Zazaki

langue iranienne

Zazaki
Dimilki, Kirdki, Kirmanjki
Pays Turquie, Irak, Syrie, Iran,
Région Kurdistan
Nombre de locuteurs 1 640 000[1]
Typologie SOV
Écriture Zazaki alphabet (en), alphabet latin et alphabet arabe
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 zza
ISO 639-3 zza
IETF zza
Linguasphere 58-AAA-ba
Glottolog zaza1246

Le zazaki (appelé aussi kirmanjki, kirdki, dimli) est une langue indo-européenne, parlé par les Zazas habitant dans les régions de Tunceli, Elâzığ et de Diyarbakır en Turquie. Selon le linguiste Jacques Leclerc, de l'Université Laval, au Canada, le zazaki est une langue kurde[2]. Il est également parlé par les kurdes dans d'autres provinces du Kurdistan, dans le Sud (Başûr) et dans l'est (Rojhilat). Les locuteurs du zazaki se considèrent majoritairement kurde, les Zazas sont traditionnellement présents à travers les régions montagneuses et les plaines stériles du centre-est de la Turquie, d’Adıyaman, Aksaray, Bingöl, Tunceli, Erzincan, Diyarbakır, Elâzığ, Kayseri, Koçgiri, Mudki, Sarız, Sason, Sivas, Siverek et Varto-Hınıs.

Le zazaki vu comme une langue kurdeModifier

La langue zaza est encore souvent considérée aujourd'hui, pour des raisons politiques et culturelles, comme une langue kurde.

La différence entre le kurmanci et le zazaki qui les départage au niveau linguistique a peut-être des raisons géographiques. Les Kurdes ont été séparés plusieurs fois du Kurdistan pour habiter dans d'autres régions de la Mésopotamie; certains Kurdes ont été déplacés vers le Khorosan (Nord-Est de l'Iran), où vivent d'ailleurs toujours des Kurdes qui parlent le zazaki et le gorani.[réf. nécessaire]

Puis, pendant l'invasion mongole, beaucoup de Kurdes se sont re-déplacés vers le Kurdistan, dans la région de Dersim et se sont installés au milieu d'autres groupes kurdes et se sont réintégrés. Durant la longue séparation, chaque groupe a développé sa langue par rapport à son environnement.[réf. nécessaire]

Zazaki et langues indo-européennesModifier

Français Zazaki Persan Russe Grec Italien Espagnol Allemand Anglais
un (1) jû/yew yek odin ena uno uno eins one
deux (2) do dva dyo due dos zwei two
trois (3) hirê se tri tria tre tres drei three
quatre (4) çehar çahar çetyre tesera quattro cuatro vier four
cinq (5) panc penc pyatʹ pende cinque cinco fünf five
six (6) şeş şiş shestʹ eksi sei seis sechs six
sept (7) hewt heft semʹ epta sette siete sieben seven
huit (8) heşt heşt vosemʹ okto otto ocho acht eight
neuf (9) new noh devyat ennia nove nueve neun nine
dix (10) des deh desyatʹ dheka dieci diez zehn ten
vingt (20) vist bist dvadtsatʹ eíkosi venti veinte zwanzig twenty

Le zazaki vu comme langue nord-ouest-iranienne autonomeModifier

L'iranologie (la science, entre autres, des langues iraniennes) dit que le zazaki est une langue autonome de la branche nord-ouest des langues iraniennes[1], dont font également partie les langues kurdes kurmanci et soranî. Dans cette même branche nord-ouest, les langues kurdes forment, avec des dialectes centre-iraniens, un sous-groupe génétique; le zazaki forme en revanche avec le gurani une sous-unité indépendante Zaza-Gorani, qui vraisemblablement montre des relations plus étroites avec le baloutche.

Déjà des chercheurs linguistiques du XIXe siècle (par exemple Peter Lerch) affirmèrent que le zazaki n'était pas un dialecte du kurde, mais langue autonome de la famille linguistique iranienne. Cela appuya les propos des iranologues allemands Oskar Mann et Karl Hadank, et leurs multiples études[réf. nécessaire], dont en 1932 fut issue la première grammaire quasi complète du zazaki sous le titre Mundarten der Zaza (dialecte des zazas). D'anciens avis considérant le zazaki comme, « au sens large », une « langue kurde » (par exemple Ferdinand Justi (en) en 1880), sont considérés[Par qui ?] aujourd'hui comme dépassés[réf. nécessaire].

Le zaza montre des ressemblances frappantes avec le parthe[réf. nécessaire], langue morte centre-iranienne, que ne partagent pas le persan (langue du Sud-Ouest de l'Iran) et ses versions antérieures. Toutefois, on ne peut pas savoir si le parthe a été une version antérieure directe du zaza.

Sa position parmi les langues iraniennes occidentalesModifier

ÉcritureModifier

Alphabet zazaki[3],[4]
Majuscules A B C Ç D E Ê F G Ğ H I İ / Î J K L M N O P Q R S Ş T U Û V W X Y Z
Minuscules a b c ç d e ê f g ğ h ı i̇ / î j k l m n o p q r s ş t u û v w x y z
Prononciation a b d͡ʒ t͡ʃ d ɛ e f g ɣ h ɪ i ʒ k l m n o p q r, ɾ s ʃ t y u v w x j z

Certains ouvrages utilisent le i circonflexe ‹ Î ›[3] et d’autres le i pointé ‹ İ ›[4].

Notes et référencesModifier

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Zaza-Sprache » (voir la liste des auteurs).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (kmr + zza) Çeko Kocadag, Ferheng Kirmanckî (zazakî : Kurmancî) : Kurmancî : Kirmanckî (zazakî), Berlin, Weşanên Komkar, (ISBN 978-3-927213-40-1)
  • (zza) Murat Varol (dir.), Mektebo miyanin zazaki – kitabe musnayişi 5., Ankara, Milli Eğitim Bakanlığı Yayınları, coll. « Milli Eğitim Bakanlığı Yayınları ; Yardımcı ve Kaynak Kitaplar Dizisi » (no 6434 ; 783), (ISBN 978-975-11-4469-0)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier