Yvonne Furneaux

actrice française
Yvonne Furneaux
Description de cette image, également commentée ci-après
Yvonne Furneaux.
Nom de naissance Yvonne Élisabeth Scatcherd
Naissance (95 ans)
Roubaix (Nord, France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice

Yvonne Élisabeth Scatcherd, dite Yvonne Furneaux, est une actrice française née le à Roubaix.

Elle a fait une grande partie de sa carrière dans les cinémas britannique et italien.

BiographieModifier

En 1946, Yvonne Furneaux s'installe au Royaume-Uni pour y faire des études. C'est en 1952 qu'elle débute au cinéma, dans un film britannique réalisé par Victor Saville, 24 Hours of a Woman's Life (en). Cette apparition, non créditée au générique, lui permet d'être remarquée par le metteur en scène Peter Brook qui lui offre un second rôle aux côtés de Laurence Olivier dans L'Opéra des gueux, l'année suivante. Sa popularité est confortée lorsqu'elle donne la réplique à Errol Flynn dans Le Vagabond des mers, la même année. Elle tient ensuite l'un des rôles principaux de La Flèche empoisonnée (en) de Michael Anderson, puis fait une brève apparition dans Le Maître de Don Juan, avec de nouveau Errol Flynn.

En 1955, c'est l'année de sa première incursion dans le cinéma italien puisque Michelangelo Antonioni lui confie un des rôles principaux de son film Femmes entre elles. La même année, elle a pour la troisième fois comme partenaire Errol Flynn dans L'Armure noire de Henry Levin. Toujours en 1955, l'acteur-réalisateur Ray Milland l'engage dans L'Homme de Lisbonne, avec Maureen O'Hara. Sa notoriété prend à l'époque son envol.

En 1959, elle tourne pour la Hammer le film d'épouvante La Malédiction des pharaons, dans lequel elle interprète Isabelle Banning, épouse de John Banning (Peter Cushing) qu'une momie (Christopher Lee) prend pour sa bien-aimée, la princesse Ananka (également jouée par Yvonne Furneaux). L'année suivante, elle joue dans La dolce vita de Federico Fellini, au côté de Marcello Mastroianni : le film remporte la Palme d'or au festival de Cannes 1960.

Elle poursuivra sa carrière en Italie comme dans la comédie de guerre Le chat miaulera trois fois de Steno où elle donne la réplique à Ugo Tognazzi et Francis Blanche, dans les comédies Lui, lei e il nonno (it) avec Walter Chiari ou La Rue des amours faciles de Mario Camerini. Elle joue ensuite en compagnie de Gabriele Ferzetti dans Il carro armato dell'8 settembre qui se déroule dans l'Italie de l'immédiate après-guerre. En 1961, Riccardo Freda lui donne le premier rôle dans l'un des films précurseurs du poliziottesco avec Chasse à la drogue, un film sur la plaque tournante de la drogue en Sicile, et elle jouera également dans un thriller à bord d'un train aux côtés de Jack Palance, Il criminale (en), de Marcello Baldi. Elle explore aussi le genre d'aventure historique avec Les Lanciers noirs qui se déroule au XIIIe siècle et elle incarne le rôle-titre Sémiramis dans le péplum Sémiramis, déesse de l'Orient, une reine semi-légendaire de Babylone qui aurait vécu au IXe siècle av. J.-C.

Yvonne Furneaux tourne aussi en France, sous la direction de Claude Autant-Lara et aux côtés de Louis Jourdan, Le Comte de Monte-Cristo, où elle interprète le rôle de Mercedes. Elle retrouve bientôt Autant-Lara pour Le Meurtrier. L'année suivante, elle tourne dans le thriller allemand, Les Rayons de la mort du Dr. Mabuse ; en 1965, elle apparaît dans Répulsion, tourné au Royaume-Uni par Roman Polanski, et dans lequel elle donne la réplique à Catherine Deneuve.

Suivent quelques séries d'espionnage comme Destination Danger. En 1967, elle tourne à nouveau en France dans Le Scandale de Claude Chabrol, dont elle tient l'un des rôles principaux aux côtés de Maurice Ronet, Anthony Perkins et Stéphane Audran.

Au début des années 1970, après le drame italien, Au nom du peuple italien avec Vittorio Gassman et Ugo Tognazzi et le film allemand La Tentation dans le vent de l'été, elle arrête sa carrière. Douze ans plus tard, elle accepte de revenir pour le film Frankenstein's Great Aunt Tillie (en), puis se retire en 1985 à Lausanne en Suisse.

Filmographie sélectiveModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier