Zofia Oleśnicka

noble et poète polonaise

Zofia Oleśnicka (Pieskowa Skała ? - vers 1567) est une noble calviniste polonaise, longtemps considérée comme la première poétesse polonaise à la suite de la publication d'hymnes protestants à Cracovie en 1556.

Zofia Oleśnicka
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Pieskowa SkałaVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Père
Hieronim Szafraniec (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Mikołaj Oleśnicki (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

BiographieModifier

Oleśnicka est la fille du staroste calviniste de Chęciny, Hieronim Szafraniec, et de sa deuxième femme Zofia Zborowska. Elle passe sa jeunesse au Wawel, où son père officie comme secrétaire jusqu'à la mort de Sigismond Ier de Pologne en 1548.

Elle épouse Mikołaj Oleśnicki, seigneur aîné de Pińczów et oncle du diplomate Mikołaj Oleśnicki le Jeune. Elle a deux enfants, Andrzej and Jan Oleśnicki. Avec son père, elle convertit son mari au calvinisme et la famille établit une université protestante dans la ville.

Oleśnicka et son mari meurent entre le premier et le . Ils sont enterrés dans la crypte de l'église évangéliste de Saint Jean à Pińczów.

Hymnes protestantsModifier

Dans son Histoire de la Réformation Polonaise (1685), Stanisław Lubieniecki lui attribue cinq psaumes dans la collection de 12 psaumes de Cyprian Bazylik „Z ochotnem sercem, Ciebie wysławiam mój Panie” ("le cœur plein de volonté, je te loue, Seigneur"), publiés en 1556[1]. Ceci ferait d'elle la première poétesse polonaise, avec la luthérienne Regina Filipowska, morte en 1557. La raison de cette attribution est un acrostiche dans le texte, qui donnerait le texte „Zofia Olesnicka z Pyeskowey Skali” ("Zofia Oleśnicka de Pieskowa Skała").

Cependant, des recherches plus récentes remettent en question cette affirmation, attribuant l'intégralité des psaumes à Cyprian Bazylik. Dans ce cas, l'acrostiche serait fait en hommage à Oleśnicka et pas comme signature de son travail. La question est sujette à débat et en , un consensus n'a pas encore été atteint sur la question[2],[3].

PostéritéModifier

En 1994, l'Union astronomique internationale baptiste un des cratères de Vénus "Olesnicka" en son honneur.

Notes et référencesModifier

  1. Roland Herbert Bainton (en), Women of the Reformation, from Spain to Scandinavia - 1977 "Zofia Olesnicka each of the parts was printed separately, marked discant, tenor, alto and bass. The form of the hymn was that of the acrostic very popular in that period. The first letters of each line reading down give the name of the author."
  2. The History of Music in Poland: The Renaissance Stefan Sutkowski, Katarzyna Morawska - 2002 "Cyprian Bazylik was the author of 12 songs, which include five settings of psalms: Pieśń nowa w której jest dziękowanie „Z ochotnem sercem" to a text by Zofia Oleśnicka (published in Cracow in 1556 by Łazarz Andrysowicz and two years ."
  3. Women in early modern Polish society, against the European background - Page 138 Maria Bogucka - 2004 "... and regarded two women from Little Poland, Zofia Olesnicka and Regina Filipowska, as pioneers in the writing of poetry [....] The question whether the acrostic denotes the author or the lady to whom the poem was dedicated, has not been [...]