Zakopane

ville polonaise

Zakopane
Blason de Zakopane
Héraldique
Zakopane
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Petite-Pologne
District Tatras
Commune Zakopane
Maire Leszek Dorula
Code postal 34-500
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 18
Immatriculation KTT
Démographie
Population 27 481 hab. (3 495)
Densité 3 272 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 00″ nord, 19° 58′ 00″ est
Altitude Min. 750 m
Max. 1 130 m
Superficie 840 ha = 8,4 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pologne
Voir sur la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Zakopane
Géolocalisation sur la carte : Pologne
Voir sur la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Zakopane

Zakopane [zakoˈpanε][1] Écouter est une ville de la voïvodie de Petite-Pologne, située au pied du massif le plus important du pays, les Tatras. Réputée pour ses paysages, pistes de ski, sentiers de randonnée, ainsi que pour sa culture populaire unique, elle est considérée comme la capitale des sports d'hiver de la Pologne. C’est également la ville la plus élevée du pays et un important centre touristique. Bien qu'elle ne soit pas très grande, elle attire près de trois millions de touristes par an, ce qui la place en troisième position dans le pays après Varsovie et Cracovie.

Située en partie sur le territoire du Parc national des Tatras, au cœur de la région Podhale, Zakopane est également une ville de cure qui abrite plusieurs sanatoriums. Elle possède au six musées et recèle de nombreux trésors d'architecture. C'est au peintre Stanisław Witkiewicz qu'elle doit son original style architectural.

HistoireModifier

 
Styl de Zakopane

Fondée au XVIIe siècle, Zakopane n'était alors qu'un village minier crée autour d'une fonderie et une forge (l’une des plus grandes d’Europe centrale). Découverte un siècle plus tard par des naturalistes et des géologues, des passionnés de santé et des amoureux de la montagne, Zakopane est devenu à la mode attirant alors la haute bourgeoisie et les bohémiens.

Cet âge d'or qui a commencé dans la seconde moitié du XIXe siècle, Zakopane doit essentiellement à l'activité du docteur de Varsovie, Tytus Chałubiński, qui a popularisé ses conditions climatiques auprès de ses patients. Grâce à lui, Zakopane a obtenu en 1886 le statut de station thermale. Le développement de la ville s'est poursuivi avec le comte Władysław Zamoyski qui a fait construire la route reliant Zakopane à Nowy Targ, ainsi qu'une ligne de chemin de fer. Avec l'accès plus facile, le nombre de clients visitant la station a considérablement augmenté. À la fin du XIXe siècle, Zakopane comptait déjà 3 000 habitants.

 
Zakopane, carte postale 1916

Au début du XXe siècle, de nombreuses pensions et sanitaires à domicile pour les patients atteints de tuberculose ont été construits à Zakopane. La ville est devenu populaire parmi les artistes et les écrivains. Entre autres, Henryk Sienkiewicz, Stanisław Witkiewicz, son fils Witkacy, Karol Szymanowski, Jan Kasprowicz se sont installés à Zakopane.

 
Train Luxtorpeda à Zakopane 1936

Après la Première Guerre mondiale, le comte Zamoyski a légué tous ses biens au peuple polonais. Son domaine des Tatras, y compris les forêts de Zakopane, Brzegi, Bukowina, Kościelisko, Dębno, Ząb ont constitué ensuite le noyau du Parc national des Tatras formé après la Seconde Guerre mondiale.

Entre les deux guerres mondiales, Zakopane continuait à se développer. Les championnats du monde de ski FIS ont eu lieu à Zakopane en 1929 et 1939. Le village a reçu le statut de ville le . Le nombre de touristes a atteint 60 000 dans les années 1930.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Zakopane est devenu un important centre de résistance et de passage de courriers. Le sous-sol de l'hôtel "Palace" a été converti en prison de la Gestapo que les habitants de Zakopane ont vite surnommé "la boucherie de Podhale". Parmi les prisonniers torturés à "Palace" se trouvaient, entre autres, les célèbres athletes et résistants ː Stanisław Marusarz, Helena Marusarzówna et Bronisław Czech. Le , dans les villas "Pan Tadeusz" et "Telimena" fut organisée une convention commune de la Gestapo et du NKVD soviétique sur les méthodes de collaboration contre la résistance polonaise.

Après la Seconde Guerre mondiale, le tourisme de masse a atteint la ville, et la domine encore aujourd'hui.

Capital de sportsModifier

Zakopane s’est taillé une réputation internationale dans les domaines du ski de fond, du saut à ski et du biathlon. La ville a accueilli les Championnats du monde de ski alpin en 1939, les championnats du monde de ski nordique en 1929, 1939 et 1962, et les Universiades d’hiver en 1956, 1993 et 2001. De 1927 à 1931, elle a organisé la course de côte des Tatras, avec deux éditions en Championnat d'Europe de la montagne.

Zakopane fut candidate pour organiser les Jeux olympiques d'hiver de 2006, mais elle a perdu face à Turin.

 
Panorama.

Station de skiModifier

Le domaine skiable de Zakopane est réparti sur plusieurs sites, non reliés entre eux :

CultureModifier

Au mois d'août, la ville de Zakopane organise un Festival de folklore des régions de montagne, suivi en septembre, par un festival du film de montagne [2]. La première rencontre du Festival de folklore, l'ancêtre du festival actuel, a eu lieu en 1935, mais ce n'est qu'en 1968 que des groupes étrangers furent invités pour la première fois[3]. Il s'ouvre sur une parade à travers les rues. Des spectacles de danse et de musique folklorique, des concours, des défilés, des ateliers d'artisans et des expositions ouvrent à la connaissance de multiples ethnies des montagnes du monde.

Zakopane accueille régulièrement des rencontres espérantophones. À l'occasion du nouvel an 2010, la ville a accueilli la semaine européenne des jeunes espérantophones (JES - Junulara E-Semajno), organisée conjointement par les associations espérantistes allemandes et polonaises.

C'est dans l'une des cellules de l'ancien siège de la Gestapo que fut retrouvée une prière écrite par une prisonnière, Helena Wanda Blażusiakówna, et qui inspira à Henryk Górecki le deuxième mouvement, Zdrowas Mario, de sa Symphonie nº 3.

Le cimetière Na Pęksowym Brzyzku à Zakopane est la plus vieille nécropole dans la ville, fondé vers 1850. Y sont enterrées les personnes de mérite pour Zakopane, la région de Podhale ou la Pologne

Personnalités liées avec ZakopaneModifier

JumelagesModifier

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier