Ouvrir le menu principal
Yves Modéran
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Française
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse

Yves Modéran, né en 1955 et mort le 1er juillet 2010 à Paris, est un historien français, spécialiste de l'Antiquité tardive et du Haut Moyen Âge.

Sommaire

BiographieModifier

Modéran avait passé au Maroc ses plus jeunes années, il passa l’essentiel de sa vie à Caen où il accomplit ses études secondaires et supérieures, jusqu’à l’agrégation d’histoire, obtenue en 1978. Il était un spécialiste de l'Afrique romaine et tardive, en particulier de l'époque vandale. Il a participé en particulier aux fouilles de Bulla Regia dans le cadre d'études à l'école française de Rome[2].

Disciple d'Évelyne Patlagean et de Claude Lepelley, il fut maîtres de conférences à l'université Paris-X Nanterre (1991-1998) puis professeur à l'université de Caen (1998-2010)[3].

Membre de l'École française de Rome (1988-1991), il publia dès la fin des années 1980 une série d’articles d'Antiquité tardive nord africaines qui le rangea immédiatement parmi les spécialistes de l’histoire de cette région. Il soutint à la fin de 1990 une thèse consacrée aux Maures qui renouvèle les méthodes d'écrire l'histoire de l'Afrique du Nord antique[4].

Membre de la Société d'étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval, de l'Association pour l'Antiquité tardive, il fut également membre de la comité de rédaction de l'Encyclopédie berbère[3].

Professeur invité dans plusieurs universités européennes et nord africaines, il consacra une grande partie de ses recherches à l'Afrique romaine ainsi qu'à l'époque vandale et byzantine. Il s'est également livré à un travail de cartographie consacré aux villes du Maghreb ancien et à la conquête arabe de l'Afrique du Nord[5],[6].

Il est mort au quartier latin suite à une crise cardiaque alors qu’il assumait la tâche de vice-président du jury d’agrégation d’histoire[3],[7].

PublicationsModifier

Principales publicationsModifier

  • Les Maures et l'Afrique romaine, IVe-VIIe s., Rome, éd. Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome, 2003[8]
  • L'Empire romain tardif (235-395), Paris, éd. Ellipses, 2003 (ISBN 2729811583)
  • Provinces et identités provinciales dans l'Afrique romaine [sous la dir.], Caen, éd. Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales, 2011
  • Les Vandales et l'Empire romain, (texte édité par Michel-Yves Perrin), Paris, éd. Errance - Actes Sud, 2014 (ISBN 2877724352)

Autres publications disponibles en ligneModifier

  • «Qui montana Gurubi colunt». Corrippe et le mythe des Maures du cap Bon, MEFRA, 1987, volume 99, n°99-2, pp. 963-989 Lire en ligne
  • Gildon, les Maures et l'Afrique romaine, MEFRA, 1989, volume 101, n°101-2, pp. 821-872 Lire en ligne
  • La chronologie de la Vie de saint Fulgence de Ruspe et ses incidences sur l'histoire de l'Afrique vandale, MEFRA, 1993, volume 105, n°105-1, pp. 135-188 Lire en ligne

Notes et référencesModifier

  1. Jehan Desanges, « Yves Modéran (1955 - 2010) », sur encyclopedieberbere.revues.org (consulté le 2 juillet 2017).
  2. p. Rapport sur les activités de l'École française de Rome pendant l'année 1988-1989, CRAI, 1989, 1989, volume 133, n°3 p. 625
  3. a b et c Jehan Desanges, « Yves Modéran (1955 - 2010) », Encyclopédie berbère, vol. 30, no 1,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  4. Claude Lepelley, « Yves Modéran (1955 - 2010) », Antiquités africaines, vol. 45, no 1,‎ 2009 [2011], p. 9-11 (lire en ligne)
  5. Marc Griesheimer, « Yves Modéran (1955 - 2010) », Antiquités africaines, vol. 45, no 1,‎ 2009 [2011], p. 7-8 (lire en ligne)
  6. Jehan Desanges, « Yves Modéran et « l’Afrique oubliée » », Antiquités africaines, vol. 45, no 1,‎ 2009 [2011], p. 13-14 (lire en ligne)
  7. Franck Clover, « « Remembering Yves Modéran » », Antiquités africaines, vol. 45, no 1,‎ 2009 [2011], p. 12 (lire en ligne)
  8. Jehan Desanges, « Y. Modéran, "Les Maures et l'Afrique romaine (IVe-VIIe siècles), Rome, 2003" », Études d'antiquités africaines, vol. 1, no 1,‎ , p. 16-18 (lire en ligne)

Liens externesModifier