Yoshirō Fujimura

personnalité politique japonaise
Yoshirō Fujimura
藤村 義朗
Description de l'image Fujimura Yoshiro.jpg.
Naissance
Drapeau du Japon Préfecture de Kumamoto
Décès (à 62 ans)
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Profession
Homme politique
Formation

Le baron Yoshirō Fujimura (藤村 義朗, Fujimura Yoshirō?) ( - ) est un homme politique et entrepreneur japonais qui fut directeur du zaibatsu Mitsui & Co dans les années 1920.

BiographieModifier

Né dans le préfecture de Kumamoto, Fujimura est le fils aîné du baron Fujimura Shirō (ja). En , il est envoyé étudier en Angleterre au St John's College de l'université de Cambridge[1] et retourne au Japon en . En , il accepte un poste à la compagnie minière Mitsui et monte rapidement les échelons. Il est transféré à Mitsui & Co en . Il gravit de nouveau rapidement les échelons, dont un poste de gérant de filiale à Londres et à Shanghai, et devient directeur en .

Fujimura devient également baron à la mort de son père en et est nommé à la chambre des pairs en . Il continue d'y siéger jusqu'à sa mort en 1933.

En tant que membre de la chambre des pairs, Fujimura presse activement pour une réforme de sa composition, proposant que ses membres soient composés d'un nombre égal de nobles héréditaires et de roturiers nommés, ainsi que d'augmenter le nombre de sièges pour l'ancienne aristocratie coréenne. Il défend également l'abolition des subventions gouvernementales pour les membres de la chambre et l'élection des rangs supérieurs des titres de noblesse plutôt que d'une nomination universelle. Fujimura publie ses propositions en 1921 mais elles ne sont adoptées. Il est également critique à l'encontre de l'implication des femmes en politique, déclarant « La place naturelle des femmes est à la maison » dans un discours à la Diète du Japon en 1921[2].

En , Fujimura est nommé Ministre des Communications dans le gouvernement de Kiyoura Keigo, poste qu'il conserve jusqu'au mois de juin suivant[3]. Fujimura tient également plusieurs autres postes, principalement d'honneur, comme directeur-général de Shanghai Textile Co, président du journal Taishō Nichi-nichi Shimbun, président de la fédération syndicale de sériciculture, et président du conseil des parcs nationaux.

Notes et référencesModifier

  1. Noboru Koyama, Japanese Students at Cambridge University in the Meiji Era, 1868-1912, (ISBN 9781411612563), Lulu.com, page 101
  2. Patricia Ward D’Itri, Cross Currents in the International Women's Movement, 1848-1948, (ISBN 0879727829), University of Wisconsin Press, page 175
  3. Janet Hunter, Concise Dictionary of Modern Japanese History, (ISBN 0520045572), University of California Press, page 278