Ouvrir le menu principal

Yves-Gomezée

section de Walcourt, Belgique

Yves-Gomezée
Yves-Gomezée
Vue générale en août 2015
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Philippeville
Commune Walcourt
Code postal 5650
Zone téléphonique 071
Démographie
Gentilé Yvetois(e)/Gomezéen(ne)
Population 1 728 hab. (01/01/2008)
Densité 123 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 14′ nord, 4° 29′ est
Superficie 1 405 ha = 14,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Yves-Gomezée

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Yves-Gomezée

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Yves-Gomezée

Yves-Gomezée (en wallon Ive) est une section de la ville belge de Walcourt située en Région wallonne dans la province de Namur.

Commune bornée au nord par Walcourt et Fraire, à l’est par Saint-Aubin et Hemptinne, au sud par Daussois, Jamiolle et Jamagne et à l’ouest par Vogenée. La commune est constituée par Arrêté royal du par la réunion d’Yves et de Gomezée.

La commune est arrosée par le ruisseau d’Yves qui prend sa source dans les bois de Florennes et se jette dans l’Eau d’Heure à Walcourt.

Dépendances : Bellevue, Crèvecœur, Fontaine, Froidmont, Gomezée, Monplaisir, la Reinette, Saint-Lambert et Yves.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

HistoireModifier

Situation en 1829 — Il y 1 158 habitants, 217 maisons et 4 fermes. Château du baron Cartier. On compte 134 chevaux, 28 poulains, 284 bêtes à cornes, 88 veaux, 20 porcs et 820 moutons.

Le tiers de la population est occupé dans l’extraction du minerai de fer, son transport et sa transformation. 107 ouvriers travaillent dans le haut fourneau de Gomezée ; il existe aussi deux hauts fourneaux et deux affineries à Gomezée. On trouve encore 3 brocards (machines à broyer les minerais), 2 moulins à farine, 2 moulins à drèche (résidu de l’orge comme nourriture du bétail), une brasserie, un teinturerie, une blanchisserie de toiles, une fabrication de chaux. La grand-route de Philippeville (la N 5) traverse le territoire[1].

Il existe dans la localité une marche militaire folklorique : la marche Saint-Laurent.

Un bombardier anglais est tombé au sud de la localité en 1943 ; son équipage était composé de sept sergents. On a élevé en leur honneur une stèle à l'endroit où l'avion s'est enfoncé dans le sol marécageux.

L'école communale existait depuis l'époque espagnole. Elle atteindra son apogée avec la famille Wariginaire, père et fils, aux dix-neuvième et vingtième siècles.Viendront ensuite les maîtres Riga, Scieur et Colbacq. Le dernier instituteur sera Charles Adam de Laneffe. L'école fermera ses portes durant les années 1980.

Notes et référencesModifier

  1. Philippe Vander Maelen, Dictionnaire géographique de la Province de Namur, 1832.

BibliographieModifier

  • Général Philippe, Yves-Gomezée. Quelques notes historiques, 1937.
  • R. Antoine, R. Charlier, C. De Decker, J. Léotard & J-L. Roba Yves-Gomezée, le 17 avril 1943, fin tragique de l’équipage du Lancaster ED 800, Clermont, 1993.
  • Joseph Gonze, Gomezée — L’état civil de 1795 à 1825, cahier du Musée de Cerfontaine no 358, 19 pages, 2010.
  • Joseph Gonze, Yves — L’état civil 1796 à 1832, cahier du Musée de Cerfontaine no 359, 100 pages, 2010.
  • Brilot Jacques. Yves-Gomezée. Histoire de l'enseignement communal. (2016)
  • Revue trimestrielle : L'antiqvaire, publiée par le cercle d'études historiques de l'Entre-Sambre-et-Meuse, rue de la Folie, 56.Un article sur Yves-Gomezée dans chaque revue, éditée depuis 1990.