Ouvrir le menu principal

Yffiniac

commune française du département des Côtes-d'Armor

Yffiniac
Yffiniac
Mairie
Blason de Yffiniac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Canton Trégueux
Intercommunalité Saint-Brieuc Armor Agglomération
Maire
Mandat
Michel Hinault
2014-2020
Code postal 22120
Code commune 22389
Démographie
Gentilé Yffiniacais, Yffiniacaise
Population
municipale
5 019 hab. (2016 en augmentation de 5,37 % par rapport à 2011)
Densité 288 hab./km2
Population
aire urbaine
170 779 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 09″ nord, 2° 40′ 34″ ouest
Altitude 10 m
Min. 5 m
Max. 147 m
Superficie 17,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Yffiniac

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Yffiniac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Yffiniac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Yffiniac
Liens
Site web Site de la commune

Yffiniac [ifiɲak] (Ilfinieg en breton, Finia en gallo) est une commune française située près de Saint-Brieuc dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ilfiniac en 1182, Iffiniac en 1207, Parochia d'Yffiniac en 1311 et vers 1330, Affiniac en 1320, Yffyniac en 1418, Yfiniac en 1419, Affiniac en 1423, Yffinnac en 1426, Yfiniac en 1432, Eyffiniac en 1435, Yffiniac en 1435 et en 1490, Finiac en 1480, Yfiniac en 1514, Finyac en 1536, Defynyac en 1552, Ifiniac en 1569[1], Issiniac en 1801[2], Iffiniac en 1802[3].

Yffiniac vient, semble-t-il, d'un gaulois nommé Ivino ou Ivinius [1].

Le nom de la commune en breton est Ilfinieg et en gallo Finia.

HistoireModifier

Gaule RomaineModifier

Ses origines remontent à la période gallo-romaine. Des objets tels qu'une épée gauloise, des monnaies, une statuette témoignent de l'occupation du territoire par les Celtes et les Romains. C'est à cette époque que l'existence d'un port est confirmée par la découverte de boucles de fer destinées à retenir les navires au moyen de câbles. Considérant que le port se situe sur les limites du pays des Coriosolites (capitale : Corseul), ces vainqueurs des Gaules l'auraient appelé Fines, mot latin signifiant confins, frontières, limites. Plus tard, le nom de la commune devient Ad Finiac puis Yffiniac.

La tradition orale traduit Yffiniac par ici finit l'eau ; hic finit aquam en latin, certainement parce que la localité est implantée au fond d'une baie où se rejoignent deux cours d'eau, le Camoy et l'Urne. À propos de ce dernier, M. Habasque, historien, écrit « le peuple prétend aussi que la rivière d'Urne doit s'appeler la rivière d'Ac et qu'Yffiniac doit se traduire ainsi : ici finit l'Ac ».

Moyen-ÂgeModifier

Yffiniac, paroisse attachée au comté de Rennes en 980, dépend de l'évêché de Saint-Brieuc dès 1432.

Révolution françaiseModifier

Yffiniac élit sa première municipalité au début de 1790 et devient le chef-lieu d'un canton jusqu'au .

Le XIXe siècleModifier

Sous le Consulat, un arrêté donna à la commune le nom d'Issiniac, mais cette erreur fut rectifiée par un second arrêté le 14 février 1802 et détermina le nom d'Iffiniac. Toutefois, lors du Premier Empire, le "Y" devint l'orthographe officielle.

Les habitants d'Hillion, Yffiniac et Langueux se livraient au colportage du sel qui était extrait des salines de Langueux et était réputé pour sa blancheur éclatante et son goût ; on vendait aussi les résidus, attachés aux parois des chaudières qui avaient servi à l'évaporation de l'eau de mer et qui formaient un sel de moins bonne qualité[4].

Les salines d'Yffignac et de Langueux cessèrent leur activité vers 1860, victimes de la concurrence du sel provenant de salines plus méridionales permettant d'obtenir du sel par des procédés plus économiques.

Le XXe siècleModifier

Le XXIe siècleModifier

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
D’or au lion de gueules armé et lampassé d’azur.


GéographieModifier

Ville de 4 484 habitants s'étirant sur un territoire de 1 756 hectares, Yffiniac se situe sur la route nationale 12, à 7 km au sud-est de Saint-Brieuc ainsi que sur l'axe ferroviaire Paris-Brest. Elle fait partie des 14 communes de Saint-Brieuc Armor Agglomération.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes d’Yffiniac
Langueux Hillion
Trégueux   Pommeret
Plédran Plédran Quessoy

ClimatModifier

Le climat d'Yffiniac est pratiquement identique de celui de la ville de Saint-Brieuc. Voir : Climat Saint-Brieuc.

UrbanismeModifier

 
Carte de la commune

Morphologie urbaineModifier

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1965 Mathurin Auffray    
1965 1977 Pierre Cléret SFIO-PS  
1977 1989 Louis Marteil RPR  
1989 2001 Marcel Chaplain PS  
mars 2001 En cours Michel Hinault PS Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

JumelagesModifier

DémographieModifier

Ses habitants sont appelés les Yffiniacais.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2016, la commune comptait 5 019 habitants[Note 1], en augmentation de 5,37 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4241 4951 4611 7891 9622 0032 0552 2172 263
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2312 2952 2852 1232 1962 1752 0842 0772 134
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0422 0031 9931 7091 7481 6781 7001 8011 702
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 9502 2522 8953 1853 5103 8424 2954 8144 973
2016 - - - - - - - -
5 019--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

 
Gare d'Yffiniac

Revenus de la population et fiscalitéModifier

Activités économiquesModifier

Commune dynamique, avec environ 200 entreprises et commerces, Yffiniac s'appuie sur un tissu économique diversifié. Écoles, centres de loisirs, espace jeunes, maison de la petite enfance, complexe sportif, bibliothèque, équipements publics et autres services attestent la vitalité de la cité.

TransportsModifier

Yffiniac est relié au reste de l'agglomération du lundi au samedi grâce aux lignes 30 et 20 des Transports urbains briochins (TUB).


La gare d'Yffiniac est reliée à celle de Saint-Brieuc par quelques TER quotidiens.

Culture locale, patrimoine et tourismeModifier

Pour toutes informations concernant la culture et le tourisme de la commune : article sur Wikivoyage.

Édifices civils et religieuxModifier

  • Chapelle Saint-Laurent des Sept Saints : en grande partie reconstruite en 1850 et totalement restaurée en 1986, cet édifice constitue actuellement le principal patrimoine architectural et historique. Le chœur et le transept, en forme de croix latine, sont les seuls vestiges de l'ancienne chapelle, datant de 1681.
Au début du XXe siècle, une fête y était célébrée lors du pardon. Les pèlerins se rendaient à la chapelle pour y demander la guérison. En septembre, de toutes parts, on s'y pressait à la fontaine, aux vertus miraculeuses paraît-il, pour honorer ces saints, représentés par des statuettes : saint Armel était invoqué contre la peste, le retard à la marche et le psoriasis ; saint Cado contre les ulcères, les écrouelles, les furoncles, les infections oculaires, la surdité et l'arthrose ; saint Guénolé contre les accidents ; saint Jacut contre la lèpre et les rhumatismes ; saint Méen contre l'alopécie, le maladies des cheveux, les dermatoses et les psychoses ; saint Tugdual contre la tuberculose, les maladies respiratoires et l'épilepsie[9];
  • Église Saint-Aubin ;
  • Mairie : très bel édifice plus récent puisque datant de 1911. Ce bâtiment, construit en moellon et en brique, est entouré par les logements des enseignants et les écoles, celles-ci étant situées à l'arrière. Aujourd'hui, la mairie occupe la totalité du bâtiment.
  • Four à pain de Caudan.
  • Sites naturels : le petit étang de l'hippodrome, la vallée de l'Urne, le ruisseau de la Touche et, côté mer, le fond de la Baie, Yffiniac possédant une portion de cette vaste étendue sablo-vaseuse, entre terre et mer.

Activités associatives, culturelles, festives et sportivesModifier

  • Une quarantaine d'associations.
  • Chaque année a lieu la fête des chocards, le chocard étant un gâteau aux pommes.
  • Jusqu'en 2010, le festival de musiques actuelles les « Yffirocks » s'est tenu au début du mois de septembre sur l'esplanade François Mitterrand.

Personnalités liées à la communeModifier

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Yffiniac »
  2. Par arrêté des Consuls
  3. Par arrêté du 14 février 1802
  4. Francis Habasque, "Notions historiques, géographiques, statistiques et économiques sur le littoral des Côtes-du-Nord", 1832.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Edmond Rébillé et Albert Pennec, "Quand les Saints guérissent", éditions Le Télégramme, 2002, (ISBN 2-914552-78-5)

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :