes de Jastrun, agissant comme une épitaphe sur le tombeau de millions, fait une impression semblable, mais ils ne manifestent pas le même degré d'amertume, d'ironie, de virulence et de puissance, ni ne transmet la même vérité brutale que le testament de Ginczanka. Je trouve son impact impossible à se débarrasser. Nous l'avons lu pour la première fois écrit au crayon sur morceau de papier déchiré et froissé, comme les messages secrets que les détenus font sortir des donjons. (...) Les confessions les plus désespérées, les paroles les plus déchirantes des autres poètes avant leur mort sont bien en dessous de ce qui fait la fierté de ce testament poétique. Cet acte d'accusation de la bête humaine fait mal comme une plaie non cicatrisée. Une thérapie de choc dans le verset[76],[77].

Le « Non omnis moriar » est très apprécié par beaucoup, dont le poète Stanislaw Wygodzki[78], tandis qu'un autre poète polonais, Anna Kamieńska, le considère comme l'un des plus beaux poèmes de la langue polonaise[79]. Les chercheurs ont découvert des parallèles textuels entre « Non omnis moriar » et le Petit Testament de François Villon[80]. Cependant, peut-être l'aspect le plus significatif de la « Non omnis moriar » est son acte d'accusation de l'antisémitisme polonais par une femme juive qui souhaite plus que tout devenir une poétesse polonaise, et d'être accepté en tant que polonaise (plutôt que comme une « exotique »). Dans l'ensemble de son œuvre, Ginczanka n'épouse jamais son identité juive, ses préoccupations avec l'identité portent exclusivement sur le fait qu'elle est une femme[81]. C'est la référence qui est faite sur les « biens juifs » dans le « Non omnis moriar » (rzeczy żydowskie ; ligne 6) — les effets personnels de Ginczanka vont maintenant être pillés par son traître — qui détruit le rêve de Ginczanka[82].

Après-guerreModifier

En , accusées de collaborationnisme, les personnes ayant vendu Zuzanna Ginczanka, Zofja Chomin et son fils Marjan Chomin sont arrêtées et jugées par un tribunal. Le poème de Ginczanka « Non omnis moriar » fait partie des preuves contre eux. (Cela est considéré par de nombreux chercheurs comme le seul exemple dans les annales de la morale de l'histoire où un poème sert de preuve dans un procès criminel.) Selon l'article paru dans le journal Express Wieczorny du (page 2), Zofja Chomin, la concierge dans l'immeuble (du no 8 de la rue Jabłonowskich) où Ginczanka vécut à Lviv, est condamnée à quatre années d'emprisonnement pour avoir trahi l'identité de Ginczanka auprès des nazis — le poème « Non omnis moriar » est cité dans la sentence — , tandis que son fils est acquitté. Zofja Chomin se défend devant la cour par ses mots, destinés à réfuter l'accusation de collaborationnisme : « Je n'avais connaissance que d'une seule petite juive dans la clandestinité... » (znałam tylko jedną żydóweczkę ukrywającą się...). Un compte rendu de ces événements est donné dans une étude réalisée par Agnieszka Haska (voir Bibliographie).

Elle est le sujet d'un poème écrit par Aaron Rey, intitulé « Smak słowa je śmierci » (Le goût de la parole et de la mort), publié en 1967, qui se termine par : « Je sais qu'aux limites les plus éloignées | Le goût de votre mort »[83]. Un poème en son honneur « Zuzanna Ginczanka », est composé par Dorota Chróścielewska (1948–1996)[84].

PublicationsModifier

  • O centaurach (1936)
  • Wiersze wybrane (1953)
  • Zuzanna Ginczanka [: wiersze] (1980)
  • « Non omnis moriar » (avant 1990)
  • Udźwignąć własne szczęście (1991)
  • Krzątanina mglistych pozorów: wiersze wybrane = Un viavai di brumose apparenze: poesie scelte (2011 ; édition bilingue: texte en polonais et en italien)
  • Von Zentauren und weitere ausgewählte Gedichte (2021 ; édition allemande ; (ISBN 978-3347232334)


TraductionModifier

AnthologiesModifier

  • Sh. L. [Shemuʾel-Leyb] Shnayderman, Between Fears and Hope, tr. N. Guterman, New York, Arco Publishing Co., 1947.
  • R. Matuszewski & S. Pollak, Poezja Polski Ludowej: antologia. Varsovie, Czytelnik, 1955.
  • Ryszard Marek Groński, Od Stańczyka ne STS-u: satyra polska lat 1944–1956, Varsovie, Wydawnictwa Artystyczne je Filmowe, 1975.
  • I. Maciejewska, Męczeństwo je zagłada Żydów w zapisach literatury polskiej. Varsovie, Krajowa Agencja Wydawnicza, 1988. (ISBN 8303022792)
  • R. Matuszewski & S. Pollak, Poezja polska 1914–1939: antologia. Varsovie, Czytelnik, 1962.
  • Szczutek. Cyrulik Warszawski. Szpilki: 1919–1939, comp. & ed. E. Lipiński, introd. W. de Remplissage, Varsovie, Wydawnictwa Artystyczne je Filmowe, 1975.
  • Poezja polska okresu międzywojennego: antologia, 2 vols., comp. & ed. M. Głowiński & J. Sławiński, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1987

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Київська чарівнице, Суламіто... », Culture.pl,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juillet 2018)
  2. (pl) Mariola Krzyworączka, « Ironia – bronią poetów », _czasopismo dla nauczycieli,‎ , p. 54–58
  3. Pour la date d'arrivée de Ginczanka à Rivne (1922), voir Mały słownik pisarzy polskich, pt. 2, ed. J. Z. Białek et al., Varsovie, Wiedza Powszechna, 1981, p. 66. (ISBN 8321400124). La professeur Izolda Kiec dit que les parents de Ginczanka sont arrivés à Rivne en octobre/novembre 1917, avec leur bébé de quelques mois ; voir Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka: życie i twórczość, Poznań, Obserwator, 1994, p. 34 & 176. (ISBN 8390172003).
  4. (pl) Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka : życie i twórczość, Poznań, Obserwator, , 375 p. (ISBN 83-901720-0-3), pp. 34, 176
  5. Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka: życie i twórczość, Poznań, Obserwator, 1994, p. 34, 176. (ISBN 8390172003).
  6. a et b (pl) Współcześni polscy pisarze i badacze literatury : słownik biobibliograficzny, Varsovie, Wydawnictwa Szkolne i Pedagogiczne, , 470 p. (ISBN 83-02-05636-7), p. 46
  7. Les sources diffèrent concernant le sort de ses parents : Współcześni polscy pisarze i badacze literatury: słownik biobibliograficzny, ed. J. Czachowska & A. Szałagan, vol. 3 (G – J), Warsaw, Wydawnictwa Szkolne i Pedagogiczne, 1994, p. 46. (ISBN 8302056367), (ISBN 8302054445). suggère que ses parents divorcent (avec le père partant vivre l'étranger et la mère émigrant après son remariage). C'est confirmé par Tadeusz Wittlin, p. 241 (see Bibliography), qui ajoute que sa mère vit à Pampelune après son remariage, tandis que son père travaille comme avocat à Berlin (aucune source ne mentionne le nom de ses parents). Łobodowski, d'un autre côté, bien que confirmant que la mère est partie vivre en Espagne, d'abord à Cordoue puis à Pampelune, dit avoir reçu la confidence de Ginczanka que son père était "mort", ajoutant qu'elle était très réticente à parler de sa famille en général : Józef Łobodowski, Pamięci Sulamity, Toronto, Polski Fundusz Wydawniczy w Kanadzie, 1987, p. 11 – 12. Pour la grand-mère, voir Jan Śpiewak, Pracowite zdziwienia: szkice poetyckie, ed. A. Kamieńska, Varsovie, Czytelnik, 1971, p. 28.
  8. (pl) Jerzy Andrzejewski, Sceptyk pełen wiary : wspomnienia o Stefanie Otwinowskim, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, (ISBN 83-08-00151-3), « Stefan », p. 105
  9. a et b (pl) Józef Łobodowski, Pamięci Sulamity, Toronto, Polski Fundusz Wydawniczy w Kanadzie, , p. 8
  10. (pl) Krystyna Kłosińska, « Wypowiadam wam moje życie. Melancholia Zuzanny Ginczanki, Araszkiewicz, Agata. », Gazeta Wyborcza,‎ (lire en ligne)
  11. (pl) Izolda Kiec, « Trochę wierszy, trochę fotografii, wspomnienia kilku przyjaciół », Czas Kultury,‎
  12. Izolda Kiec, p. 37.
  13. Zuzanna Ginczanka, "Żyzność sierpniowa" (lines 15 – 16), Kuryer Literacko-Naukowy, vol. 10, No. 35 (Supplement to the Ilustrowany Kuryer Codzienny (en) of 28 August 1933), p. 2.
  14. Voir Wiadomości Literackie, vol. 11, No. 29 (556), 15 July 1934, p. 3. Beaucoup de noms des autres finalistes ne peuvent être identifiés : ils n'ont pas marqué de leur nom la littérature des années suivantes.
  15. (pl) « Turniej Młodych Poetów », Wiadomości Literackie,‎ , p. 6
  16. Zuzanna Ginczanka, "Gramatyka" (lines 2 – 4), Wiadomości Literackie, vol. 11, No. 29 (556), 15 July 1934, p. 3.
  17. (pl) Wacław Iwaniuk, Ostatni romantyk : wspomnienie o Józefie Łobodowskim, Toruń, Uniwersytet Mikołaja Kopernika, , 74 p. (ISBN 83-231-0915-X), p. 60
  18. (pl) Z. Borzymińska & R. Żebrowski, Polski słownik judaistyczny : dzieje, kultura, religia, ludzie, Varsovie, Prószyński i S-ka, , 1022 p. (ISBN 978-83-7255-126-9 et 83-7255-126-X), p. 482
  19. (pl) Joanna Siedlecka, Jaśnie Panicz : o Witoldzie Gombrowiczu, Varsovie, Prószyński i S-ka, (ISBN 83-7337-367-5), p. 171
  20. (pl) Karol W. Zawodziński, « Liryka polska w dobie jej kryzysu », Przegląd Współczesny,‎ , pp. 14-15
  21. (pl) Jarosław Iwaszkiewicz, Marginalia, Varsovie, Interim, , 134 p. (ISBN 83-85083-28-6), p. 60
  22. (pl) Janusz Stradecki, W kręgu Skamandra, Varsovie, Państwowy Instytut Wydawniczy, , p. 310
  23. Article on the Presspublica web portal.
  24. (pl) Zbigniew Mitzner, Tak i nie : wybór felietonów z lat 1936 – 1966, Varsovie, Czytelnik, , p. 240
  25. a et b (pl) Adam Czachowski, "Wiadomości Literackie", 1934 – 1939 : bibliografia zawartości, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, , 368 p. (ISBN 83-04-04481-1), p. 285
  26. (pl) Ryszard Matuszewski, Z bliska : szkice literackie, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, , 531 p. (ISBN 83-08-00508-X), p. 202
  27. (pl) Jan Kott, Przyczynek do biografii, Londres, Aneks, , 182 p. (ISBN 0-906601-75-4), p. 41
  28. a et b (pl) ed., tr., & inrod. A. Amenta, Zuzanna Ginczanka, Krzątanina mglistych pozorów : wiersze wybrane | Un viavai di brumose apparenze : poesie scelte, Budapest / Cracovie, Wydawnictwo Austeria Klezmerhojs, (ISBN 978-83-61978-06-0)
  29. (pl) Kazimierz Brandys, Zapamiętane, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, , 205 p. (ISBN 83-08-02600-1), p. 156
  30. (pl) Adolf Rudnicki, Niebieskie kartki : ślepe lustro tych lat, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, , p. 106
  31. Reproduction du portrait de Ginczanka par Aleksander Rafałowski sur le site Gazeta Wyborcza.
  32. (pl) Czesław Miłosz, Spiżarnia literacka, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, , 182 p. (ISBN 83-08-03602-3), p. 110
  33. a et b (pl) Józef Łobodowski, Pamięci Sulamity, Toronto, Polski Fundusz Wydawniczy w Kanadzie, , p. 10
  34. (pl) Poeta ziemi rodzinnej : zbiór wspomnień i esejów o Stanisławie Piętaku, Varsovie, Ludowa Spółdzielnia Wydawnicza, , p. 102
  35. (pl) Eryk Lipiński, Pamiętniki, Varsovie, Fakt, , p. 229
  36. Tadeusz Wittlin, p. 241.
  37. (pl) Alicja Iwańska, Potyczki i przymierza : pamiętnik 1918–1985, Varsovie, Gebethner i Ska, , 519 p. (ISBN 83-85205-33-0), p. 89
  38. (pl) Wacław Iwaniuk, Ostatni romantyk : wspomnienie o Józefie Łobodowskim, Toruń, Uniwersytet Mikołaja Kopernika, , 74 p. (ISBN 83-231-0915-X), p. 21
  39. (es) España en Europa : historia, contactos, viajes, Wrocław, Wydawnictwo Uniwersytetu Wrocławskiego, (ISBN 83-229-2486-0), p. 116
  40. (pl) Eryk Lipiński, « Ja i wielu ludzi (III): Witold Gombrowicz », Stolica (Varsovie),‎ , p. 11
  41. (pl) Piotr Kuncewicz, Agonia i nadzieja : Poezja polska od 1956, Varsovie, Polska Oficyna Wydawnicza BGW, , 586 p. (ISBN 83-7066-518-7), p. 112
  42. Araszkiewicz, p. 9.
  43. (en) Maya Peretz, Translation Perspectives : Selected Papers, vol. 3 (1985 – 86), Binghamton (New York), National Resource Center for Translation and Interpretation: SUNY – Binghamton Translation Research and Instruction Program, (ISSN 0890-4758), « Bondage and Freedom in the Voice of Polish Women Poets », p. 27
  44. (pl) Kazimierz Andrzej Jaworski, W kręgu Kameny, Lublin, Wydawnictwo Lubelskie, , p. 385
  45. (en) S. H., « Ukrainian Writers in Exile, 1945 – 1949 », The Ukrainian Quarterly,‎ , p. 74
  46. (pl) Zuzanna Ginczanka, « Słowa na wiatr », Wiadomości Literackie,‎ , p. 21
  47. "Program stacyj radjowych na niedzielę, dnia 4 lipca 1937 r." (Programme du dimanche 4 juillet 1937), Ilustrowany Kuryer Codzienny (Cracovie), vol. 28, No. 184, 5 juillet 1937, p. 24.
  48. "Program stacyj radjowych na niedzielę 27 marca 1938 r." (Programme du dimanche 27 mars 1938), Ilustrowany Kuryer Codzienny (Cracovie), vol. 29, No. 87, 28 March 1938, p. 24.
  49. (pl) Monika Warneńska, Warsztat czarodzieja, Łódź, Wydawnictwo Łódzkie, , p. 221
  50. Cf. Izolda Kiec, "Wiosna radosna? (Ginczanka i Słonimski)", Twórczość, No. 9, 1992, p. 70 – 78.
  51. Zuzanna Ginczanka, "Maj 1939" (lines 25 – 28), Wiadomości Literackie, vol. 16, No. 28 (820), 2 July 1939, p. 1. The poem counts a total of 32 verses arranged in 8 stanzas.
  52. (pl) Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka : życie i twórczość, Poznań, Obserwator, , 375 p. (ISBN 83-901720-0-3), p. 147
  53. a b et c (pl) Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka : życie i twórczość, Poznań, Obserwator, , 375 p. (ISBN 83-901720-0-3)
  54. (pl) Natan Gross, Poeci i Szoa : obraz zagłady Żydów w poezji polskiej, Sosnowiec, Offmax, , 191 p. (ISBN 83-900149-3-9), p. 118
  55. Sur le mariage, voir aussi Współcześni polscy pisarze i badacze literatury: słownik biobibliograficzny, ed. J. Czachowska & A. Szałagan, vol. 3 (G – J), Varsovie, Wydawnictwa Szkolne i Pedagogiczne, 1994, p. 46. (ISBN 8302056367), (ISBN 8302054445). Et aussi : Julian Aleksandrowicz, Kartki z dziennika doktora Twardego, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, 1983, p. 60. (ISBN 8308009727).
  56. AGNI magazine, Boston University, 2008.
  57. a et b (pl) Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka : życie i twórczość, Poznań, Obserwator, , 375 p. (ISBN 83-901720-0-3), p. 155
  58. Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka: życie i twórczość, Poznań, Obserwator, 1994, p. 156. (ISBN 8390172003).
  59. Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka: życie i twórczość, Poznań, Obserwator, 1994, p. 159. (ISBN 8390172003).
  60. a b c et d Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka: życie i twórczość, Poznań, Obserwator, 1994, p. 160. (ISBN 8390172003).
  61. Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka: życie i twórczość, Poznań, Obserwator, 1994, p. 161. (ISBN 8390172003).
  62. (pl) Tadeusz Wroński, Kronika okupowanego Krakowa, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, , pp. 331–332
  63. a b et c (pl) Wincentyna Wodzinowska-Stopkowa, Portret artysty z żoną w tle, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, , 218 p. (ISBN 83-08-01969-2)
  64. a b et c Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka: życie i twórczość, Poznań, Obserwator, 1994, p. 162. (ISBN 8390172003).
  65. Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka: życie i twórczość, Poznań, Obserwator, 1994, p. 162 & 181. (ISBN 8390172003).
  66. a et b Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka: życie i twórczość, Poznań, Obserwator, 1994, p. 163. (ISBN 8390172003).
  67. a b et c Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka: życie i twórczość, Poznań, Obserwator, 1994, p. 163. (ISBN 8390172003). Ce détail est corroboré par les dires de Łobodowski, qui ne révèle pas ses sources ; voir Józef Łobodowski, Pamięci Sulamity, Toronto, Polski Fundusz Wydawniczy w Kanadzie, 1987, p. 13.
  68. (pl) Edward Balcerzan, Poezja polska w latach 1939-1965 : Strategie liryczne, Varsovie, Wydawnictwa Szkolne i Pedagogiczne, , 254 p. (ISBN 83-02-01172-X), p. 30
  69. Pour « Płaszów » comme lieu de sa mort, voir, Żydzi w Polsce: dzieje i kultura: leksykon, ed. J. Tomaszewski & A. Żbikowski, Warsaw, Cyklady, 2001, p. 106. (ISBN 838685958X).
  70. Pour « Swoszowice » comme lieu de sa mort, voir Julian Aleksandrowicz, Kartki z dziennika doktora Twardego, Kraków, Wydawnictwo Literackie, 1983, p. 60. (ISBN 8308009727).
  71. For the Montelupich Prison as her place of death, cf. Mały słownik pisarzy polskich, pt. 2, ed. J. Z. Białek et al., Warsaw, Wiedza Powszechna, 1981, p. 66. (ISBN 8321400124). Lesław M. Bartelski, Polscy pisarze współcześni, 1939–1991: leksykon, Warsaw, Wydawnictwo Naukowe PWN, 1995, p. 110. (ISBN 8301115939).
  72. Józef Łobodowski, Pamięci Sulamity, Toronto, Polski Fundusz Wydawniczy w Kanadzie, 1987, p. 13.
  73. Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka: życie i twórczość, Poznań, Obserwator, 1994, p. 163. (ISBN 8390172003). La date de la mort de Ginczanka dans l'ouvrage est non-sourcée. Une autre imprecision est introduite avec la phrase « avant la fin de la guerre » (przed zakończeniem wojny), qui peut être comprise comme « avant la fin de la guerre à Cracovie », soit le 18 janvier 1945 et non la fin de la Seconde Guerre mondiale en général.
  74. (pl) Zbigniew W. Fronczek, « W wojsku i na emigracji: rozmowa z Wacławem Iwaniukiem o Józefie Łobodowskim », Gazeta w Lublinie,‎ , p. 5
  75. (en) Rafael F. Scharf, Holocaust Chronicles : Individualizing the Holocaust through Diaries and other Contemporaneous Personal Accounts, Hoboken (New Jersey), Ktav, (ISBN 0-88125-630-7), « Literature in the Ghetto in the Polish Language: Z otchlani—From the Abyss », p. 39
  76. (en) Sh. L. [Shemuʾel-Leyb] Shnayderman, Between Fear and Hope, New York, Arco Publishing Co., , p. 262
  77. (pl) Julian Przyboś, « Ostatni wiersz Ginczanki », Odrodzenie,‎ , p. 5
  78. (en) Tadeusz Borowski (trad. du polonais), Postal Indiscretions : The Correspondence of Tadeusz Borowski, Evanston (Illinois), Northwestern University Press, , 384 p. (ISBN 978-0-8101-2203-1 et 0-8101-2203-0, lire en ligne)
  79. Anna Kamieńska, Od Leśmiana: najpiękniejsze wiersze polskie, Varsovie, Iskry, 1974, p. 219.
  80. (pl) Mieczysław Inglot, « Poetyckie testamenty liryczne: uwagi wokół wiersza 'Testament mój' Juliusza Słowackiego », Zagadnienia Rodzajów Literackich,‎ , pp. 101–119.
  81. Bożena Umińska, p. 353.
  82. Michel Borwicz [i.e., Michał Maksymilian Borwicz], Écrits des condamnés à mort sous l'occupation nazie, 1939–1945, préface de R. Cassin, nouvelle éd. revue et augmentée, Paris, Gallimard, 1973, p. 292.
  83. Sydor Rey, "Smak słowa i śmierci", Wiadomości: tygodnik (Londres), vol. 12, No. 4 (1086), 22 January 1967, p. 6.
  84. Dorota Chróścielewska, Portret Dziewczyny z różą, Łódź, Wydawnictwo Łódzkie, 1972, p. 30.

BibliographieModifier

En polonaisModifier

  • (pl) ed. M. M. Borwicz, N. Rost, J. Wulf, W 3-cią rocznicę zagłady ghetta w Krakowie (13.III.1943–13.III.1946), Cracovie, Centralny Komitet Żydów Polskich,
  • (pl) Michał Głowiński, « O liryce i satyrze Zuzanny Ginczanki », Twórczość,‎
  • (pl) Jan Śpiewak, Przyjaźnie i animozje, Varsovie, Państwowy Instytut Wydawniczy, , « Zuzanna: gawęda tragiczna »
  • (pl) Jan Śpiewak, Pracowite zdziwienia : szkice poetyckie, Varsovie, Czytelnik, , « Zuzanna »
  • (pl) Józef Łobodowski, Pamięci Sulamity, Toronto, Polski Fundusz Wydawniczy w Kanadzie,
  • (pl) Tadeusz Wittlin, Ostatnia cyganeria, Varsovie, Czytelnik, , 338 p. (ISBN 83-07-01673-8)
  • (pl) Natan Gross, Poeci i Szoa : obraz zagłady Żydów w poezji polskiej, Sosnowiec, Offmax, , 191 p. (ISBN 83-900149-3-9)
  • (pl) Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka : życie i twórczość, Poznań, Obserwator, , 375 p. (ISBN 83-901720-0-3)
  • (pl) Mieczysław Inglot, Studia Historyczno-Demograficzne, Wrocław, Wydawnictwo Uniwersytetu Wrocławskiego, , « Non omnis moriar Zuzanny Ginczanki w kręgu konwencji literackiej »
  • (pl) Żydzi w Polsce : antologia literacka, Cracovie, Towarzystwo Autorów i Wydawców Prac Naukowych Universitas, , 496 p. (ISBN 83-7052-452-4)
  • (pl) Jadwiga Sawicka, Wołyń poetycki w przestrzeni kresowej, Varsovie, DiG, , 204 p. (ISBN 83-7181-030-X)
  • (pl) Agata Araszkiewicz, Wypowiadam wam moje życie : melancholia Zuzanny Ginczanki, Varsovie, Fundacja Ośka, , 199 p. (ISBN 83-909820-8-0)
  • (pl) Bożena Umińska, Postać z cieniem : portrety Żydówek w polskiej literaturze od końca XIX wieku do 1939 roku, Varsovie, Sic!, , 373 p. (ISBN 83-86056-94-0)
  • (pl) Ryszard Matuszewski, Alfabet : wybór z pamięci 90-latka, Varsovie, Iskry, , 525 p. (ISBN 83-207-1764-7)
  • (pl) Sylwia Chutnik, « Kobiety Ziemiańskiej », Polityka,‎ (lire en ligne)
  • (pl) Bożena Shallcross, Rzeczy i zagłada, Cracovie, Towarzystwo Autorów i Wydawców Prac Naukowych Universitas, , 208 p. (ISBN 978-83-242-1385-6)

En anglaisModifier

  • (en) Aleksander Hertz (trad. du polonais), The Jews in Polish Culture, Evanston (Illinois), Northwestern University Press, , 266 p. (ISBN 0-8101-0758-9)
  • (en) Rafael F. Scharf, Holocaust Chronicles : Individualizing the Holocaust through Diaries and other Contemporaneous Personal Accounts, Hoboken (New Jersey), Ktav, (ISBN 0-88125-630-7), « Literature in the Ghetto in the Polish Language: Z otchlani—From the Abyss »
  • (en) Elzbieta Adamiak, Building Bridges in a Multifaceted Europe : Religious Origins, Traditions, Contexts and Identities..., Louvain, Peeters, , 257 p. (ISBN 978-90-429-1895-5, lire en ligne), « Von Schräubchen, Pfeilern und Brücken… Dichterinnen und Theologinnen mittel- und osteuropäischer Kontexte ins Wort gebracht »
  • (en) Bożena Shallcross, The Holocaust Object in Polish and Polish-Jewish Culture, Bloomington (Indiana), Indiana University Press, , 181 p. (ISBN 978-0-253-35564-5)

Lectures complémentairesModifier

  • (pl) Agata Araszkiewicz, Wypowiadam wam moje życie. Melancholia Zuzanny Ginczanki,
  • (pl) Agnieszka Haska, « Znałam tylko jedną żydóweczkę ukrywającą się...': sprawa Zofii je Mariana Chominów », Zagłada Żydów: Studia i Materiały,‎
  • (pl) Izolda Kiec, Zuzanna Ginczanka. Życie je twórczość,

Liens externesModifier

PhotosModifier