Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adeline.
Yves-Marie Adeline
Yves Marie Adeline.jpg
Yves-Marie Adeline en 2008.
Fonction
Président
Alliance royale
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (59 ans)
PoitiersVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Directeur de thèse
Site web

Yves-Marie Adeline Soret de Boisbrunet[1], plus connu sous le nom de Yves-Marie Adeline, né le à Poitiers (Vienne), est un écrivain, musicologue et poète français.

Carrière universitaire et écritureModifier

Yves-Marie Adeline est docteur en Sciences de l'Art de l’université Panthéon-Sorbonne. Sa thèse portait sur La Musique et le Monde[2]. »

Il enseigne à l’Université de Poitiers de 1986 à 1989, puis quitte l'université et alterne des périodes de rédaction de livres et de collaboration dans des cabinets politiques. Depuis 2003, il enseigne les sciences politiques et la philosophie dans différents établissements d'enseignement supérieur comme l'École Supérieure de Management en Alternance de Marne-la-Vallée. Il enseigne actuellement à l'école de commerce de Tours (FBS).

Auteur d’une demi-douzaine de recueils poétiques, Adeline choisit pour chaque livre un thème qu’il traite de façon évolutive, à la manière d’une histoire racontée.

En 2011, il publie notamment 1914, une tragédie européenne qui constitue le premier volume d'un gros travail consacré à l'histoire de la Grande Guerre. Après une présentation générale complète du théâtre du drame et des puissances d’alors, aussi bien mineures que majeures, ce récit raconte les évènements depuis la fin juin à Sarajevo jusqu’au milieu du mois de novembre 1914 qui marque l'enlisement du conflit[3]. À travers ce premier essai, il entend donner à ce sujet une perspective distanciée de la propagande de guerre et du récit présenté par les vainqueurs de la guerre[4]. Par là même, il réfute l'idée que ce sont les démocraties qui ont gagné contre les monarchies autocrates : l'Angleterre et la Belgique pratiquent alors le suffrage censitaire comme la Prusse et la Hongrie, quand le reste des États de l'Empire allemand, l'Autriche et la Russie connaissent le suffrage universel comme la France[5].

Il a consacré un documentaire sur ce sujet[6].

À partir de , il intègre le corps enseignant de l'Institut des sciences sociales, économiques et politiques fondé par Marion Maréchal[7].

Engagement politiqueModifier

Yves-Marie Adeline a fait partie de la rédaction de l'hebdomadaire de Daniel Hamiche, Le Légitimiste (fondé en 1984), qui fut « la voix officielle » du prince Alphonse de Bourbon.

Ayant quitté l'enseignement universitaire en 1989, il a été appelé en 1992 comme directeur de Cabinet de Jean Arthuis au conseil général UDF de la Mayenne.

Il est le fondateur et le premier président de l'Alliance royale, un parti royaliste fondé en 2001 préconisant un engagement des royalistes sur la scène électorale comme moyen de faire ressurgir la question des institutions dans le débat politique contemporain.

Candidat aux élections européennes de 2004, puis à l'élection présidentielle française de 2007[8] le , il n'a pu obtenir les 500 parrainages requis.

Candidat à la mairie du 7e arrondissement de Paris, à l'occasion d'élections où était en lice Rachida Dati. Au premier tour de ces élections municipales de mars 2008, la liste qu'il a conduite a recueilli 172 voix (soit 0,96 % des suffrages exprimés).

En 2008, il est remplacé à la présidence de l'Alliance royale par Pierre Bernard, député et maire honoraire de Montfermeil.

Il se consacra jusqu'en 2018 uniquement à l'écriture et à l'enseignement.

En 2018, il devient membre de l'ISSEP (Institut de sciences sociales économiques et politiques) de Lyon créé par Marion Maréchal.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier