Yu Gwan-sun

Yu Gwan-sun (유관순, - ), aussi orthographié Ryu Gwan-Sun ou Ryu Gwansun, est une lycéenne coréenne devenue une des figures des mouvements de résistance de 1919 lors de la domination japonaise de la Corée.

Yu Gwan-sun
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Romanisation révisée
Ryu Gwan-sunVoir et modifier les données sur Wikidata
McCune-Reischauer
Ryu Kwan-sunVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Militante politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Statue de Yu Gwan-sun à Cheonan.

Sa mort à 17 ans à la suite de la torture des autorités japonaises a fait d'elle la « Jeanne d'Arc de Corée »[1].

BiographieModifier

Yu Gwan-sun est née en 1902 à Cheonan dans le quartier de Yongdu de l'arrondissement Byeongcheon. Elle est la deuxième fille d'une famille de trois enfants. Elle participe au mouvement d'indépendance du 1er mars 1919 alors qu'elle est encore élève au lycée de l'université Ewha. Sa mère, Lee So-je, et son père, Yu Jeong-Kwon, sont tués par la police japonaise durant le mouvement. Elle retourne ensuite dans sa ville d'origine où elle mène le mouvement d'indépendance du marché Aunae du qui réunit près de 3 000 participants.

Elle est arrêtée et condamnée à trois ans de prison par les autorités japonaises. Incarcérée à la prison de Gongju, elle convainc secrètement ses codétenus d'organiser le premier anniversaire du mouvement du 1er mars. Découverte, elle est torturée et placée en isolement. Elle meurt le des suites des mauvais traitements.

PostéritéModifier

Des lieux dédiés à la mémoire de Yu Gwan-sun se trouvent dans la ville de Cheonan. En 1969, le gouvernement coréen prend la décision de construire des sites dédiés à son souvenir. Ces sites sont constitués de sa statue en bronze, son lieu de naissance, sa tombe, son portrait, la tour de guet, le monument du mouvement d'indépendance, le hall et le pavillon en sa mémoire qui est achevé en 1972. Ce dernier fait partie des reliques historiques coréennes et porte le numéro 230.

Le jour anniversaire de sa mort, le , est commémoré dans la ville de Cheonan.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier