Yrjö Leino

politicien finlandais

Yrjö Kaarlo Leino nom de code Antti Tammi (né le à Helsinki et mort le à Helsinki) est un homme politique finlandais[1],[2],[3].

Yrjö Leino
Image dans Infobox.
Fonctions
Ministre de l'Intérieur
-
Ministre de l'Intérieur
-
Député
Circonscription de Savonie du Nord (en)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
HelsinkiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Yrjö Kaarlo LeinoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Enfants
Lieko Zachovalová (d)
Olle Leino (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique

JeunesseModifier

Yrjö Leino est l'enfant unique du tanneur Oskar Leino et de l'ouvrière d'usine Mandi Leino (née Enfors). Yrjö Leino étudie au Lycée normal d'Helsinki qu'il quitte sans être diplômé. En 1921, après avoir travaillé à Helsinki et occupé des emplois agricoles occasionnels, Yrjö Leino obtient un diplôme d'une école de commerce agricole. Vers 1924, il achète la ferme Lövkulla à Kirkkonummi. Mais à la suite de difficultés financières, Yrjö Leino est contraint de vendre Lövkulla au début des années 1930. À cette époque, il se sépare de sa première femme, Alli Simola, et s'installe à Oitmäki, où sa seconde épouse, Ulla Smedberg, est enseignante. Ce deuxième mariage se terminera par une séparation.

Captivité politiqueModifier

Dans les années 1930, Yrjö Leino s'est déplacé vers l'extrême gauche. Des détectives (fi) ont commencé à le surveiller après que le militant communiste en fuite Antti Järvinen lui ait rendu visite à Lövkulla au début de 1926. La même année, Yrjö Leino reçoit aussi la visite d'Arvo Tuominen, à sa sortie de prison. En 1935, Yrjö Leino est condamné à trois ans et demi de prison pour haute trahison. Pendant son incarcération au camp de prisonniers de Tammisaari, il serait officiellement devenu communiste. Il est libéré de prison en 1938, mais la police d'État (fi) le garde sous surveillance. Yrjö Leino nouvellement libéré a ensuite participé aux activités clandestines du Parti communiste de interdit.

Années de guerreModifier

Pendant la guerre d'Hiver, Yrjö Leino reste dans la clandestinité et a fui les autorités avec plusieurs autres communistes. Pendant ces périodes, il rencontré sa future épouse, Hertta Kuusinen. Pendant la trêve de 1940, il est emprisonné. À Noël 1940, il est incarcéré à la prison de Vaasa, puis transféré au camp de prisonniers de Köyliö (fi) au printemps 1941

Au début de la guerre de continuation, les prisonniers communistes commencent à être regroupés pour un entraînement militaire. En septembre 1941, Yrjö Leino s'évade d'un train-prison qui emmenait des hommes affectés à une cellule de sécurité de Riihimäki pour combattre en première ligne du Bataillon séparé 21 (fi)[4].

Yrjö Leino poursuivra ses activités secrètes au SKP jusqu'à la fin de la guerre de continuation, et sa liaison sera Martta Koskinen jusqu'à ce qu'elle soit emprisonnée à la fin de 1942. Plusieurs autres aides d'Yrjö Leino tombèront entre les mains de la police Valpo, dirigé par Arno Anthoni, pendant la Guerre de Continuation[5].

Années parlementaires et ministériellesModifier

Yrjö Leino est député SKDL de la circonscription de l'Est de Kuopio du au [1].

Yrjö Leino est vice-ministre des Affaires sociales du gouvernement Paasikivi II (17.11.1944–17.04.1945) et Ministère de l'Intérieur des gouvernements Paasikivi III (17.04.1945–26.03.1946) et Pekkala (26.03.1946–22.05.1948)[1],[2].

Dernières annéesModifier

Yrjö Leino est décédé à l'hôpital de Kivelä le 28 juin 1961, presque oublié de tous. Ses dernières années ont été marquées par une aggravation de son alcoolisme et une peur paranoïaque des tentatives d'assassinat par les communistes. Il est enterré au cimetière d'Honkanummi à Vantaa.

BibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c (fi) Yrjö Leino. Edustajamatrikkeli. Kansanedustajat 1907 –. Eduskunta (Parlement de Finlande).
  2. a et b (fi) « Leino, Yrjö Kaarlo » (Ministres finlandais), Valtioneuvosto (consulté le )
  3. (fi) Venla Sainio, Leino, Yrjö, Helsinki, Suomalaisen Kirjallisuuden Seura, coll. « Kansallisbiografia, Studia Biographica 4 », (ISSN 1799-4349, lire en ligne)
  4. Olle Leino 1973, p. 63–64
  5. Olle Leino 1973, p. 67

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Articles connexesModifier