Zacharias Wagenaer

Zacharias Wagenaer (aussi connu sous le nom de Wagener, Wagenaar ou Wagner), né le à Dresde et mort le à Amsterdam, est un greffier, illustrateur, commerçant, membre de la Cour de justice, négociant pour la Compagnie néerlandaise des Indes orientales à Dejima et le seul gouverneur allemand de la colonie hollandaise du Cap. En 35 ans, il a voyagé sur quatre continents.

Zacharias Wagner
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activités
Écrivain, explorateur, propriétaire d'esclavesVoir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Zacharias était le fils d'un juge saxon et d'un peintre. En 1633, il a voyagé de Dresde via Hambourg à Amsterdam. Là-bas, il travaillait pour Willem Blaeu.

En l'espace d'un an, il s'enrôle comme soldat dans les forces armées de la Compagnie des Indes néerlandaises pour servir en "Nouvelle Hollande" (Brésil hollandais) en 1634.

Trois ans plus tard, il est engagé comme écrivain par le nouveau gouverneur de la colonie, le comte John Maurice, prince de Nassau-Siegen. À Recife, il tenait une sorte de journal intime avec 109 dessins aquarellés de poissons curieux, d'oiseaux étranges, d'animaux utiles et nuisibles, de beaux fruits savoureux, de vers vénéneux, publiés sous le titre "Thier-Buch". On y trouve des photographies de requin marteau, de poissons sabres, de poisson-lime élancé, de serranidés et de cirripèdes.

En 1641, il quitte le Brésil hollandais et retourne à Dresde. Après quatre mois, il est déjà rentré aux Pays-Bas et a pris un poste au sein de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales.

En 1642, il a navigué pour les Indes en tant qu'aspirant. L'année suivante, il devint assistant des gouverneurs Antonie van Diemen et Cornelis van der Lijn. En 1646, il devint sous-commerçant et commerçant en 1651. Trois fois, il est devenu membre de la Cour de justice de Batavia. En 1653, il se rendit en mission à Canton en Chine pour rouvrir les relations commerciales, qui s'avèrent infructueuses, en raison d'une guerre civile après la chute de la dynastie des Ming.

 
Le Grand Incendie de Meireki qui a duré trois jours et peut avoir causé de 100 000 morts. Les efforts de Reconstruction a pris deux ans, comme le shogunat a eu l'occasion de réorganiser la ville et en fonction de diverses considérations d'ordre pratique.

En 1657, il accède au rang d'"opperhoofd" (haut fonctionnaire) de la Compagnie hollandaise des Indes orientales (COV) sur la petite île de la baie de Nagasaki, dans l'île japonaise de Kyushu, Dejima. Il se rendit à la capitale Edo dans une mission affluente et s'échappa d'une ville en flammes, qui commença le .

En 1659, en tant que l'un des premiers "opperhoofden", il commanda un service de table, composé de 200 pièces[1]. Wagener a réalisé le design de cette porcelaine japonaise, selon le goût européen blanc et bleu, avec de nombreuses fleurs[2],[3]

En 1660, Wagner a été impliqué dans les négociations de paix avec le sultan de Makassar. Le port comptait environ 2 000 commerçants portugais et menaçait depuis des années le commerce d'épices hollandais sur les Moluques. L'année suivante, il était chef des travaux publics à Batavia.

En 1662, il se rendit au Cap de Bonne Espérance avec sa famille, cinq esclaves et deux chevaux[4]. Il a suivi Jan van Riebeeck comme gouverneur le . Riebeeck est parti le lendemain.

En , il a demandé à Batavia de lui envoyer de la poterie de Perse[5]. Il a négocié avec les Hottentots au sujet du bétail pour la compagnie[6]. En s'abstenant de participer à d'autres expéditions, Wagener pourrait poursuivre sa politique de ne pas s'ingérer dans les conflits tribaux et de rester strictement neutre. Après cinq ans d'études, l'étudiant allemand Georg Friedrich Wreede a écrit un recueil de la langue néerlandaise et hottentot[7]. Wagener l'a nommé à Maurice[Lequel ?].

Wagener était l'une des cinq personnes qui ont posé les fondations du Château de Bonne-Espérance, qui a démarré en [8]. Il construisit un bassin d'eau, approvisionnant les navires en eau douce, un hôpital, une école et une église.

En 1666, son épouse Anna Auxbrebis, qu'il avait épousée en 1648, mourut. Le , il a démissionné et Wagener est retourné à Batavia avec sa belle-fille. Il a vendu ses esclaves du Bengale. Avec des cadeaux, il se rendit voir le susuhunan de Mataram qui refusa d'échanger avec les COV. Bien que sa connaissance du malais ou du javanais n'était pas très bonne, la mission s'est avérée infructueuse ; Wagener visita ensuite Japara. L'année suivante, il est rentré à Amsterdam en tant que vice-amiral[De quoi ?], et en mauvaise santé.

Il a été enterré le dans la vieille église d'Amsterdam.

Un extrait allemand de son journal intime[9] a été traduit en anglais et publié en 1704 et en 1732[10]

Dates comme OpperhoofdModifier

Wagner a servi deux mandats en tant que opperhoofd en alternance avec Joan Boucheljon :

  • Joan Bouchelion: 23.10.1655 - 1.11.1656
  • Zacharias Wagenaer [Wagener]: 1.11.1656 - 27.10.1657
  • Joan Bouchelion: 27.10.1657 - 23.10.1658
  • Zacharias Wagenaer [Wagener]: 22.10.1658 - 4.11.1659
  • Joan Bouchelion: 4.11.1659 - 26.10.1660

ŒuvreModifier

  • Thier Buch / darinnen / viel unterschiedlicher Arter der Fische vögel vierfüssigen Thiere Gewürm, Erd= und / Baumfrüchte, donc hin undt wieder dans Brasilischen bezirck, und gebiethe, Der Westindischen Com / pagnie zu schauwen undt anzutreffen und daher dans den Teutschen landen fremde und unbekant / Alles selbst [...] bezeiget / / Brasilien / Unter hochlöblicher Regierung des hochgebornen / Herren Johand Moritz Graffen von Nassau / Gubernator le capitaine, et l'Amiral Général / von / Zacharias Wagenern / von Dresde. (Kupferstichkabinett, Dresde)

GalerieModifier

RéférencesModifier

  1. Schoeman, K. (2006) Kinders van die Kompanjie, p. 164.
  2. http://www.aisf.or.jp/~jaanus/deta/i/imariyaki.htm
  3. Volker, T. (1971), De la Porcelaine et de la Compagnie hollandaise des indes consignées dans le Dagh-les registres de la Batavia château, ceux de Hirado et de Deshima et d'autres contemporains papiers 1602-1682, p. 126-127, 132-137.
  4. Schoeman, K. (2006) Kinders van die Kompanjie, p. 165.
  5. Schoeman, K. (2006) Kinders van die Kompanjie, p. 167.
  6. Google livres L'Histoire de l'Afrique du Sud
  7. Wreede, Georg Friedrich. 1916.
  8. Spohr, O. H. (1967) Zacharias Wagner, deuxième commandant de la Cape, p. 4-5.
  9. Le manuscrit original a été publié par Michel (1983) Zacharias Wagner et le Japon (I).
  10. Une collection de voyages et voyages, tome 2 par Awnsham Churchill, John Churchill, p. 496-499 [1]

BibliographieModifier

  • Kees Zandvliet un.o. (1987) La Dutch East India Company au 17ème siècle: la vie et l'œuvre de Zacharias Wagenaer (1614-1668). Nagasaki.
  • W Michel: Zacharias Wagner et le Japon (I) — L'Autobiographie d'un "Thunderman' . Dokufutsu Bungaku Kenkyū, N ° 37, 1987, p. 53–102. (PDF_File, Le Dépôt Institutionnel De L'Université De Kyushu)
  • Wolfgang Michel: Hans Juriaen Hancke, Zacharias Wagener und Mukai Genshō: Aspects de l'einer 'lehrreichen' Begegnung im 17. Jahrhundert. Bulletin de l'École doctorale d'Études Culturelles et Sociales de l'Université de Kyushu, n ° 1 (1995), p. 109–114. (PDF_File, Le Dépôt Institutionnel De L'Université De Kyushu)
  • Sybille Pfaff: Zacharias Wagener (1614-1668). Haßfurt, 2001 (Bamberg, Univ., Diss., 1997).
  • Spohr, O. H. (1967) Zacharias Wagner, deuxième commandant de la Cape. Capetown. D'Amsterdam.

Liens externesModifier