Zombie Strippers

film sorti en 2008

Zombie Strippers
Description de l'image Logo Zombie Strippers 2008.png.

Réalisation Jay Lee
Scénario Jay Lee
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre film d'horreur
Durée 94 minutes
Sortie 2008


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Zombie Strippers est un film d'horreur américain réalisé par Jay Lee, sorti en 2008. Le film est librement inspiré de la pièce d'Eugène Ionesco Rhinocéros, à laquelle il contient de nombreuses références.

RésuméModifier

Alors que George W. Bush vient d'être élu pour la quatrième fois consécutive, la nudité publique a été interdite sur l'ensemble du territoire américain.

Lors d'une opération d'éradication de zombies (créés pour faire face aux trop nombreuses guerres du président), un soldat se fait mordre mais réussit à s’enfuir du laboratoire où avait lieu l'opération afin de ne pas être abattu par ses camarades.

Il se réfugie dans une boîte de striptease clandestine, le Rhino, où il attaque Kat, la star de la boîte et fait d'elle la première Zombie-Stripper.

Morte-vivante, ses capacités de strip-tease sont décuplées et le patron, Ian Essko, voit là une occasion de se faire beaucoup d'argent facilement ce qui ne l'incite pas à circonscrire l'épidémie.

Les autres stripteaseuses sont alors confrontées à la question de devenir ou non zombies, par goût, par concurrence, par conformisme…

Malgré les quelques clients mangés par Kat et les autres filles zombifiées, la boîte fait le plein jusqu'au jour où, jalouses du succès des filles zombies, les autres strip-teaseuses libèrent les hommes zombies, ce qui provoque un carnage sanglant et l'intervention de la troupe de militaires afin d'éradiquer cette menace.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Bande originaleModifier

AnecdoteModifier

Le scenario s’inspire librement de Rhinocéros d'Eugène Ionesco. Le film comporte ainsi diverses références à la pièce : nom de la boîte de nuit, logo de la boîte de nuit, nom du principal protagoniste « Ian Essko », etc.

Liens externesModifier